Communication de nos partenaires

Nawather – Wasted years

Le 27 janvier 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


    Hichem Ben Amara : Basse Saif Ouhibi : Batterie Yazid Bouafif : Guitares Nidhal Jaoua : Qanûn Raouf J Occulta : Chant Ryma Nakkach : Chant
 

Style:

Metal progressif tendance orientale

Date de sortie:

08 janvier 2016

Label:

M&O Music

Note du SoilChroniqueur (Erikillmister) : 8/10

 

Après l’avènement de Myrath sur la scène internationale, la Tunisie nous refait le coup du Metal oriental avec cette fois le dénommé Nawather concepteur de « wasted years ». A l’instar de la locomotive du métal maghrébin, Le groupe enrobe son œuvre de diverses influences locales telle que l’usage récurrent du qanûn (sorte de cithare). Mais là ou Myrath ne faisait qu’effleurer les sonorités arabisantes, Nawather, lui, fonce tête baissée, créant un mélange détonnant et inédit, comme si la world music se mettait soudainement à copuler frénétiquement avec le heavy metal.

L’ouverture de cet opus se fait tout en douceur entremêlant délicatement le son guttural du qanun de Nidhal Jaoua et de la guitare tantôt enchanteresse tantôt frénétique de Yazid Bouafif. Nous rentrons vraiment dans le vif du sujet avec « Falling Down the Slope ». Fini de s’amuser ! Si les percussions inhérentes au Maghreb sont encore présentes, on est rapidement mis KO par la violence du chant de Raouf J Occulta, pur death metal. Là où le groupe fait preuve de génie, c’est avec l’ajout suranné de la voix sensuelle de Ryma Nakkach, par-dessus le déferlement de violence du titre, amenant une ambivalence vraiment intéressante. Et quand sur « Daret Layyem » c’est elle qui mène la danse, et ce en partie en arabe, on ne trouve rien à redire ! Les musiciens s’éloignent ensuite du metal pur pour accoster sur les bords du rivage death/prog. Tour à tour dans la mouvance d’Opethraped dreams »), mais avec certains aspects que n’auraient pas renié Therionbroken winged bird »), « time to raise the curtains », agrémentée pour cette dernière de plans guitares dignes des meilleurs Helloween). Fleurant bon le sable chaud, la musique se ralentit à nouveau pour « Defnouna » afin de se faire chaloupée, la belle Ryma Nakkach faisant un fois de plus merveille avec ses vocalises. On sent le soleil, on aperçoit les dunes et on se perd dans l’immensité du désert, les growls de Raouf Occulta, en contrepoint, semblant nous mettre en garde contre les dangers de cette étendue chaude et hostile. On ne peut pas dire que nous soyons proches des chantres du gothique avec « Succubus Romance » et pourtant… Ce morceau me fait irrémédiablement penser à Theatre of Tragedy, allez savoir pourquoi ! C’est vraisemblablement du au style du chant ressemblant beaucoup à celui du combo Norvégien. Nawather terminera son disque en roue libre « Kont Trab » nous offrant un bon résumé des capacités des Tunisiens. De la technique, un chant à la dualité parfaitement rendue (si l’osmose est la même sur scène, j’ai hâte de voir ce que ça peu donner), des riffs à la frontière du prog et du métal, des influences orientales clairement assumées et maîtrisées… La grande classe !

Pour un premier essai, on ne peut pas dire que la réussite n’est pas au rendez-vous ! Heureux Tunisiens qui possèdent désormais deux groupes Métal de très haut niveau ! A quand des dates françaises ?

Tracklist :
1. Portals to Edinya
2. Falling Down the Slope
3. Daret Layyem
4. Raped Dreams
5. Broken-Winged Bird
6. Time to Raise the Curtains
7. Defnouna
8. Succubus Romance
9. Kont Trab

Site officiel : https://www.reverbnation.com/artist_4416930/
Twiter : https://twitter.com/nawatherband
Facebook : https://www.facebook.com/nawather.official

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green