Communication de nos partenaires

Live report : Bloodybarbie

Photos : Bloodybarbie

Galerie photos : http://www.soilchronicles.fr/photographies/philm-ddent-11-paranoias-au-glazart-paris-le-21092015-2

S’il y a un concert que je ne m’attendais pas à voir deux fois cette année, c’est celui de PHILM à l’hexagone, ce retour rapide en moins de 6 mois puisqu’il était de passage en avril pour son premier concert à Paris. C’est dire que nos chers américains nous aiment bien et que c’est réciproque, puisqu’on y retrouve les habitués de la communauté Stoned Gatherings, dont certainement des fans de PHILM, groupe que l’on ne peut considérer comme étant très stoner.

Si ce nom ne vous dit rien, je suis sûre que Dave Lombardo (ex-batteur et co-fondateur de Slayer, Fantomas, Grip Inc., Testament et bien d’autres) vous parle davantage. Et oui, il s’agit de la dernière création de sire Dave, un groupe avec  à la basse Pancho Tomaselli, à la guitare et au chant (malheureusement) Gerry Nestler. Fondé en 2012, de style prog bizarre mais très sympa, le combo dispose à ce jour de deux bons albums : Harmonic (sorti en 2012) et Fire from the Evening Sun sorti en septembre 2014 et faisant l’objet de cette (re)tournée… Pour ma part, j’aime beaucoup les riffs et l’ambiance des morceaux, mais beaucoup moins le chant, pas du tout même!

Cette fois-ci, ce sont deux groupes locaux qui se partagent l’ouverture du concert, avec en premier la jeune formation parisienne DDent que j’ai beaucoup appréciée. Un groupe purement instrumental qui entre dans l’univers du doom atmosphérique en 2013 et dispose d’un seul EP Chien Noir. Sa particularité : UNE bassiste, très souriante – ce qui est rare dans le doom, au moins autant que d’y voir une nana manier des instruments de plus de deux cordes et bien évidement l’absence de chant.

Si vous n’êtes pas déjà shooté ou alcoolisé, pas de problème la musique suffit pour vous faire le même effet. Du fuzz à fond les pédales, wha-wha et autres effets sont là pour vous emmener loin avec ces riffs psychédéliques mélodiques très agréables et planants. Une ambiance très lourde, une véritable séance d’hypnose qui me rappelle étroitement l’état dans lequel je me trouve après avoir écouté du Glowsun, qui évolue dans un genre similaire. L’absence de chant y est pour beaucoup et c’est bien mieux ainsi ; ça permet de mieux savourer chaque note jouée. Je n’avais pas envie que ça cesse, mais toutes les bonnes choses ont une fin.

S’il y a eu blanc à cause d’un problème technique d’ampli du guitariste, la bassiste a su combler ce vide avec une impro à la basse pour nous occuper les tympans pendant quelques minutes. Même si le son n’était pas au top (bon, au Glazart, ce n’est pas nouveau), cela n’a pas empêché d’apprécier cette partie. Voilà, une sacrée bonne découverte ; en leur souhaitant une bonne continuation et un prochain album, mais surtout espérons les revoir vite en live.

Setlist DDent :
-Focusing
-City
-Chien Noir
-Elephant
-Last

 

C’est au tour des anglais 11 Paranoias d’étaler leurs compositions aux oreilles du public. Mais la première chose qui m’a marquée chez ce groupe, c’est l’aspect/attitude “savant fou déjanté” du guitariste complètement immergé dans sa bulle, les yeux rivés sur sa guitare, ne la quittant pas une seule seconde. En tout cas, il représente parfaitement le nom de son groupe ! Il s’agit d’un groupe de doom psychédélique/stoner avec un chant growlé et quelques brins de chant clair. Les mélodies sont très sombres (frôlant presque le black metal) et l’atmosphère est pesante, tel un film d’horreur nous transportant dans un univers onirique ténébreux, surtout avec cette langueur allant du mid-tempo au lent. Certains morceaux/passages me font bizarrement penser à Ahab.

Difficile de ne pas être marqué par ce jeu de basse groovy et très puissant, limite envahissant, mais on a compris rapidement le caractère involontaire de la chose, vu comme le bassiste faisait signe à la régie son. Mike est complètement aspiré par son jeu de guitare subtil et truffé de mille-et-un effets, la torturant dans tous les sens pendant que Nathan exprime son addiction pour les cymbales (mes tympans criaient : « au secours ! »).

Deuxième très bonne découverte pour moi, même si les conditions sonores n’étaient pas au top, ce qui m’a encouragée à découvrir leurs albums. Je confirme que c’est mieux sur album, je vous recommande fortement leur tout dernier Stealing Fire from Heaven !

Setlist 11 Paranoias :
-Paranoiditude (Beyond The Grave)
-At The Cursus
-Surrealise
-By The Light Of Dying Star (Neutron Start)
-Lost To Smoke

Autour de PHILM d’installer son matos sur scène. Le groupe installe SON matos sur scène ?! Comme l’a décidé Dave : faire une tournée sans tour manager, ni roadie, ni personne… tout gérer à trois !  D’ailleurs, la particularité de Dave dans PHILM, c’est qu’il aime jouer au plus près du public, sur la même ligne que les deux autres musiciens, sur le bord de la scène, pour un maximum de convivialité.

La salle est un peu plus remplie que la fois précédente, avec quelques mêmes têtes, la petite communauté amatrice de PHILM ou du « groupe de Dave ». D’autres (des batteurs en particuliers) ne sont là que pour admirer un des dieux batteurs du metal, Dave, et scruter son jeu prog très précis et cette flopée de breaks très subtils (ça change de Slayer, hein…), sans oublier ses mille-et-une grimaces  (très différentes de Pancho), particulièrement drôles à regarder (les photos parlent d’elles même).

Sans rentrer dans le détail et la description des morceaux puisque la setlist est presque la même que pour le concert précédent (http://www.soilchronicles.fr/reports/philm-the-lumberjack-feedback-au-glazart-le-080315-paris), pire que ça : elle est plus courte !!! On retrouve néanmoins le groupe en meilleure forme que la fois précédente et avec plus d’assurance de la part de tous les membres (les multiples problèmes techniques de la fois précédente n’ont pas aidé à les mettre à l’aise)… Pancho avait même l’air de jouir de son jeu de basse et jouait à la rock star, c’était bien drôle et appréciable ! Le son était très bon, l’ambiance et la bonne humeur du trio, toujours aussi conviviaux. Seul le chant mauvais de Gerry restera toujours aussi désagréable, jusqu’au jour où ils embaucheront un vrai chanteur.

PHILM s’est laissé se faire rappeler contrairement à l’autre fois et jouera donc trois titres de plus « Sex Amp », « Dome » et « Chalyce » qui d’ailleurs, n’a pas figuré dans la précédente setlist ni sur aucun des deux albums, tout simplement parce que c’est un teaser du prochain album en cours de préparation (voir la vidéo exclusive du morceau).

Sur le point de quitter définitivement la scène, Dave fait vite demi-tour pour récupérer son set de baguette pour éviter qu’on les lui vole.

Et pour en savoir plus sur PHILM, voici l’interview du groupe lors de leur passage à Paris en Mars 2015http://www.soilchronicles.fr/interviews/philm

Setlist  PHILM:
-Fire from the Evening Sun
-Vitrolize
-Fanboy
-Blue Dragon
-Lady of the Lake
-Lion’s Pit
-Omniscience
-Train
-We Sail at Down
-Way Down

Rappel :
-Sex Amp
-Dome
-Chalyce

Je remercie toute l’équipe de Stoned Gatherings pour cette superbe date et organisation (comme tous leurs concerts d’ailleurs) ainsi que pour l’invitation, et bien évidement les trois groupes pour nous avoir bien fait plaisir ce soir-là.

Retour en début de page

1 Commentaire sur “PHILM + DDent + 11 Paranoias au Glazart (Paris) le 21/09/2015”

  1. pingback pingback:
    Posté: 17th Nov 2015 vers 13 h 37 min
    1
    PHILM + DDent + 11 Paranoias au Glazart (Paris) le 21/09/2015 | Soil Chronicles

    […] live report complet : http://www.soilchronicles.fr/reports/philm-ddent-11-paranoias-au-glazart-paris-le-21092015 #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green