Communication de nos partenaires

Wormfood – L’Envers

Le 23 mai 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Emmanuel Lévy : Chant, Guitares
  • Renaud Fauconnier : Guitares
  • Pierre Le Pape : Piano, Claviers
  • Vincent Liard : Basse
  • Thomas Jacquelin: Batterie

Style:

Doom Goth Sympho Avant-gardiste

Date de sortie:

20 Mai 2016

Label:

Apathia records

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

Approchez, approchez, jeunes gens, damoiselles et damoiseaux, bienvenus dans le Théâtre du Bizarre que vous a concocté Wormfood, qui vous met l’oreille à L’Envers, titre de leur 5ème album à ce jour.

A défaut de montrer l’envers du décor, Wormfood nous propose un album très théâtral, la narration continue de la voix d’Emmanuel Lévy portée par une ambiance dark/doom/goth, à la limite du black parfois (en particulier sur « Serviteur du Roi »), un peu dans l’esprit de Notre Dame et Carnival in Coal par moments.

Imparablement, on se doute que le caractère symphonique prendra une grande place dans l’album, sous l’influence de Pierre Le Pape, fondateur du projet d’opéra metal Melted Space et compositeur du récent The great Lie (http://www.soilchronicles.fr/chroniques … -great-lie). Évidemment donc, la panoplie d’instruments d’ambiance obscure prêts à servir une logorrhée verbale du même acabit sont légion (orgue, clavecin, cordes dissonantes, etc.), des textes dont le contenu, l’écriture et l’interprétation ne sont pas sans faire penser à Misanthrope, Ange et Serge Gainsbourg. Du parlé-chanté envers – et à l’endroit… adéquate – et contre tout, Wormfood ne fait pas dans le vers galant mais dans le vers à pieds : octosyllabes et alexandrins s’enchainent dans un langage soutenu et réfléchi qui donne envie de se replonger dans l’œuvre noire de Baudelaire. « Auditeur, mon confident, je connais tes penchants pour les spectacles singuliers », et c’en est ici un qui est offert dans le ton de l’artwork, très baroque en tous sens du terme. En tous cas, ce freak, c’est chic – et show aussi, tant on pourrait imaginer le défilé des monstres dans un cirque des horreurs de la fin du XIXe siècle (éventuellement, dans l’esprit, remémorez-vous Armand dans Entretien avec un Vampire).

Si j’étais franchement très peu enthousiasmé par le projet de Lévy, ERDH, les déclamations proposés et écrites par l’auteur-interprète pour ce projet-ci me réconcilient avec son œuvre, tant elle flirte avec le luxe, le calme et la volupté. Il s’associe, en complément de ses comparses habituels, à Paul Bento (feu-Type O Negative) au sitar et Axel Wursthorn (feu-Carnival in Coal, dont on parlait ci-dessus justement) à l’orgue Hammond sur un morceau, « Gone On The Hoist ». Ce dernier prend également part au mixage de l’album, un mixage propre dans sa crasse, qui sert beaucoup les longues plages de ténèbres entourant le verbe éclairé à la lueur – ou la luette – de cette voix caverneuse.

Cependant, si le macabre – pas forcément dans sa (déca)danse – est à l’honneur dans cet album, la présence déconcertante de « Gone On The Hoist » ci-dessus citée, avec son esprit éloigné du reste de l’album (plus proche du Dark de Paradise Lost) détone avec le reste de l’album… Trop clair, en fait… Petit coup de cœur dans ses dernières palpitations pour « Mangevers », sa musique, son texte… et son évocation de Rouen (oui, je suis chauvin).

Il n’est aucune raison que le ver(s) ronge la peau telle un remords aux auteurs-compositeurs de cet album très réussi qui mérite d’être mis en lumière dans sa noirceur : un diamant noir qui ne demande qu’à être serti sur une chevalière enfilée à un annulaire de cuir gainé.

A écouter en montant pour prendre un dernier vers, et finir éventuellement [par prendre] à l’envers.

P.S : Si vous voulez en savoir plus sur le groupe et l’album, voici une interview complète d’Emmanuel Lévy: http://www.soilchronicles.fr/interviews/wormfood2016

Tracklist:
1. Prologue (1:34)
2. Serviteur du Roi (8:21)
3. Ordre de Mobilisation Générale (9:51)
4. Mangevers (5:46)
5. Gone On The Hoist [GOTH] (3:03)
6. Collectionneur de Poupées (6:37)
7. Géhenne (8:22)
8. Poisonne (8:54)

Facebook: https://www.facebook.com/wfood/
Site officiel: http://www.wormfood.fr/
Deezer: http://www.deezer.com/artist/283028
Youtube: https://www.youtube.com/user/whorefoot

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Wormfood – L’Envers”

  1. pingback pingback:
    Posté: 23rd Mai 2016 vers 2 h 45 min
    1
    Wormfood | Soil Chronicles

    […] l’occasion de la sortie toute fraiche de « L’envers » (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/wormfood-lenvers), le nouvel album du célèbre groupe de Black Symphonique/Avant-garde Wormfood, nous avons eu le […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green