Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


  • Romu: Basse
  • Fa: Guitare
  • Sam: Chant
  • Jay: Batterie
  • Dave: Guitare / Choeurs

Style:

Dark Alternatif Metal

Date de sortie:

26 Mars 2014

Label:

Dooweet Records

Note du SoilChroniqueur (Homer Fry) : 9/10

The Milton Incident est un jeune groupe, qui fêtera ses 5 ans, avec désormais un album à sa discographie sorti sur Dooweet Records en mai dernier. On peut d’ailleurs rapprocher leur son de celui produit par leurs confrères de 9 Fake Reasons, le groupe ayant le style le plus proche dans le label. L’Alternatif Metal est relativement simple dans l’esprit, à l’image de Alternatif Rock, un style simple d’écoute, efficace, plutôt ouvert aux non-initiés du Metal notamment. C’est aussi un peu un foutoir dans lequel on balance les artistes de Neo Metal (principalement), MetalcorePost-Grunge, etc. Mais ce sont toujours des groupes avec des influences variées, à la frontière Rock/Metal.

TMI, c’est tellement ça. L’univers de la formation est vraiment prenant, posé et un peu sombre, rappelant qu’ils nomment leur style du  Dark Alternatif Metal. Après une intro « basique », leur son se fait entendre et ressentir dès « Deadset », avec une voix chantée, légèrement enraillée qui fait relativement penser à Alice In Chains dans les morceaux les plus sombres de leur carrière : les dernières années deLayne Staley. Les Français se gardent aussi d’avoir un son propre, toujours morose. Sam ne se préserve tout de même pas de hurler d’un morceau à l’autre, au détour d’un break ou d’un refrain.

Les styles, en restant Alternatif Metal, sont variés. « Dead Ex Machina » débute plus techniquement et violemment, alors qu’immédiatement après « Dearest Enemy » est composé de façon à mettre plus de douceur en avant grâce aux instruments plus discrets. « Split Second » est un parfait exemple de ces variations totalement gérées par la formation, faisant succéder moments à se faire bouger la tête et un refrain mené par un voix gracieuse. Malheureusement ces renversements sont trop réguliers, on arrive facilement à trouver où sera le prochain changement mais ça reste toujours plus agréable qu’un courant alternatif ou bien qu’un album à deux vitesses.
Bien que les meilleures pistes soient parsemées au fil des 50 minutes, quelque-unes se trouvent dans les 20 dernières minutes, comme le puissant duo « Pyromaniac » et « Conspiracy of Silence » ou l’ultime « 10-56 » composé d’un piano en introduction et d’une guitare acoustique qui nous emmene loin une dernière fois, fort d’un refrain prenant et entêtant.

Si l’on fait le rapport durée/mauvais points, c’est franchement superbe pour un premier essai. Au-delà d’une partie chantée sonnant mal sur « Dearest Enemy », rien ne saute au yeux à part du talent et l’envie de ré-écouter l’album. C’est là qu’on remarque la patte devenue experte et reconnaissable de Dooweet Records.

Tracklist:
1. Innocence Lost
2. Deadset
3. Torn Down
4. Deus Ex Machina
5. Dearest Enemy
6. Split Second
7. Dopamine
8. Irukandji
9. Pyromaniac
10. Conspiracy of Silence
11. Memento
12. 10-56

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green