Communication de nos partenaires

Onslaught – Sounds of Violence

Le 1 février 2011 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Sy Keeler - Vocals
Nige Rockett - Guitar
Andy Rosser-Davies - Guitar
Jeff Williams - Bass
Steve Grice – Drums

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

28 Janvier 2011

Label:

AFM Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak): 9/10

S’il a fallu attendre pas loin de vingt ans entre le troisième (« In search of sanity ») et le quatrième album (« Killing peace ») de Onslaught, il aura fallu moins de trois ans pour voir ce bien nommé « Sounds of violence » voir le jour, si on excepte le « live damnation » de l’an dernier, sorti peu de temps après la réédition des premières démos (« The shadow of death ») de façon plus ou moins anecdotique.
Autant dire que l’envie de remettre le couvert assez rapidement afin de regagner au plus vite les galons qu’ils méritent en matière d’icônes du thrash est un euphémisme : n’oublions pas que nos thrashers anglais sont ceux qui nous ont sorti l’incroyable Slayerien « The force » en 1986, successeur d’un « Power from hell » plus death metal mais non moins dévastateur. Si on fait abstraction du plus dispensable « In search of sanity », bon album malgré tout mais passé trop inaperçu, la faute à un Steve Grimmet (ex Grim reaper) au chant rendant l’album quelque peu trop aseptisé par un son plus heavy et moins agressif, Onslaught a toujours été un excellent groupe de thrash.
Sy Keeler de retour, la donne est toute autre, et avec ses deux autres acolytes de la grande époque que sont le guitariste Nige Rockett et le batteur Steve Grice, on osait espérer au minimum un bon album.
Pari réussi : avec ces huit nouveaux titres, auxquels il faut rajouter une intro, une outro et une reprise de Motörhead, Onslaught nous fait présager tout le meilleur en matière de thrash pour l’année 2011 : les vieilles gloires ont de la ressource : il suffit d’écouter les derniers Tankard, Overkill, Forbidden, Sodom ou Exodus pour en être convaincu… Inutile de dire que l’approche d’un nouveau Destruction pour ces prochaines semaines se veut excitant pour votre serviteur.
Chez eux aussi, pour trouver une once de modernité dans leur approche du thrash, il faudra s’accrocher : old school jusqu’au bout des griffes, Onslaught récite ses gammes avec une grande maîtrise, ne révolutionne absolument rien, mais fait ce qu’on leur demande, et le fait très bien.

Musicalement situé entre « The force » pour le côté très Slayer de certaines approches et « Killing peace », « Sounds of violence » porte à merveille son nom : le titre éponyme se veut d’une agressivité malsaine et sera à coup sûr un très grand moment dans l’histoire des mosh pit en live. Certains titres comme « Rest in pieces », « Godhead » ou le final « Suicideology », lorsque les tempos s’accélèrent, sont autant de moments de folie furieuse et intense digne des meilleurs moments du thrash de la deuxième moitié des eighties.
Si certains albums du genre laissent apparaître une certaine linéarité, Onslaught sait ralentir parfois le tempo pour nous faire entrer dans des ambiances plus heavyCode black », « Antitheist »), comme pour nous faire étouffer avant de nous achever par des titres aux riffs plus rapides acérés comme des lames de rasoir.
D’entrée, l’intro guerrière met les choses en place avant que « Born of war », dès son premier riff, bien lourd, nous ferait penser à un Bolt Thrower (anglais comme Onslaught, rappelons-le) avant que le thrash reprenne le dessus.
Sur quasiment tous les titres, la voix de Sy Keeler se veut plus agressive, légèrement plus grave que sur « Killing peace », lâchant le côté Overkill pour revenir à un timbre plus personnel, se risquant presque à une tentative de growl (toute proportion gardée) sur notamment le refrain de « Born of war », ou quelques expérimentations, comme la voix trafiquée sur « The sound of violence ». On reste cependant loin du timbre limite « Arayesque » de « The force ».

En guise de bonus, une reprise de « Bomber » de la tête de moteur, avec Phil Campbell à la guitare et Tom Angelripper en cosinger avec Sy Keeler, qui achèvera les derniers survivants de cette déflagration sonore.

Difficile de dire, en janvier, si ce « Sounds of violence » est l’album thrash de 2011, mais si toutes les sorties du genre sont de cette qualité, ça promet une de ces putains de bonne année !!!

50 minutes de bonheur.


Myspace : http://www.myspace.com/onslaughtuk

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Onslaught – Sounds of Violence”

  1. pingback pingback:
    Posté: 11th Fév 2016 vers 1 h 55 min
    1
    Onslaught – Live at the Slaughterhouse | Soil Chronicles

    […] Tracklist : 1. The Sound of Violence (5’13) 2. Killing Peace (3’32) 3. Chaos Is King (4’24) 4. Let There Be Death (5’48) 5. Children of the Sand (6’32) 6. Rest In Pieces (4’56) 7. Destroyer of Worlds (5’46) 8. 66 ‘Fucking’ 6 (6’14) 9. In Search of Sanity (6’40) 10. Fight with the Beast (5’22) 11. Metal Forces (6’20) 12. Onslaught (Power from Hell) (6’24) 13. Thermonuclear Devastation (3’01)[/list] Site officiel : http://onslaughtuk.com/ Site officiel : http://www.powerfromhell.com/ Myspace : http://myspace.com/onslaughtuk Facebook : http://www.facebook.com/onslaughtuk Youtube : http://www.youtube.com/user/ONSLAUGHTOFFICIAL Twitter : http://twitter.com/ONSLAUGHTUK ReverbNation : http://www.reverbnation.com/onslaughtofficial Chronique “Killing peace” : https://www.soilchronicles.fr/chronique … ling-peace Chronique “Sounds of violence” : http://www.soilchronicles.fr/chroniques … f-violence […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green