Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


N. 6 : Guitare
Welkin : Basse
Shaxul : Chant
Julien Helwin (aka Thyr) : Batterie
Lyshd Mordrak : Guitare

Style:

Black Metal

Date de sortie:

21 Mai 2010

Label:

Pictonian Records

Note du Soilchroniqueur (Fredo) : 07/10

Pictonian Records est un label français spécialisé dans le Métal Noir. Et à l’heure où l’industrie du disque est en train de crever à petit feu, il convient en débutant cette chronique de saluer le courage de son ou de ses créateurs. Contre toute logique économique, on trouve encore des passionnés comme Vincent qui osent sortir sur un marché moribond des CDs de Black Metal, vaste style honni par les têtes pensantes, et qui ne manque pas (on l’a vu récemment en Bretagne) de véhiculer son lot de provocations et de polémiques. Chapeau bas, messieurs, sachez que vous avez notre soutien. Le label visant plutôt la qualité que la quantité, le nombre de sorties de son catalogue n’est pas très important, mais il peut s’enorgueillir de la présence de l’excellent dernier album de Sael. Cet album ayant déjà été chroniqué chez Soil ( voir la chro ici ), nous allons donc nous intéresser ce jour à la dernière sortie, le 1er véritable album des rochelais de Annthennath.

Le combo a vu le jour en 2002, animé par le duo Lyshd et N°6, également fondateurs du grand Sael dont nous venons de parler. Circuit habituel de l’underground, le groupe enregistre 2 démos, publie un best of, connaît quelques changements de personnel dont l’objet n’est pas ici de faire l’énumération. Il y a 2 ans le line up se stabilise et entre dans la phase de préparation de son premier véritable opus. Ils investissent pour cela le maintenant très renommé Drudenhaus Studio, et c’est ainsi que « States of Liberating Departure » peut maintenant débouler sous son bel artwork en noir et blanc, respectant la tradition la plus pure des illustrations inhérentes du style.

Et reparlons une ultime fois de Sael, voulez-vous, car nous avons vu qu’avec cette entité, N°6 mélange au Black des moments ambiants, voir jazzy, alors qu’avec Annthennath notre homme, principal compositeur du projet, laisse libre court à sa colère. Tant et si bien que le disque commence avec une rafale de brûlots qui nous déboule à la gueule sans crier gare. Quelques notes, un cri de haine, et le décor est planté. Très vite on est assailli par le son très cru, mais ce sont les lignes de basse complètement démentes qui fixent notre attention. Les mélodies de celles ci rentrent immédiatement en dualité avec le chant très typique de Shaxul, quitte même à submerger les vagues noires des guitares caractéristiques des maîtres de l’obédience suédoise du black. Par moment, celles ci en sont presque recalées au rôle peu reluisant de fond sonore. Mais elles reprennent quand même fièrement leur rang d’instrument roi en plaçant des chorus dans tous les morceaux, le tout s’entrelaçant dans des blasts omniprésents. Le rendu est foncièrement original, et même si on est un peu dérangé par cet amalgame aux premières écoutes, on s’y fait très bien. Il faut attendre la fin du 3eme titre « Symbolic Awareness » pour que l’intensité étouffante du disque baisse d’un cran. Mais c’est malheureusement par un break assez balourd que la furia s’estompe… quelques trop longues poignées de secondes d’un passage instrumental trop calme viennent casser l’agression sonore. Disons que là où 30 secondes auraient été suffisantes, ils en ont mis plus de 2 minutes. Ont ils essayé d’enclencher le mode « glauque et malsain » ? Des fois, nous pauvres auditeurs n’arrivons vraiment pas à se mettre dans le crane des compositeurs, et c’est vraiment le cas ici. Et ce qui est d’autant plus dommage, c’est que la fin de morceau se décline sous la forme d’une férocité truculente à souhait. Cependant, on pourrait se dire à cet instant que cela est bien beau, mais pourrait vite devenir un peu lassant à la longue. Mais la qualité d’un album ne doit pas se juger uniquement sur le soin apporté aux compositions. La structure du disque elle-même est très importante. Pour notre cas, après 3 tueries, le rythme baisse, et avec ce ralentissement de cadence, la rage se fait plus funeste, plus froide. La palme de la lourdeur revient à « Somatic Hedonism », avec la disparition des blasts et un passage lent très réussi (comme quoi …). « Sexual Transcendence » suit la même voie et se fend tout de même de passages thrashy très énergiques. Et encore, on a gardé le meilleur pour la fin. Car après un « Electric Destiny » qui renoue avec la rapidité mais qui reste quand même sans surprise, le groupe nous achève avec 2 franches réussites. « Atomic Demise » avec ses changements de rythme incessants, avec un Shaxul qui prend par moment une étrange voix de gorge qui sonne comme un hommage à Attila Csihar. Quant à « Bloody Rivers », c’est le titre le plus abouti du CD. Ce morceau épique contient lui aussi son lot d’accélérations, de ralentissements mais aussi le solo le plus intéressant du disque, et par le biais d’une ligne de chant plus narrative, le chanteur module sa voix et nous offre une très belle partition. Quand aux passages lents, ils ne sont pas sans rappeler les pérégrinations cosmiques de Blut Aus Nord.

Cet album a mis 8 ans de gestation. L’accouchement fut sans doute difficile, au regard de la situation précaire de l’industrie musicale évoquée plus haut. Mais le résultat est à la hauteur de notre attente, car mis à part une petite faute de goût (et encore, celui ci ne se discutant pas … faites-vous votre opinion ! ), ce « States of Liberating Departure » est dans l’ensemble une belle réussite. Annthennath est indiscutablement un bon groupe, pas foncièrement très original, mais qui par le mix très particulier de l’enregistrement et quelques compos assez marquantes devrait faire parler de lui à l’avenir. Il ne reste plus qu’à attendre la prochaine sortie annoncée (un cd contenant outre des remix des premières démos 3 titres inédits est prévu chez Armée de la Mort Records) pour affirmer ou infirmer la très bonne impression laissée par ce disque.

Myspace :

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green