Communication de nos partenaires

Krull – The black Coast

Le 28 mai 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Thiago Ruggero - Basse
  • André Luckner - Batterie
  • Ricky de Camargo - Guitares
  • Luís Domingos Krull - Chant

Style:

Heavy/Power Metal

Date de sortie:

27 Avril 2018

Label:

Iron Shield Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

C’est vrai que, quand on parle du Brésil, on ne pense pas forcément à des groupes de Heavy/Power Metal dans sa branche old school, à part peut être un Wild Witch déjà chroniqué chez nous… Il est vrai que, par chez nous, Metal brésilien rime assez avec Sepultura, Soulfly ou Angra. Mais lorsque se présentent d’obscur combos comme Krull, sorte de croisement entre un Heavy, un Speed et un Power Metal somme toute assez classieux, on ne peut qu’apprécier.

Il est aussi de bon ton de constater qu’une grande majorité de groupes issus des pays situés au sud des États-Unis aime se cantonner à une musique qui n’aurait pas dépassé les années 80. Et certains nostalgiques de cette époque que je considère comme bénie ne peuvent qu’applaudir des deux mains. Krull, avec son nom qui sonne plus germanique que sud-américain, se forme en 1998 sous le nom de Suprema, avant de se rebaptiser Eternal Fate de 2001 à 2014 et de sortir trois EP sous ce nom, puis devenir Krull en 2015 lorsque le chanteur Luis Domingos Krull s’est vu changer totalement son line up.
Leur EP Metal Swords and Fire, sorti originellement sous le nom d’Eternal Fate en 2014, ressort en 2016 sous la bannière “Krull”, et réenregistré pour l’occasion, et 2018 est enfin l’occasion d’entendre le groupe sous le format full length avec ce The black Coast.

Donc musicalement, on se situe dans un “TRVE” Heavy Metal fortement influencé par nombre de groupes tels, si on en juge par leur Facebook, Iron Maiden, Judas Priest, Accept, Riot, Grave Digger, King Diamond, Mercyful Fate, Exciter, Manowar, Manilla Road, Gamma Ray, Chastain, Angel Witch, Medieval Steel, Cirith Ungol, Running Wild, Jag Panzer, Warlord, Omen ou Satan.
Et si l’on en juge tant par le logo, l’artwork de l’album, et des titres ayant comme mots clés des “witch”, “steel”, “Valhalla”, “king”, “sword” ou autres “fight” et “kill”, on sait d’avance sur quels sentiers parfaitement balisés on va évoluer.

En clair, tous ceux qui sont en recherche d’une quelconque originalité ou même modernité peuvent passer à une autre chronique : celle-ci n’est définitivement pas pour eux ! Un chant proche d’Udo Dirkschneider, des riffs à classer entre les grands anciens de la NWOBHM avec un petit côté Running Wild, Riot, Judas Priest ou Omen et on a la recette. Certes, on peut reprocher à Krull de ne pas trop chercher la prise de risques, mais d’un autre côté, quand la musique proposée est bien faite, que demander de plus ?

Alors oui, on peut facilement classer ce The black Coast entre le précédent et le suivant d’un genre dont la recette, certes maintes fois utilisée mais loin d’être épuisée, fait toujours mouche au fur et à mesure que les décennies passent… Mais finalement, on tient bien là l’essentiel. Et on adhère !

A suivre…

Tracklist :

1. In the Woods (1’34)
2. The Witch (5’17)
3. By Steel (4’18)
4. Marching to the Mountains (3’02)
5. Valhalla (5’44)
6. The King and the Sword (4’37)
7. Immortals (5’16)
8. Stand, fight to kill (4’19)
9. The black Coast (8’30)

SoundCloud : https://soundcloud.com/krullofficial
BandCamp : https://krullofficial.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/krullheavymetal/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCdgPwJVIKdkOcphCcdQSBBA

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green