Communication de nos partenaires

Satan Jokers – AddictionS

Le 3 décembre 2011 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Renaud HANTSON - Chant, Batterie
  • Pascal MULOT - Basse, Choeurs
  • Michaël ZURITA - Guitares, Choeurs
  • AUREL - Batterie

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

Octobre 2011

Label:

Brennus Music

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar): 8,5/10

 

La musique pour beaucoup permet de se défouler, libérer son esprit, se vider la tête… Nombreux sont ceux qui retrouvent dans les musiques violentes telles le Heavy Metal un côté brutal avec lequel ils délivrent toute leur énergie et mauvaises pensées, exprimant leur violence afin de se sentir ensuite apaisé. Le Metal a donc une vertu thérapeutique en tant « qu’égoutteur » de glande à venin.

Renaud Hantson et Laurent Karila ont réussi à trouver un second bon côté à la musique, sa facilité d’approche, permettant une mise en garde. Le Hard Rock pour la prévention contre la drogue. En entière contradiction avec le fameux « Sex, Drugs & Rock n’ Roll », défiant ainsi nombre de ses principes, le rock peut être détourné, et aller à l’encontre de ses fondamentaux. En même temps la base du Rock et plus du Hard Rock étant de faire ce qu’on veut, et vu qu’il n’y a que les c*** qui ne changent pas d’avis, pourquoi ne pas aller dans ce sens ?

« AddictionS » est le troisième album de Satan Jokers depuis son retour avec les albums « SJ2009 » et « Fetish X ». D’ordinaire on arrive à retrouver dans leur musique une énorme dose de bonne humeur et certaines touches d’humour, enfin de la gaîté, du bien être,… doit on s’attendre à un changement avec un concept plus sérieux?

Ce nouvel opus, peut être coupé en trois parties, la première allant de l’ouverture à « Appetit pour L’Autodestruction », la suivante jusqu’à « Lune de Miel » et enfin une dernière qui clôture l’album. Pourquoi ce découpage me direz vous ? Simple désire du chroniqueur qui ne s’en sortait pas avec une page blanche et qui décide de démarrer ainsi ? Ou alors est ce plus musicalement que l’on ressent une totale différence… Quel suspens dans cet écrit…

La réponse aux deux questions est un « Non », il s’agit plus d’un simple délire du Celte qui pense (oui car il faut préciser qu’un chroniqueur n’a pas la science infuse du Metal, le dieux suprême à qui un album doit plaire, mais c’est juste un gars qui donne son ressenti sur un disque, ce n’est pas parce qu’un chroniqueur dit « j’aime pas les frites » que les dites patates deviennent mauvaises du jour au lendemain. Enfin bon, le Celte s’égare…). Cette répartition de l’album vient plus de l’ambiance des émotions que l’on (enfin lui le Celte, vous suivez?) ressent à l’écoute d' »AddictionS ».

Au début c’est un descente aux enfers, on court on ne sait où avec un « Reine Cocaïne », très speed. Enlevez sa poudre à un toxico, vous verrez l’état de stress dans lequel il se met. Les cinq premiers titres évoquent la première étape vers la désintoxication: la privation. Il faut survivre à cet état d’énervement, le cœur bat aussi fort que la basse sur « Dealer, Docteur Vice », la rage est présente. Le corps s’habitue peu à peu à ce manque, le rythme cardiaque diminue petit à petit, les yeux voient de moins en moins rouge, nous amenant alors ….

A la deuxième partie de l’album, la déchéance, avec « Une Semaine en Enfer » passage plus triste, mélancolique, on regrette nos gestes, pourquoi en avoir pris, quel était l’intérêt… On (Là c’est impersonnel c’est pas le Celte, vous suivez toujours?) veut la quitter. La chaleur est plus agréable que la neige. Sauf qu’on est perdu, après l’énervement, l’énergie n’est plus là, on devient triste, fou,… On regrette maintenant d’avoir arrêté,  ce n’est pas un sombre et lourd « Detox » au chant rageur qui nous dira le contraire. Retour à la réalité avec une prise de lucidité « Lune de Miel », dernière étape des regrets, prendre conscience de notre bien-être, le sourire réapparaît peu à peu, on peu entrevoir nos dents. On retourne alors à …

La vie, avec des titres comme « Mephedrone  » et « Chute, Rechute » qui sont plein de vivacité. Du bon vieux Heavy, au riff prenant, des refrains mémorisables en très peu de temps. Que du bonheur, une renaissance, on redécouvre toutes nos possibilités, on ne se souvenait pas de ce que notre corps était capable de faire, la vitesse la liberté. La clôture de l’album, n’aurait pu être mieux choisie qu’ avec « Ma Vie Sans », pièce maîtresse, montrant qu’en plus d’être heureux, on est bien meilleur qu’avant car capable d’utiliser 100% de ces capacités. Le cap est franchi, on est « Clean ».

AddictionS, est une vraie réussite, une musique géniale, qui réchauffe le cœur, et qui en plus part sur de bonnes intentions, avec un chant bien évidement en français afin de toucher plus facilement l’auditorat. Un très beau projet de Satan Jokers qui signe là son meilleur album et de loin.

Enfin pour ceux qui l’auraient compris, il s’agit de l’avis du Celte, et si vous êtes pas d’accord, réécoutez l’album, car c’est pas normal.

 

Myspace:http://www.myspace.com/satanjokers

Facebook:https://www.facebook.com/satanjokersfanpage?sk=info

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green