Communication de nos partenaires

Onirism – Cosmic Dream

Le 2 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Antoine Guibert : Tout

Style:

Epic Symphonic Black Metal

Date de sortie:

1 Février 2016

Label:

Autoproduction

Note du SoilChroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

J’imagine que ce qui pousse un musicien a former un one-man-band tient en deux possibilités : soit il n’a pas trouvé d’autres musiciens assez compétents pour interpréter ce qu’il veut créer, soit qu’il a une vision, ou plutôt une écoute, particulière, une « idée très précise de ce qu’il veut entendre » pour citer une de mes connaissances. Quelle que soit la démarche entreprise, le nantais Antoine Guibert, officiant également en temps que gratteux et choriste non permanent dans Belenos, est le seul maitre à bord de son projet solo qu’est Onirism, et dont voici poindre la proue avec ce premier album intitulé Cosmic Dream. « En route pour le pays imaginaire ! » dirait Peter Pan.

Si Antoine Guibert, intervenant plutôt usuellement dans des projets pagan, gère la totalité de la production et de la création, il fait évoluer son œuvre dans un univers musical de Black Metal sympho à la croisée de Shade Empire, Raventhrone et du Dimmu Borgir de la fin des 90’s (flagrant sur « The old Man » – serait-ce une référence à Old Man’s Child, le projet parallèle de Galder à l’époque ?). Par conséquent attendez vous à de la noirceur et de la brutalité avec un orchestre (synthétique) comme fond sonore. Mais pas que : on retrouve bien évidemment quelques éléments notoires dans le Pagan (les chœurs masculins en voix claire à l’unisson) mais aussi de grandes orchestrations, avec des influences arabisantes (« Ephemeral World 1 » est une plage quasi seulement destinée à cet esprit) et orientales, voire très orientales. On repère aussi des influences du BM atmosphérique assez proches de celles de Caladan Broad (j’imagine que c’est davantage dans cette mouvance que celle d’Enya) dans le morceau qui en est sa suite directe, ajoutant aussi une pointe d’influence heavy metal dans le solo de « Weavers of Time ».

On peut aisément se prendre à dire que les BO de films ont eu aussi leur impact sur la composition, tant l’ensemble dépeint une bande son liée à l’imaginaire et l’onirique – ça tombe plutôt bien vu le nom du projet – avec des passages clairement prenants, vous emmenant dans des univers à la fois folk mais aussi ethniques, par delà la violence toute blackmetallesque exprimée à coups de blasts et de son éminemment distordu. L’album est constitué surtout de longues pistes musicales évolutives, avec des courtes plutôt axées sur les ambiances acoustiques, histoire d’aérer la densité et l’oppression crée par la déferlante de violence ci-dessus décrite.

Ne connaissant pas le point de vue artistique de l’auteur-compositeur, à part sur le fait que cet album traite des rêves lucides, la présence de trois « introduction » peut laisser présager à une vision liée aux diverses phases du sommeil, mais je m’avance en interprétations.

En plus de tout cela, l’album est très bien (auto)produit, avec un son totalement convenable à l’esthétique. Un petit regret cependant : que tout le soin porté à la partie « folk » et orchestrale quand elle est mise a nue n’ait pas été la même, ou du même niveau, quand elle se retrouve dans l’accompagnement (principalement les cordes). J’imagine que c’est un choix esthétique « 90’s BM Sympho » également, mais qui serait améliorable pour perfectionner un prochain opus. Ceci n’entrave pas mon point de vue sur le fait que cet album est très réussi et mérite de manière évidente sa place dans une discothèque pour les fans du genre. Mention spéciale de mon coté de l’oreiller pour « Baneful Glows in the Night Sky » et l’éponyme « Cosmic Dream » qui s’ensuit.

A écouter, en rêvant éveillé, cet album à dormir debout… et à suivre tel le Lapin Blanc d’Alice.

Tracklist:
1. Purple Sky (Introduction) (4:08)
2. Beginning of a New Era (6:21)
3. From the End to the Origins (8:21)
4. Ephemeral World I (5:59)
5. Ephemeral World II (6:48)
6. At the Heart of the Desert for the Eternity (Introduction) (1:56)
7. The Curse of Ahriman (7:37)
8. The Old Man (6:28)
9. Darkness (9:16)
10. Weavers of Time (10:12)
11. Baneful Glows in the Night Sky (Introduction) (2:35)
12. Cosmic Dream (6:58)

 

Facebookhttps://www.facebook.com/Onirismband

Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UC8ba9oEXDafo0Uk20DQBjVQ

Bandcamphttps://onirismband.bandcamp.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green