Communication de nos partenaires

Lost Society – Braindead

Le 11 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Samy Elbanna : Chant, Guitare
  • Arttu Lesonen : Guitare
  • Mirko Lehtinen : Basse
  • Ossi Paananen : Batterie

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

12 Février 2016

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg): 8.5/10

« On choisit ses amis, on ne choisit pas sa famille », en voilà un proverbe qui ne s’accorde pas avec le Metal, tant on peut faire les deux ! Et parfois, les liens de parenté se remarquent comme le nez au milieu de la figure – obvious, isn’t ? Mais partons de ce principe et imaginons une photo de famille, car même si la photo n’est pas bonne, on pourra y voir le bonheur en personne et la douceur d’un soir. Sur cette photo, on voit papa Slayer et Papa Pantera – ou MAMAN Pantera si vous préférez, m’enfin on sait tous que le Metal, c’est le mariage pour tous et partouze – entourés des tontons/tatas Anthrax, Municipal Waste, Metallica, Megadeth, Suicidal Tendencies et Kreator. Dans un coin, les petits cousins Trivium et Children of Bodom (le cousin finlandais) font des doigts pendant que papy Mötörhead se meurt à petit feu après sa dernière attaque, ayant déjà rédigé son Testament. Et au centre de la photo, le fiston né en 2010 à Jyväskylä, le fils prodigue, Lost Society, qui arbore un grand sourire, une main tenant son dernier album, Braindead, l’autre faisant un horns up.

Bon, vous l’aurez compris : dans la famille, on est très thrash, même au niveau du dessin quand on sait que le petit s’inspire du graphisme des tontons Anthrax (Spreading the Disease) et Suicidal (police d’écriture) pour ses propres pochettes d’album, photo ou pas si on fait référence au poignet tailladé de Slayer pour Divine Intervention, et que le titre de l’album n’est pas sans évoquer un célèbre film gore de Peter Jackson (il n’a pas fait que des superproductions blockbusters, hein… il a aussi fait de très bons films…).

Néanmoins, Lost Society prend un pari assez différent de ses parents : certes, il entre cash dans le vif du sujet, mais par un morceau mid tempo marquant et prenant, « I am the Antidote », très proche de leurs Kreator.

La suite démontre qu’on est bien dans un Speed Thrash efficace et corrosif, faisant des tas de clins d’œil à la « mifa », entre le groove d’Anthrax et Pantera , ainsi que ses harmoniques criantes à la guitare (notablement vers la fin de « Mad Torture »), la tension de Slayer (« Rage me up » mixe bien les influences Pantera, Slayer et aussi Metallica avec sa référence à l’outro de « Creeping Death »), une rythmique ternaire assez proche de celle qu’on trouve chez Trivium (« Hollow Eyes », mais avec une basse slappée très Suicidal et des descentes de duo de guitare qui font penser à « In my darkest Hour » de Megadeth), la nervosité de Megadeth et Metallica (« Hangover Activator » n’est pas sans faire penser à un « The Mechanix » ou un « Metal Militia »). Si on omet le jeu sur une ESP telle celle d’Alexi Laiho (CoB), le long « Only (my) Death is certain » est un étalage d’hommages aux parents, mais forcément moins que la reprise finale du « P.S.T. 88 » de Pantera, période Power Metal. (Si, si, rappelez-vous : papa Pantera a eu un passé honteux de travesti, avec son look glamouze, erreur de jeunesse qu’il a eu tôt fait de dissimuler et faire oublier en sortant le chef d’œuvre Cowboys from Hell ; par la suite, il est devenu la « maman » Pantera de son rejeton Lost Society, ce dernier ayant été mettre le nez dans les vieilles dentelles – sans l’arsenic – bien planquées dans le grenier…)

Lost Society, quatuor finlandais, a su donc créer la résurgence de tous ses gènes américains sans passer par une quelconque mutation, ni créer une nouvelle branche dans l’arbre généalogique, mais sans scier celle sur laquelle ils sont assis, sachant s’inspirer de ses prédécesseurs pour proposer un – trop court – troisième album qui envoie du bois ! Aucun doute que celui-ci parlera sans conteste aux thrasheux que vous êtes…

A écouter en sciant un chêne centenaire à coup de tronçonneuse.

[youtube_VYaSmFcfVM]

Tracklist:
1. I am the Antidote (6:13)
2. Riot (4:20)
3. Mad Torture (5:37)
4. Hollow Eyes (6:22)
5. Rage me up (4:15)
6. Hangover Activator (3:33)
7. Only (my) Death is certain (8:06)
8. P.S.T. 88 (2:56)

Facebook: https://www.facebook.com/lostsocietyfinland/
Site officiel: https://lostsocietyfinland.com/
Spotify: https://play.spotify.com/artist/5Vy1NbrZXTMTAGFa4Im6hN
Youtube: https://www.youtube.com/user/lostsocietyfinland

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Lost Society – Braindead”

  1. pingback pingback:
    Posté: 29th Sep 2016 vers 0 h 03 min
    1
    Motocultor Festival 2016 : jour 3 (21/08/2016) | Soil Chronicles

    […] Fiers de leur nouvel album « Braindead« , ils nous ont joué une bonne partie (chronique de l’album : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/lost-society-braindead) […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green