Communication de nos partenaires

Arganork – Dusios

Le 31 août 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Satyriasis Demonius von Nettesheim : Instruments et chant

Style:

Black metal incantatoire

Date de sortie:

03 mai 2010

Label:

Ancestrale Productions

Note du soilchroniqueur (Lusaimoi) : 7/10

Mon premier contact avec cette démo (de 37 minutes tout de même) d’Arganork fut assez contrasté: l’artwork en noir et blanc sublimement contrasté fait penser à un groupe, ou, plutôt, one-man-band, professionnel, prenant soin de ce qu’il a créé; tandis que le format cassette sous lequel il sort, et qui attirera sans doute les fans d’underground, le vrai, le true, ainsi que les nombreuses fautes de frappe dans les parrrrrofdshgdles orientent ma vision vers celle d’un groupe bien plus amateur. C’est donc sans pouvoir me fonder d’à priori que je commençai à écouter ce « Dusios« .

A l’écoute de la musique du groupe, j’en oubliai bien vite les erreurs orthografhgydsukphiques qui ornent le livret. En effet, on a affaire, ici a un black sombre, violent aussi, mais qui laisse également la par belle à la mélodie, au contraste. Aux guitares saturées et à la voix haineuse et ignoble (dans le bon sens du terme), aidées par la production bien crade, quoique plutôt bonne pour le style, qui sied parfaitement ici, s’opposent des riffs mélodieux, hypnotiques, ainsi que des guitares claires; « Dusios » et « Le Règne du Néant » en sont de parfaits exemples. Dans cette dernière, même la batterie semble avoir un attrait mélodique, bien loin de la simple rythmique ou de la pure technique.
Le contraste se fait aussi sur des passages plus atmosphériques « Ouverture » qui sert d’intro, « Elsass » avec son opposition claviers synthétique/cristallin ainsi que la batterie martiale qui contrebalance la beauté du morceau, ou encore « Mauvais augure », morceau beau et lancinant, d’où se dégage une impression de se balader dans un pays dévasté, dont seuls quelques rescapés osent sortir des décombres encore fumants. De plus, Satyriasis Demonius von Nettesheim, le maître des lieux, s’amuse à accoler ces morceaux calmes au plus furieux ce qui les rend on ne peut plus virulents: à « Elsass » et « Mauvais augure« , il fait succéder « Immortel » et « Tourments » qui est peut être la compo la plus brutale de cette démo. « Les Chariots de feu » en est d’ailleurs l’exemple le plus flagrant: morceau le plus long de l’œuvre, du haut de ses 7 minutes, il alterne à la rage de certains passages, d’autres, ambiants, sans pour autant que le sentiment de mal-être disparaisse.

Dans la courte biographie fournie par Ancestrale Productions, on peut lire « Une ambiance de musique rituelle ancienne tout en utilisant des instruments actuels« . La déclaration parait tout à fait appropriée, tant l’atmosphère dégagée les compositions ressemble à une sorte de transe, sublimée par une voix et des paroles rappelant un chuchotement démoniaque, une invocation des puissances infernales.

Arganork nous semble bien parti pour être un fier représentant du black français (et si le chant français vous dérange, prenez en compte que l’on est dans du black: il est incompréhensible de toute façon), mais la sortie sous forme de cassette, en 300 exemplaires, et le côté one-man-band qui rend impossible toute représentation live, tendent à le laisser dans l’underground. Pour l’instant.

Myspace : http://www.myspace.com/arganork

Site Officiel : http://arganork.fr/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green