Communication de nos partenaires

Rotting Christ – Rituals

Le 11 février 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Sakis Tolis : Chant, Guitare rythmique
  • Vagelis Karzis : Basse
  • Themis Tolis : Batterie
  • George Emmanuel : Guitare lead
 

Style:

Doom Dark Atmospheric Metal

Date de sortie:

12 février 2016

Label:

Season Of Mist

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 8.5/10

« Ô toi le plus savant et le plus beau des anges, dieu trahi par le sort et privé de louanges, ô Satan, prends pitié de ma longue misère » car je vais devoir faire l’apologie du Bien au détriment du Mal, en présentant le 13ème album de Rotting Christ intitulé Rituals.

Pourtant avec un tel nom de groupe, tu penses bien, ô Satan, que j’allais pouvoir te servir et qu’ils en seraient mes vecteurs. Tu parles… ils sont futés, tes serviteurs hellènes zélés ! Sans en faire un pataquès, leur subtilité est de t’adresser leur révérence sans tomber dans les clichés. En effet, Rituals, comme son titre l’indique, aborde les rituels liés à la mort, ton pote Thanatos, et tout ce qui a trait à l’occulte, mais avec la subtilité de ce faire dans diverses cultures mondiales et en diverses langues – oui, je sais, c’est une forme d’hommage vu que c’est toi qui a créé les langues pour mettre un peu plus de boxon sur terre, en faisant que ses créatures ne se comprennent pas. Par conséquent, ils le font en latin (ouh, les vilains blasphémateurs), en hébreu (Jehovah RPZ), en français (par les mots de Baudelaire qui t’a si bien encensé), en hindi (c’est Kali et Shiva qui vont être contents), en anglais (pour diffuser ta parole à l’international, autant le faire dans la langue la mieux maitrisée et comprise par le monde consommateur) et évidemment en grec (inspiré entre autres d’Euripide… « La vanité, c’est décidément mon péché préféré » disait ton plus éminent représentant cinématographique Al Pacino dans l’Associé du Diable).

Ils sont malins, tes anciens élèves, les frères Tolis : s’ils avaient commencé par du Black Metal assez traditionnel, de celui de Venom et Celtic Frost, les élevant à un rang de notoriété dépassant les frontières de la péninsule grecque et faisant d’eux les fleurons nationaux du genre, en binôme avec Septic Flesh (dans un autre genre), en 27 ans de bons et loyaux services, ils ont petit à petit viré vers quelque chose de plus dark atmospheric, traduisant musicalement des ambiances occultes et obscures… C’est futé, j’te dis, ça leur permet à la fois d’être musicalement plus accessibles, plus narratifs sans dénaturer leur message de fond… Et ici le pari est assez réussi puisque la lourdeur et la sensation d’envoutement de la transe passe par la répétitivité, les accents pesants percussifs, un esprit général de bourdon d’accompagnement, surtout des mid tempo… Quand un rituel en ton honneur, fait par un « Apage Satana » très shamanique, va crescendo de sa tribalité primitive à sa darkitude métallique, les « Litanies de Satan » baudelairiennes si bien déclamées autrefois par Misanthrope, perdent ici de leur saveur par leur lourdeur et leur scansion qui manquent… de poésie, toutes bien exprimées en un français sans accent par Vorph, un autre serviteur de tes sbires, en l’occurrence Samael. Oui, tu me connais, Seigneur des Ténèbres, je suis perfectionniste, le défaut qu’on aime à présenter lors d’un entretien d’embauche… mais c’est pour te rendre le plus vibrant des hommages. Par conséquent, prends pitié… prends pitié… Kyrie, quoi, allez, steuplait…

Ils se permettent également de faire venir une autre créature de renom, Nick Holmes de Paradise Lost, pour déclamer sur « For a Voice like Thunder » au nom de notre dieu… In Nomine Dei nostri devrais-je dire, mais ils le font également d’eux-mêmes en ouverture d’album…

On est un peu dans le trouble quand « Devadevam » est entonné, jouant sur des modes « mijeurs » (ou « maneurs », au choix), désemparant… Tout autant que ce Black Metal chantant des chœurs – omniprésents dans l’album – en révérence à la Mort – ta « vieille et forte amante » – grecque, et qui devient très vite mélodique parmi ce flot de virilité imposante. Ils terminent même leur opus obscurantis par l’évocation de tes éminents quatre cavaliers qui, tels des serpents susurrant et sifflant, ourdissent dans l’ombre ton avènement.

Ite missa nigra est ! Nos hellènes ne comptent pas rester seuls sur le sable, les yeux dans l’eau : ils te vénèrent, te révèrent, te rendent hommage, rendent hommage à leur manière à l’occultisme et au coté obscur de la Force… A écouter après avoir psalmodié les Rituels sataniques d’Anton La Vey.

 

Tracklist:
1. In Nomine Dei nostri (4:58)
2. Ze Nigmar (4:44)
3. Elthe Kyrie (4:50)
4. Apage Satana (3:50)
5. Les litanies de Satan (3:56)
6. For a Voice like Thunder (6:12)
7. Komx om Pax (6:22)
8. Devadevam (5:18)
9. Tou Thanatou (3:38)
10. The four Horsemen (5:24)

 

Site officielhttp://www.rotting-christ.com/

Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UC9RTKE9DYc6YwVYH2uCtekg

 

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Rotting Christ – Rituals”

  1. pingback pingback:
    Posté: 19th Sep 2016 vers 20 h 55 min
    1
    Motocultor Festival 2016 : jour 1 (19/08/2016) | Soil Chronicles

    […] 4 morceaux de moins, dont une grande partie extraite de leur dernier et excellent album, Rituals. (http://www.soilchronicles.fr/chroniques … st-rituals) Vivement la tournée […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green