Communication de nos partenaires

Pin-Up Went Down – 342

Le 4 juillet 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Alexis Damien : Multi instrumentiste, chant
Asphodel : Chant
Nicolas Damien : Piano

Style:

Metal expérimental /avant-gardiste

Date de sortie:

28 Juin 2010

Label:

Ascendance Records

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller)

8,5  / 10

Fin 2006, le multi instrumentiste compositeur de génie, Alexis Damien (Carnival In Coal, Wormfood) jette les bases de son Side Project Pint Up Went Down initialement appelé « Esthete Piggie ». La divine vocaliste Asphodel (Penumbra, Nowonmai) le rejoint et en Mai 2008 sort, déjà chez Ascendance Records, le précurseur 2 Unlimited qui va laisser sur le cul la plupart de ceux s’étant essayer à sa découverte auditive d’une part. Et de l’autre mettre un sacré pavé dans la mare des chroniqueurs dont la majorité seront sujets à d’incommensurables tourments quand à délivrer leur review.

Pourquoi ? Tout simplement car Pin-Up Went Down est une entité viscéralement à part et unique. Le duo de Rouen, devenu trio depuis avec l’arrivée du frérot pianiste/compositeur Nicolas, persiste et signe dans son Metal expérimental et avant-gardiste. L’ « Intrusion » psychédélique des Aliens du premier opus ou ondulaient chant lyrique féminin, voix de petite fille, et lignes vocales rageuses masculines, tenaient d’un « cinquième élément » auditif à la Luc Besson. Un melting pot, un maelström, un conglomérat sidérant et révolutionnaire –à l’image de l’intro de Never Dead Bat Make-Up- qui désarçonna même les plus ouverts et expérimentés chevelus métaleux…

Un second jet est souvent celui de la stagnation ou de la confirmation, soit. Et bien ce 342 sera celui d’une réalité indéniable, le potentiel et le pouvoir créatif de PUWD ! Le génie d’Alexis est incommensurable et les onze titres de la track proposée seront dans la droite lignée, le même sillon que l’inaugural 2U. Un mix, hybride de metal, de Death, de Prog, de gothique, de pop, de funk, de soul, -la liste des ingrédients étant non exhaustive-, ou les sonorités ciselées, les sons de batterie en décalage occasionnel et contre temps présentant les ruptures, les lignes de basses parfois mises insidieusement en avant, se révèlent comme de purs sucres d’orges au gout teinté de bizarreries saisissantes. Petite évolution, le travail de composition sidérant de diversités, originalités et plus encore de maturité parait mieux canaliser que précédemment. Ceux qui reprochaient à 2U de partir en tous sens en seront donc pour leur frais, 342 se dévoilant comme plus accessible et mieux maitrisé.

Le panel de gâteries sera cependant du même acabit avec par exemple des ambiances et atmosphères psychédéliques et schizophréniques dignes d’un « Steven » du « Welcome to My Nightmare » du Sieur Alice Cooper dès le « Diapositive » d’intro. Quoique ressorte souvent une certaine propension du trio à évoluer dans le « Nunsexmoonrock » de la déjantée Nina Hagen. Chaque titre délivré sera empreint de caractéristiques particulières tel un « Porcelain Hours » dévastateur ou se claquent des grawls énormes dignes d’une Angel Gossow d’Arch Enemy en pleine période printanière du rut. Un « Khabod Of My Aba” nappé d’ « Enigma » ou « Era », typé chant grégorien mystique durant son intro développée, avant son explosion de décibels. Un « Escargot » gaélique manière Sinnead O’Connor ou les vocalises cristallines à capella et en canon auront un pouvoir de séduction sans concession pouvant rendre la balle par ailleurs à un refrain à la Sharleen Spiteri des « Texas ».

Ces alternances syncopées entre lourdeur corrosive purement Metal et refrain Pop, entrecoupées de passages viscéralement « Roots » à l’exemple d’un « Essence of I » ravageur et véritable highlight de l’opus, sont l’incontestable marque de fabrication de Pin-Up Went Down dont l’appellation d’origine contrôlée est justifiée indubitablement par le souci de recherche et surprise. Un « Vaginaal Nathraak », méritant à ces égards un réelle mention tant son intro est nacrée de la complainte des petits champignons voulant se faire manger… Avant que ne déboule une lame de fond Metal hystérique débouchant à nouveau sur un refrain pop, et un enchevêtrement démoniaque et ravageur. Hors des sentiers battus, du grand art tout simplement. Qui risque cependant d’ébahir les cages à miels de ceux aimant évoluer en terrain connus et conquis.

Car l’inconvénient majeur de la musicalité de nos frenchies demeure à mon sens celui-ci. Totalement hors courant, rarement entendu, surfant sur la profusion, que de nouveautés à assimiler pour une planète Metal sommes toutes relativement conservatrice. Ces écueils pourraient en rebuter nombre d’aficionados, ce qui serait plus que dommageable tant ce 342 est à découvrir. Vous n’avez pas si souvent que cela le loisir d’être surpris et conquis par un produit artisanal (mais professionnel) non allégé et calibré ; alors quand bien même cet opus s’affadit en fin de course…Laissez vous tenter.

Myspace : http://www.myspace.com/pinupwentdown

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Pin-Up Went Down – 342”

  1. pingback pingback:
    Posté: 26th Jan 2011 vers 15 h 33 min
    1
    www.pinupwentdown.fr » Review 342 Soilchronicles

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green