Communication de nos partenaires

Pryde – Psychocentesis (2013)

Le 6 décembre 2013 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Chant : Val / Guitare : Cyrille / Guitare : Lo / Basse : Sam / Claviers: Loz / Batterie : JP.

Style:

Prog / Metal

Date de sortie:

15 février 2013

Label:

Brennus Music

Note du Soilchroniqueur (Erikillmister) : 9/10

 

Autant vous prévenir, ce disque est un chef d’œuvre ! L’un des plus aboutis qu’il m’ait été donné d’écouter ces 6 derniers mois ! J’ai d’abord découvert le combo marseillais en live, lors d’une soirée à l’Ampérage à Grenoble. Je les avais trouvés si bon, que j’ai eu envie d’écouter leur album. Et depuis lors, il tourne quasiment en boucle chez moi. J’ai peine à croire que ce groupe ne soit pas plus connu ! Comme je vous l’indiquais un peu plus haut, c’est du très bon ! Pourtant l’exercice était périlleux ! Un concept album parlant d’internement psychiatrique, de subconscient, vous allez me dire : « Oh merde ! Encore des mecs qui se prennent pour Dream Theater ! » Et bien, que nenni ! Une vraie œuvre originale, maîtrisée de bout en bout !

En préambule l’inquiétant « Collapsing », bruits de bottes résonnant sur le sol, porte grinçante ouvrant sur une espèce de docteur Mabuse prêt à explorer le cerveau du narrateur, nous plante le décor. Les défenses mentales passées, nous atteignons le point de non retour (« Point of no Return »), où tout de suite, la voix sublime de Val nous transporte dans les méandres de cet esprit à la frontière de la folie. Le riff majeur est obsédant, vrillant les méninges, la rythmique lourde, inquiétante, claviers et guitare se disputant le leadership, et alors qu’on tombe sur les rotules, le couplet craché par Val nous achève. Implacable, c’est le terme qui convient le mieux pour « Trapped in a Dream ». Encore une fois claviers et guitares donnent à la chanson cette petite orientation Prog/Metal qui lui sied a merveille, le break mené par une basse vrombissante s’incorporant fort a propos dans l’ensemble. Du grand art ! « Artificial Paradise » continue dans cette veine, agrémentée d’un très beau texte évoquant de fortes addictions. Exécuté de main de maître, le morceau est assez proche d’Opeth, voire de Dark Tranquility (« Crown of Misery »). Les clochettes introduisant « Birth of Dementia » peuvent nous laisser penser à une accalmie…Perdu ! Les musiciens tissent une merveille d’instrumental ou, tour à tour, chacun vient apporter sa pierre à l’édifice, le tout encore une fois avec une dextérité vraiment impressionnante ! Le morceau titre, « Psychocentesis » fait d’abord la part belle au duel guitare/keyboard, avant que le frontman des marseillais nous fasse une fois de plus la leçon. Quelle voix ! Et comme derrière tout le monde est au diapason, ça nous donne une fois de plus une pièce alliant force, puissance et mélodie. La tension monte d’un cran avec le titre le plus violent de l’album, « Cold Light » ; riff sautillant, grosse batterie, les claviers sont ici plus discrets, se contentant d’être en contrepoint de la mélodie, le groupe s’aventurant là, hormis le chant, vers des contrées plus Death mélodique.
« Between the Lines » est, quand à lui, plus conventionnel (il ferait un excellent single !), mais ça reste largement au dessus de la moyenne, perso, j’aime bien les chœurs qui viennent ourler, ça et là, la mélodie. Le côté symphonique qui clôt la chanson, me plaît également beaucoup. Encore un titre accrocheur, « Illusive Faith », avec, une fois de plus, un show vocal de la part de Val, modulant sa voix passant de l’aigu au grave sans donner l’impression de forcer, étant de plus parfaitement mis sur orbite par la paire de talentueux guitaristes officiant dans le combo. Petit îlot de quiétude, dans ce magma de décibels, « Sept on the Mist » avec son arpège obsédant vient ralentir quelque peu le tempo, introduisant de très convaincante façon « The Awakening » , pour moi le titre le plus abouti (même si, au risque de me répéter tout les morceaux sont bons !). Tout y est parfait, de l’intro acoustique magnifique, avec cette façon sublime de poser la voix, au tourbillon de pure violence qui suit. Durant toute la chanson ce ne sera d’ailleurs qu’alternance de ces deux composantes, quiétude et fureur, le chant Death étant ici encore employé à bon escient. L’opus se clôture sur « Coming to Consciousness », sorte de descente non contrôlée après absorption massive de puissants hallucinogènes, résumant parfaitement la teneur de cet incroyable album, personne n’en sortira indemne ni vous, ni moi. Il est interdit de passer à côté d’un tel album, que vous aimez le Prog, le Heavy, le Death mélodique, et même au-delà….Ce « Psychocentesis« , vous comblera.

 

Track list:

01: collapsing
02: the point of no return
03: trapped in a dream
04: artificial paradise
05: birth of dementia
06: psychocentesis
07: cold light
08: between the lines
09: illusive faith
10: step out of the mist
11: the awakening
12 :coming to conciousness

Site officiel : http://www.pryde.fr/
Myspace : http://www.myspace.com/prydeheavy
Facebook : http://www.facebook.com/PrydeMetal

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green