Communication de nos partenaires

PYHC Fest IV

Le 6 septembre 2014 posté par Homer Fry

 

 

Après des mois d’interviews avec divers groupes des deux soirées (liens en fin de report), voici enfin le PYHC Fest 2K14 !
Arrivé tranquille, un petit tour dans le merch, rencontre avec l’organisateur qui briefe sur le début du fest : en introduction, session batterie sur des titres Metalcore/Deathcore du jeune Amaury. Sur 3-4 chansons il joue, et on peux admirer son talent. On ne peux franchement pas dire qu’il n’est pas talentueux, vu la facilité qu’il a, malgré le fait qu’il a l’air plutôt jeune.

C’est ensuite Undefeated qui monte sur scène, seul groupe n’étant pas d’une des trois régions proche de Pont sur Yonne : l’Île de France, Bourgogne (Yonne), et Centre (Loiret). On comprend rapidement le thème de la soirée avec leur Hardcore Beatdown, que le groupe nous envoie joue en pleine gueule. Même en étant pas fan du Beatdown, j’ai largement pris mon pied, ils ont ouvert parfaitement bien, eux qui sont habitués des premières parties sur Nancy. Mais les spectateur ne sont pas vraiment au rendez-vous, la salle des Fêtes est plutôt vide, avec quelques dizaine de personnes n’osent pas encore se mettre vers l’avant près de la scène et qui ne bougent pas spécialement…

L’arrivé sur scène de Dive Your Head change pas mal la donne. Plutôt, Dive Your Head vs. Lexa pour l’occasion. Lexa est un membre de l’équipe PYHC, qui est le leader du groupe Lexa Hippunk, il remplace le chanteur de Dive Your Head. Le style des deux parties se marie mal en fait, les musiciens balance un Metal très alternatif influencé par les groupe du style de la fin 90 alors que Lexa chante en français et est habitué a son punk. Cette collaboration nous amènera même une reprise d’une souris verte… Etrange mais bien fun. Le public réagit bien, le groupe semble avoir une bonne cote car plus de monde est au rendez-vous. Et au fur et à mesure du concert, l’association s’améliore et devient vraiment bonne, au point de ressembler a un vrai groupe. Tous font leur maximum pour faire un bon show en bougeant bien sur scène, pour nous faire bien kiffer. C’est l’une des bonnes découvertes de ce fest pour ma part, même si je regrette de ne pas avoir vu le groupe au complet pour leur son habituel qui risque d’enoyer pas mal. Mais Lexa a bien géré l’intérim en faisant un superbe show.

Quand All My Memories monte sur scène, on retrouve le thème Hardcore de la soirée. Mené par Arnaud et une grosse tête de Dewey de Malcolm en tant que t-shirt, ils font un bon set, vachement burné et très pro, après un très bon Dive Your Head plus metal, leur Metalcore donne encore et toujours plus de mouvement dans la salle. C’est du Metalcore, mais dans les racines du bon gros Hardcore : ici pas de chant pour minette, ils déglinguent la gueule un point c’est tout. Et All My Memories a une particularité, ou son guitariste plutôt, il joue avec seulement un bras. Bien sûr c’est le genre de chose pas simple a évoquer. Mais il gère, il gère à mort même. Pas d’erreur ou de difficulté apparente, il fait son concert normalement. Ici aussi interim avec Clément remplaçant Vlad à la basse, assurant parfaitement le concert lui aussi.

91 All Stars confirme la tendance de la soirée : plus on avance des les groupes, plus il y a une bonne ambiance. Eux aussi dans un bon hardcore, il font bouger le public, contrastant avec les débuts timides au niveau des spectateurs de ce Fest. Au point de faire le premier Wall of Death de la journée. Un set solide, violent et surtout énergique confirmant 91 All Stars comme groupe à suivre avant son prochain album en préparation. Au niveau du Line-Up, on a pu observer un changement important avec la présence d’un seul chanteur, Julien. Il s’en sort tellement bien seul, que cette absence passe inaperçue, anecdotique, et très certainement normale pour le public.

Providence, c’est vraiment autre chose. Autant l’ambiance s’améliorait au fur et a mesure que les groupes défilaient, autant là ça a pris une autre dimension. Pas de doute c’est bien un concert Hardcore. Sur scène les morceaux, influencé NYHC, sont joués frénétiquement en parcourant la petite scène dans tous les sens. Dans le public, c’est tout autant la guerre : la salle est pleine comme jamais au point de voir un tas de nouvelles têtes dans un pit violent. Au moins ça bouge pas mal. Il faut dire que Providence n’a rien à envier aux grands groupes du Hardcore, eux qui parcourent le monde pour leurs tournées. On aura le droit à un invité sur plusieurs morceaux et des reprises, notamment « Raining Blood » de Slayer à la sauce Paris Hardcore.
La fin de concert est un peu étrange. Le groupe quitte la scène et attend un rappel, on peut les voir dans le couloir derrière la scène. Le truc embêtant est qu’une grande partie du public se tire, et pas grand monde demande le groupe. Raté, mais le groupe reviens quand même pour un encore de la même énergie que le concert finissant même par rejouer un morceau quand le public souhaite continuer le concert (cette fois). C’est un concert à se croire dans la fosse d’un Sick Of It All, ou Madball… On pouvait pas espérer mieux

Belle soirée. Des excellent groupes, des belles claques mais un public discret au début et peu nombreux, la soirée Metal sera sûrement différente.

Homer Fry

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green