Communication de nos partenaires

ShadowKeep – ShadowKeep

Le 1 avril 2018 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Chris Allen - Guitares lead
  • Nicki Robson - Guitares rythmiques
  • Omar Hayes - Batterie
  • James Rivera - Chant
  • Stony Grantham - Basse

Style:

Power Metal

Date de sortie:

30 Mars 2018

Label:

Pure Steel Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10 

Formé en 1999, on ne peut pas dire que ShadowKeep inonde le marché du disque avec le nombres d’albums qu’ils sortent puisque cette nouvelle offrande éponyme n’est que le quatrième full length du groupe, mais que ce soit leur premier EP (ShadowKeep en 1999), puis Corruption within (2000), A Chaos Theory (2002) et The Hourglass Effect (2008), ils ont toujours pratiqué un Power Metal un rien progressif qui les a fait se ranger aux côtés de pointures du genre comme Crimson Glory, le Queensÿche de la grande époque ou Fates Warning. C’est dire la qualité du groupe.

Mais là, l’air de rien, il s’est quand même passé dix (trop) longues années entre The Hourglass Effect et ce petit dernier. Au point que, il n’y a pas si longtemps que ça, en me réécoutant les précédents albums dans la voiture lors de quelques jours de vacances méritées l’été dernier, je m’interrogeais sur l’éventualité d’un retour du groupe et surtout d’un nouvel album. Un tour sur le site du groupe pour s’apercevoir que j’avais zappé une information de taille : Richie Wicks, qui lui même avait pris la succession de Rogue Marachel au chant, est remplacé par Monsieur James Rivera. Et en tant que grand fan du chanteur tant dans Helstar que dans Killing Machine ou Distant Machine, et que j’ai adoré écouter que ce soit dans Malice, Seven Witches, Destiny’s End ou Vicious Rumors, c’était évident que j’allais applaudir des deux mains son chant chez ShadowKeep !

On l’aura compris, je suis fan de Rivera et je ne m’en suis jamais caché dans chacun des albums que j’ai pu chroniquer sur lequel il apparait ! C’est malgré tout non sans une pointe d’inquiétude que je me passe l’album en ayant peur de l’éventuel incident de parcours. Et bien je t’en foutrais, tiens ! ShadowKeep avec James Rivera, c’est juste magique, n’ayons pas peur des mots…

Déjà, le jeu des guitaristes Chris Allen et Nicki Robson, derniers membres originels de la formation, fait des miracles. Stony Grantham à la basse tient les quatre cordes avec brio et forme avec la batteur Omar Hayes une section rythmique des plus précises.
Et si ShadowKeep a son identité propre, on ne peut s’empêcher de faire des comparaison et se dire qu’on n’a pas entendu un album de Power Metal aussi bien foutu depuis Transcendance de Crimson Glory.
Rivera pousse même le vice (et le talent) à nous faire repenser au regretté John Patrick « Midnight » McDonald, particulièrement flagrant sur l’acoustique “Little Lion”. On repense aussi bien souvent à Helstar, notamment à l’album Nosferatu, lors de quelques riffs rapides accompagnant le chant caractéristique du Maître, où au Queensrÿche de Operation : Mindcrime sur certains riffs de “Isolation”.

Et plus l’album passe, plus on sent une montée en puissance qualitativement parlant : il suffit de se mettre entre les oreilles toute la partie qui débute par l’instrumental acoustique “The Sword of Damocles” sur lequel s’enchaine le monstrueux “Immortal Drifter” avant de finir en apothéose avec l’incroyable “Minautor” d’une durée proche de dix minutes.

Avec ShadowKeep, le groupe nous balance un album de grande classe, d’une richesse remarquable de par sa diversité, ses changements de rythmes, ses breaks qui nous prennent à contrepied, et surtout de par un talent de composition hors pair de ses têtes pensantes.
Et c’est avec une facilité limite insolente que le groupe alterne passages rapides avec d’autres plus planants, acoustiques, et quelques mid tempo bien sentis : en onze titres (dont une intro) pour 55 minutes purement passionnantes, ShadowKeep nous balance tout ce qui se fait de mieux dans le genre et passer à côté d’un tel album, quand on aime le pur Heavy Metal, serait un sacrilège.

Quelle belle idée de la part du groupe d’avoir recruté James Rivera ! La somme de tels talents ne pouvait que donner une réussite… Quelle belle initiative de la part de Pure Steel Records d’avoir sorti un tel chef-d’œuvre ! D’ores et déjà dans mon top 5 de l’année ! Un must, qu’on vous dit !!!

Tracklist :

1. Atlantis (Instrumental) (1:51)
2. Guardian of the Sea (5:20)
3. Flight across the Sand (7:56)
4. Horse of War (5:08)
5. Little Lion (2:35)
6. Angels and Omens (5:23)
7. Isolation (4:22)
8. Never forgotten (3:07)
9. The Sword of Damocles (Instrumental) (3:43)
10. Immortal Drifter (6:09)
11. Minotaur (9:27)

Site officiel : http://www.shadowkeepmetal.co.uk/
Myspace : http://myspace.com/shadowkeepuk
Facebook : http://www.facebook.com/Shadowkeepmetal
PureVolume : http://www.purevolume.com/Shadowkeep

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green