Communication de nos partenaires

God Damn – Back To The Grindstone

Le 15 mai 2013 posté par OliveYeah

Line-up sur cet Album


  • Vocals RENAT
  • Guitar PICH
  • Guitar GAYREM
  • Drum BIJ
  • Bass CHARLY

Style:

entre métal, stoner et hardcore

Date de sortie:

Septembre 2012

Label:

UFO RECORDS

Note du Soilchroniqueur (OliveYeah):8,5/10

 

Dire que le nouvel album des lyonnais de God Damn était attendu est un doux euphémisme tant la première livraison du groupe les avait lancés sur de sacrées bonnes bases.
En effet « Old Days », leur première galette, posait les jalons de très fort belle manière, c’est à dire un métal stoner lourd gras fortement inspiré par Down, tout en possédant sa propre personnalité. Comment résister à un « Landing For My Pride », véritable hymne en puissance déclenchant des monstrueux mosh pit, wall of death et autres douceurs lors de chacune des prestations live de God Damn.
En résumé le premier album proposant un stoner couillu influencé par les ténors de la Nola, Down en tête, avait placé le groupe en orbite. Aussi avec plus de maturité, j’avais hâte d’entendre ce que nos lyonnais avaient à nous proposer.
C’est donc avec une jubilation non feinte que « Back To The Grindstone » nouvel opus entre dans la platine.
Ça commence avec « Hangman’s Rope », une belle intro à la basse, (pendant 9 secondes on se dit, punaise God Damn fait du Tool (à la Schism )), mais arrivent les guitares avec des riffs lourds et crasseux, des fûts martelés et la voix immédiatement reconnaissable de Rénat. Pas de doute God Damn va botter nos culs, mais qu’est ce qu’on aime ça !
Quand en plus l’orgue Hammond fait des apparitions plus que réussies, on se dit qu’on tient un titre qui sera une tuerie en concert.
Le groupe a gagné en maturité et cela se ressent sur « Back to the Grindstone » , bien que toujours influencé par Down, God Damn propose aujourd’hui son propre univers, et s’il fallait encore faire une comparaison, cela fait bien longtemps que Anselmo n’est plus capable de hurler ou chanter comme le fait Rénat.
Le son est parfait, tout comme le mix, il faut dire que c’est Francis Caste qui s’est retrouvé derrière la console. La production sert admirablement cet album, ici tout est mis en valeur, même la basse est immédiatement identifiable.
« Back To The Grindstone » est un exemple parfait de ce que peut caractériser l’évolution d’un groupe entre son premier album et sa seconde offrande. Débarrassé de cette étiquette de clone de Down,  God Damn est libre et évolue désormais dans son propre monde. En effet, Nos amis lyonnais ont su assimiler et digérer leurs différentes influences pour être totalement décomplexés et proposer un métal plus sombre que sur « Old Days ». Nous n’avons plus à faire à un simple groupe de Stoner. Aujourd’hui, God Damn fait du métal et c’est tout. Certes, nous y retrouvons des réminiscences de la Nola, mais aussi des passages hardcore que n’auraient pas renié des groupes comme Biohazard. L’apport de l’orgue Hammond donne une touche à la fois bluesy et crasseuse, on imagine bien nos lascars pondre leurs riffs au fin fond du Bayou en tétant du Jack Daniels au goulot dans une atmosphère enfumée de substances illicites.
Le bien nommé « Interlude » montre la facette mélodique de God Damn et n’est pas sans rappeler le « Plante Caravan » de Black Sabbath .
Cela repart avec « Legends Come Down From Us » belle bombe sonore ne demandant qu’à exploser vos tympans avec ses différents changements de riffs.
Finalement sur cet album pas de titre passe partout, chaque compo est à sa place, cependant certaines ressortent du lot.
« All in », démarrage en douceur et lourdeur, puis les riffs s’accélèrent pour donner un mélange Heavy Stoner du plus bel effet, d’autant meilleur qu’une fois de plus l’orgue Hammond vient enrichir le spectre sonore à bon escient avec un petit solo tout simplement excellent.
« I Could Be Jay », titre tout à tour hardcore et rock, surtout pendant le solo, un peu comme si Biohazard venait forniquer avec les vieilles légendes du heavy des années 70.
« Interlude », une belle bouffée d’oxygène plantée entre deux brûlots. Jolie ballade de type « Planet Caravan » : quand God Damn se fait mélodique, nos oreilles se délectent de ces belles harmonies.
« Hangman’s Rope », comme décrit en début de cette chronique, ce titre a tout pour devenir un incontournable au même titre que « Landind for my pride » issu du premier album.

En conclusion « Back To The Grindstone » présente un God Damn ayant assimilé ses influences pour développer son propre style entre métal, stoner et hardcore . Finalement God Damn fait du God Damn et c’est tout.
Ayant eu la chance d’assister à plusieurs concerts de God Damn, je ne saurai que vous conseiller de surveiller les dates du groupe et de vous ruer dans les salles. God Damn en live c’est de la sueur, des tripes, des décibels et une superbe communion avec le public.
God Damn fucking yeaahhhh.

 

Myspace:http://www.myspace.com/godamnmotherfuckers

Facebook:https://fr-fr.facebook.com/pages/God-Damn/51032315698

Site Web:http://god-damn.net/

 

 

  • Track List
  • 01 Hangman’s Rope
  • 02 All In
  • 03 Never Look Your Fate Down
  • 04 No Way To Overtake
  • 05 90’s
  • 06 I Could Be Jay
  • 07 Interlude
  • 08 Legends Come Down From Us
  • 09 The Lambest
  • 10 Replacing Older Time
  • 11 Under Pressure
Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green