Communication de nos partenaires

Injector – Black genesis

Le 21 avril 2015 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Mafy - Basse, Chant
  • Alberto - Batterie
  • Dani "El Killo" - Guitares
  • Dani - Guitares, Chant.

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

09 mars 2015

Label:

Art Gates Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

La belle surprise du jour en matière de thrash metal old school nous vient de Carthagène, dans la région de Murcie.
A part pour l’huile d’olive, le vin, les fruits et légumes et le tourisme, on ne peut pas dire que le sud-est de l’Espagne est extrêmement connue, surtout dans le domaine du thrash metal.
Hormis Fuck Off vers Barcelone, Angelus Apatrida pas loin d’Albacete ou Breathless du côté de Valence, difficile de trouver des groupes de ce genre dans le coin.
Et pourtant, pour peu qu’on suive un tant soit peu quelques labels comme Xtreem Music ou Art Gates Records, on sent que le thrash n’est plus autant essentiellement une question allemande ou américaine.

Et en plus, maintenant, il va falloir compter avec les Injector !
Eux, le niveau, ils l’ont monté très haut.
Formé en 2012, le quatuor sort un EP de cinq titres de trente minutes en 2013 (« Harmony of chaos ») mettant en place l’album à suivre et sur lequel figuraient déjà « Role of the Gods », « Lady Swamp » et « Where death dwells ».
Déjà, là, les longs titres étaient légion : Injector ne se contente pas de nous livrer des titres furieux de thrash, ils sont extrêmement travaillés – sans être complexes – au niveau des arrangements, les breaks sont nombreux et les artistes maîtrisent leurs instruments.
Savant mélange de Testament, Exodus, Evile, Megadeth ou autre groupe de la Bay Area, Injector nous propose avec ce « Black genesis » à la pochette réussie signée Enrique Morales neuf titres pour cinquante minutes de musique un album qui est la suite logique de l’EP.

Si leur thrash n’est pas le plus violent qu’on ait eu à se mettre sous la dent, il est diablement efficace, précis, et avec le minimum de technique pour que les morceaux gagnent tant en relief qu’en richesse.
Quelques morceaux montrent tout le potentiel du groupe, comme le court et dynamique instrumental « Andromeda’s vibrations» et ses changements de rythmes à vous dévertébrer toute nuque digne de ce nom, ou des morceaux de bravoure aux longueurs exponentielles pour le genre (les neuf minutes de « Black genesis », les huit de « Where death dwells ») nous envoyant des mid tempo assassins avec des breaks aux accélérations à vous coller au siège.
Injector propose un thrash de grande classe, mais ne fait pas de la vitesse une systématique, ni une envie de jouer au plus rapide gagne.
Non, la classe d’Injector, c’est de nous distiller des riffs certes thrash, acérés, précis, sur des rythmiques efficaces.
L’efficacité qui prime à la vitesse ?
Curieux concept pour tout adorateur de baston tout azimut à la recherche de brutalité pure, mais ici ce n’est pas le style de la maison.

« Black genesis » fait rimer son thrash avec classe, avec arrangements travaillés, avec technique de tous les instants.
Les compositions, certes à tiroir, sont d’une grande cohérence, et si l’ensemble peut sembler homogène, chaque titre fourmille de petites idées pas forcément perceptibles à la première écoute.
« Black genesis » s’écoute, s’apprend, s’apprivoise et chaque écoute successive permet la découverte d’un petit quelque chose qu’on n’avait pas forcément perçu à la première écoute.

Musique puissante bien aidée par une production parfaite, on peut être sur d’une chose, c’est qu’Injector n’a rien à envier aux productions outre-Atlantique du thrash metal et pourrait bien faire un sacré bonhomme de chemin avec un tel potentiel.

Zou, moi, je retourne m’écouter ce petit bijou, « Where death dwells », « Thirst for blood », « Lady Swamp » et surtout « Role of the Gods » en tête !
Superbe !

 

Tracklist :

1. Enemy of the Sun (5’39)
2. Thirst for Blood (6’06)
3. Lady Swamp (5’32)
4. Role of the Gods (5’41)
5. Black Genesis (9’41)
6. Andromeda’s Vibrations (2’56)
7. Storming the Heavens (3’38)
8. Where Death Dwells (8’32)
9. Last Day of Greed (4’02)

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green