Communication de nos partenaires

Otargos – No God, No Satan

Le 24 octobre 2010 posté par Wën

Line-up sur cet Album


Dagoth : chant, guitatre
Astaroth : guitare
XXX : basse
Thyr : batterie

Style:

Black-metal

Date de sortie:

2010

Label:

Season Of Mist

Note du soilchroniqueur (Wën) : 07/10

Otargos est décidément un nom qui revient bien souvent au sein de la petite communauté de Soilchronicles ces derniers temps. Une galerie photos, une surprenante interview vidéo au Hellfest et un tour-report de sa tournée française en première partie de Watain et Destroyer 666 (Paris, Rennes et Lyon), la bête bordelaise semble en effet prise d’un soudain désir de truster nos colonnes. Mais pourquoi donc ces si soudaines crises et autres convulsions ? La naissance de son horrible et difforme dernière engeance en serait-elle la cause ? Cela se pourrait. Chronique donc, d’un monstre enfanté dans les ténèbres.

Les ténèbres, oui. Car l’univers d’Otargos, ne se permet d’autres horizons que l’infinie noirceur d’une nuit sans lune. Depuis cette dizaine d’années que la sombre entité a déclaré siennes ces terres désolées ou aucune vie n’est raisonnablement possible, nulle source de clarté n’est encore parvenue ne serait-ce qu’à dissiper ce morne brouillard dans lequel baigne son cinquième rejeton. En ce monde monochromatique, seul le Grand Néant règne. N’acceptant nulle obédience d’une quelconque déité, pas plus celle de Dieu que celle de Satan, le combo tente ainsi de prouver à qui veut bien l’entendre qu’il demeure seul maître de sa destinée. Otargos reste donc logiquement et fermement ancré dans une formule initialement abordée sur « Kinetic Zero » (2007) puis réaffirmée sur « Fuck God – Disease Process » (2009), à savoir un black-metal furieux et agressif, toujours appuyée par des textes clairement antireligieux.

En ces royaumes musicaux sordides, le temps même n’a aucune prise : seul le tempo compte pour ces guitares vindicatives assénant immuablement leurs riffs entêtants, tantôt agressifs tantôt pachydermiques, suintant comme autant de plaies éternelles déchirant le fragile voile éthéré de cette vaporeuse réalité. Otargos, par la voix de son héraut, l’écorché vif Dagoth, d’ailleurs bien plus convainquant dans ce rôle de prêcheur forcené que celui de funèbre orateur, nous entraîne dans les plus sombres recoins de son monde torturé et distordu. Là, il rôde en tyran, ne partageant son joug qu’avec ses deux filles Lancinance et Dissonance, qui de leurs suaves caresses impies, savamment appliquées à quiconque s’introduit en leur domaine, savent s’y prendre pour réchauffer une atmosphère pourtant glaciale. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’Otargos abandonne ses plaisirs solitaires pour, le temps d’un ébat malsain, pénétrer à son tour l’une ou l’autre. Deux sœurs, deux filles insatiables, pour, en un râle rauque et dans un même élan orgasmique, traduire un malaise sonore évident.

C’est au gréé des gémissements de ces dernières qu’a dont été élevé ce rebut des dieux qui va rapidement apprendre de ces plaisirs voluptueux et indécents, s’extrayant à tâtons des ténèbres patriarcales pour, sournoisement, partir pervertir le monde. Rampant et accrocheur : Otargos, jubilant, peut être fier de ce fils, nouveau supplice à l’édifice de ses vices.

Page myspace : www.myspace.com/otargos

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green