Communication de nos partenaires

Monomyth – Exo

Le 10 mai 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Selwyn Slop: Basse
  • Sander Evers : Batterie
  • Peter van der Meer: Claviers
  • Thomas van den Reydt : Guitare
  • Tjerk Stoop : Knobs & Computers

Style:

Stoner/Rock psyché

Date de sortie:

Mars 2016

Label:

Suburban Records

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 7/10

Attachez bien votre ceinture, c’est parti pour un petit voyage exoplanètaire à la recherche de nouveaux horizons, vers un autre monde accompagné par de la bonne musique… que demander de mieux ?! Fermez les yeux, mettez vos lunettes 3D  (non fournies avec l’album) et surtout votre sono (ou casque), sans oublier le plus important : votre IMAGINATION (si vous en avez une, c’est mieux) ! Un voyage qui ne vous coûterait pas plus de 15-20 euro (le prix du disque, vous l’aurez compris) et une sono (la plus simple fera l’affaire) pour apprécier ces 5 longs titres (pour un total de 45 minutes). L’honneur revient à l’album et au quintet hollandais qui sera votre chef de bord. Telle a toujours été la devise de Monomyth : vous offrir un beau voyage musical pour pas cher et vous en faire voir bien des étoiles avec une musique purement instrumentale et psychédélique, alourdie par de gros riffs de guitares et un son stoner parfois (voire rarement). Le genre de musique où tout se construit autour du clavier aux mille-et-un effets spéciaux. Un groupe et un album qui ravira les fans de : My Sleeping Karma, Hawkwin, Glowsun, Papir pour ne citer que ceux qui s’en approchent le plus, sans oublier l’ultime référence: Pink Floyd !

« Uncharted » vous accueillera pendant 15 minutes d’effets spéciaux et spacieux, parfaite pour un début de voyage (le genre de musique qu’on entend en fond dans un documentaire sur l’astro/espace), tranquille et lente mais subtile, et qui génère du suspense pendant 10 minutes, jusqu’à ce que les guitares se réveillent et fassent monter la pression après 10 minutes de calme, puisque seul le clavier travaillait durant tout ce temps !

Puis vient « Surface Crawler » avec ses guitares en chaleur qui gémissent subtilement en wha-wha, et si vous tendez bien l’oreille (une suffit, comme pour Van Gogh) vous distinguerez des riffs rock n’roll bien dissimulés dans cet amas de notes et effets générés par un claviers fort présent, subtils mais qui ne passent pas inaperçus (d’ou le « Surface Crawler » j’imagine) même quand ce clavier joue la même note qui se répète en boucle pendant tout un passage, puis change de tonalité (ouf, j’ai failli péter un câble… amis des phrases à rallonge, bonsoir !) Je dirai quand même que c’est le titre le plus inintéressant de tout l’album ! (1/5 ça fait quand même 20% !).

J’ignore si le LHC a sponsorisé Monomyth pour écrire ce titre « LHC » (Large Hadron Collider du CERN), là où on a découvert le boson de Higgs (vous devez savoir ce que c’est car même Beur FM TV en a parlé), car voilà un morceau digne d’être un hymne du LHC – quand les autres seraient davantage pour le THC… Et d’ailleurs pour bien faire les choses, à l’image du LHC (un accélérateur de particules), le tempo du morceau accélère bel et bien à la fin (autour de 6 min50) avec un brin de rock’n’roll. En tant que scientifique et précisément physicienne, je ne peux que l’aimer !

« ET Oasis » est au contraire dans un style plus calme, avec des sonorités d’orgue imposantes et un son plus lourd et fuzzy des guitares, voire même des airs jazz planants (idéal pour s’endormir), jusqu’à ce que le morceau prenne une tout’ autre tournure, schizophrène, à la toute fin. Et pour terminer ce voyage en toute beauté, « Moebius Trip » plus pêchu et bluesy ; il fallait bien que ça bouge un peu plus à un moment car j’ai failli m’endormir, et mince, ça se tasse aussi vite et on retrouve la sérénité initiale !

Monomyth n’a jamais manqué d’imagination, tant dans ses compositions que dans ses thèmes sans paroles guidés uniquement par un artwork, des intitulé et VOTRE propre imagination et vision d’esprit. Le mot le plus répété dans cette chronique est, en effet, IMAGINATION, car c’est l’élément clé qui vous aidera à apprécier l’album, sinon vous ne le trouverez que fade et sans intérêt, voire sédatif (ou encore laxatif, pour ceux qu’il aura fait chier). Une musique qui ne peut déplaire et qui peut convenir à tout le monde et à tout moment, mais qui trouvera bien sa place dans un documentaire, un film ou en accompagnement musical d’un planétarium. Excellent pour la concentration et passe-partout puisqu’il ne peut que distraire, comme toute musique instrumentale en général ! Exo est très proche que leur tout premier album éponyme en 2013 mais j’ai tout de même une préférence pour son prédécesseur, Further (2014), moins linéaire, plus pêchu et varié.

Pour en savoir plus sur le groupe et l’album, voici l’interview du groupe : http://www.soilchronicles.fr/interviews/monomyth

Tracklist:
1) Uncharted
2) Surface Crawler
3) ET Oasis
4) LHC
5) Moebius Trip

Facebook : https://www.facebook.com/monomyththeband/

Bandcamp: https://monomyththeband.bandcamp.com

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Monomyth – Exo”

  1. pingback pingback:
    Posté: 11th Mai 2016 vers 16 h 57 min
    1
    Monomyth | Soil Chronicles

    […] de la sortie de leur troisième et nouvel album « Exo » (chronique : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/monomyth-exo ) , nous avons eu le plaisir d’interviewer Sander, le batteur du groupe de rock psyché […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green