Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


  • Francis Tremblay : Chant
  • Stéphane Breton : Guitare
  • Jean Rufiange : Batterie
  • Rémi Vallières : Basse
  • Frédéric Le : Guitare
  • Pascal Lechasseur : Claviers

Style:

Black Metal

Date de sortie:

Fevrier 2012

Label:

Finisterian Dead End

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 6.5/10

La romance est un style musical peu connu. Beethoven en a pourtant fait un concerto au violon, un style à mélodie simple avec de nombreux couplets pour les voix et quelques instruments pour l’accompagnement. Genre musical qui selon certains serait issu de la « Brunette », la musique populaire espagnole. En traversant les océans, le brun serait devenue plus sombre, et complètement noir.

Pourquoi ce retour en arrière sur la musique venant d’un autre temps ? Tout simplement pour donner une nouvelle approche du Black Metal où la noirceur d’âme peut provenir des charmes de la romance de Beethoven, et on y aurait ajouté une connotation de violence pour atteindre une dimension supplémentaire dans la beauté, un mysticisme envoûtant.

Obscurcis Romancia est un groupe canadien de Black Metal, à tendance symphonique, influencé par Cradle Of Filth ou encore Dimmu Burgir. La formation existe depuis 1998, et n’en est pas à son premier essai. La première démo autoproduite voit le jour en 2001, elle se nomme ‘Le Regne du Seigneur de Perdition‘. Arrive alors, deux ans plus tard, l’album éponyme qui dévoile au grand jour la formation, et il faudra attendre le début de 2012 pour que  »Theatre Of Deception‘ arrive dans les bacs. Souhaitant conquérir d’autres terres, les canadiens ont choisi pour la promotion française le label breton Finisterian Dead End.

Amis de la noirceur avec Obscurcis Romancia, on plonge au plus profond des abysses. Dès le premier titre l’auditeur est plongé dans un univers des plus lugubre, un théâtre hanté. Francis Tremblay utilise deux techniques de chants différents, la principale est de type black très torturé, partant parfois dans des aigus hurlés, nous rappelant Dani Filth (« Le quatrième Acte« ), et la seconde sont les multiples growls qui viennent ponctuer chaque couplet et redonner une noirceur supplémentaire, insistant dans la folie.

Niveau instrumental Obscurcis Romancia n’a rien à prouver, un rythme soutenu, mais avec de nombreuses coupures et changements atmosphériques comme le break aux clavecins de « Sanctuaire Damné » ou alors la guitare envoûtante à pleurer de « Le Quatrième Acte« . Mais amateurs de violences rassurez vous, dès  » Awakening in Spiritual Madness« , (durant plus de dix minutes) on en prend plein les dents, avec des passages ultra rapides virant au death, notament sur la fin du titre. On retrouve cette folie sur un » Mournful Darkness » qui porte bien son nom.

Point fort de l’album « In Momeriam » avec son introduction, en mid tempo, prenante et qui vire ensuite dans un déluge de notes avec une battle claviers/guitare qui permet de redonner un peu de fraîcheur à l’album. Un coupe tout, un côté entièrement déjanté. Le chant black par ses hurlements vient rappeler à l’ordre tous les instruments qui n’en font qu’à leur tête. Jusqu’à ce que les claviers gagnent et introduisent sur une montée en puissance la deuxième partie de titre où ils auront la place dominante. Après ces quelques échanges, les cordes reviennent au même niveau que les claviers pour un final qui va en crescendo. Une composition qui rappelle un peu (dans un autre style forcément) le « Allegro Moderato » du ‘Concerto for Group and Orchestra’ de John Lord.

Au final cet album vous plonge dans une noirceur totale et vous empêche de sortir la tête de l’eau. Un condensé de folie et de violence qui vous prend aux tripes et vous les tord dans tous les sens possibles. Les atmosphères données par les petits breaks renforcent ce côté déluré qui rend le résultat plus malsain encore.

Theatre Of Deception‘ est un album marquant, avec quelques petits défauts surtout du à une production qui donne sur certains passages un côté un peu brouillon, mais en même temps dans le style pratiqué, on ne sait jamais si c’est volontaire ou pas.

Amis de la noirceur, bonsoir.

Tracklist

1. Awakening in Spiritual Madness
2. Beware the Moon
3. Sanctuaire Damné
4. Le Quatrième Acte
5. Mournful Darkness
6. From Within the Fire of Eternity
7. In Memoriam
8. Seasons of Infinite Sorrow

 

http://www.obscurcis.com/
https://www.facebook.com/obscurcisromancia/about

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Obscurcis Romancia – Theatre Of Deception”

  1. 1

    u r right motherfucker,it sucks ! fuck obscurcis romancia arrrrwww!

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green