Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Matthieu Morand: Guitare
Thomas Das Neves: Batterie
Kevin Kazek: Chant

Style:

Prog Metal Symphonique

Date de sortie:

Mars 2011

Label:

Fantai'zic

Note de la soilchroniqueuse (Vani): 08/10

 

Symakya est un jeune groupe lorrain de prog métal symphonique.
Leur premier album, nommé Majestic 12 : Open files est sorti en mars 2011 sous le label Fantai’zic.
Le trio est composé de Matthieu Morand (guitare, Akroma, Elvaron), Thomas Das Neves (batterie, Heavenly) et Kevin Kazek (chant, Seyminhol). Vous me direz, ce ne sont pas des inconnus… D’autant plus que leur album a été masterisé par le célèbre Sascha Paeth (Epica, Kamelot…)

Nous sommes donc face à un concept-album, qui traite des manifestations extra-terrestres dans l’Histoire.
Concernant l’artwork, nous pouvons dire qu’il est étrange mais plein de sens, et surtout en lien avec le thème.

La formation nous livre un power symphonique musclé, avec des touches de Metal prog. Des compositions énergétiques, avec des rythmiques soutenues et des solos enchanteurs.

Avec « Genesis« , le titre d’ouverture, ça commence fort : nous avons là plus de 8min de voyage épique.
Grâce à des solos de haut niveau (à la Stratovarius), des mélodies entraînantes et un refrain qui marque l’esprit, ce premier titre s’avère être une réussite.
Le duo guitare-batterie du power est très présent, et rend à merveille ici.
Le chant masculin apporte beaucoup à la formation, et rend cet album assez original. De plus, la voix de Kevin ne laisse pas indifférent. Puissante, énergique mais il sait aussi passer dans l’émotionnel.

Des titres plus mystérieux comme « The first disturbing contact« , qui nous rappelle le thème de l’album. Pas de chant ici, mais des mots et des bruitages étranges. Une bande son magistrale, épique encore.
Nous assistons à une sorte de fin du monde, l’arrivée des extra-terrestres peut-être.
En bref, un titre pour le moins énigmatique, qui nous fait penser à une bande originale de film.

Guitares saturées, rythmiques power, violons, batterie endiablée, chœurs et voix puissante : Symakya a fait fort avec cet album, et a su trouver le bon mélange pour se créer son propre son loin des clichés du power. Chaque titre est marquant, chaque refrain entraînant.

Avec « Under the banner of faith« , nous avons là une compo digne des plus grands du monde du Metal.
Une ouverture de type marche militaire, qui n’est non sans nous rappeler encore et toujours le thème principal.
Puis nous nous envolons à nouveau dans l’univers power, violons, rythmes endiablés…

Et pour finir, venons-en au dernier titre : « Disconnected, end of process. » Véritable oeuvre classique, qui clôt l’album en beauté. Encore ici, ce titre pourrait faire office de musique de films sans problèmes.

En bref, Symakya est une formation très prometteuse qui évolue dans un style particulier, celui du power sympho.
Mais le groupe a su se démarquer, par des compositions originales et différentes de ce qu’on a l’habitude d’entendre. Et surtout, les ambiances qui se dégagent des titres sont uniques.
Affaire à suivre, donc.

 

Site officiel: http://www.symakya.net/

Myspace: http://www.myspace.com/symakya

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green