Communication de nos partenaires

Feu Gregeois – Mortis Regnum(2nd Circle)

Le 7 novembre 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Ordan (Grand Master) - vocals
Wuthan (Seneschal) - drum, bass, keyboards
Prophan (Marshal) - guitars

Style:

Death/black Symphonique

Date de sortie:

Septembre 2010

Label:

Heaume Prod

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) : 8,5 / 10

Inévitablement en temps que féru d’histoire, et plus encore car passionné par les périodes antiques et moyenâgeuses, expliciter à ceux ne le sachant pas encore ce dont il retourne du « Feu Gregeois » serait un pur plaisir. Mais comme à mon habitude, votre Aragorn de la chronique risquerait de vous pondre un nouveau roman fleuve et vous égarer dans les sinistres méandres de son imaginaire extravagant et sans limites. Donc, pour faire concis exceptionnellement, disons juste que le feu grégeois était un feu liquide ne s’éteignant pas même sur l’eau, par analogie une espèce d’ancêtre du napalm moderne. Il servit ainsi pendant des lustres aux byzantins pour repousser les envahisseurs, -avant de devenir archaïque avec l’avènement de la poudre noire des chinois-, et la formule de sa composition fut étroitement conservée et gardée sous silence durant des siècles…Jusqu’à ce qu’elle se perde.

Un petit aparté avant de déblatérer longuement sur ce « Mortis Regnum » me parait judicieux et concernera son processus d’enregistrement. Ce dernier a vu ses plages « metal » mixées par Geoffroy Lagrange au Paradis Studio, et ses parties orchestrales mixées par Fabrice Caueetderry et Wuthan au Studiofabenligne. Le tout a enfin été mastérisé au Tower studio montpelliérain dont le savoir faire n’est plus à démontrer tant le catalogue de « collaborations artistes » devient conséquemment exponentiel. Perso, j’ai eu le plaisir et le loisir de profiter de ce talent dans les mix et mastering en chroniquant par exemple des Aeterna Hystoria, Cigue, Whysdom et autres Walrus Resist, pour ne nommer que les hexagonaux. Mais pourraient aussi être cités des Freak Kitchen, To-Mera et autres Ram-Zet ou Cynic. Pourquoi tant de détails sur ces cessions d’enregistrement, si ce n’est juste parce que pour une fois, votre vieil Mpk tenait à tirer un coup de chapeau bien bas à l’ingénierie du son assénée de main de maitre !!! Et cela d’autant plus qu’elle revêt une importance capitale dans la musicalité d’un combo comme celui dont nous allons traiter ! « Feu Gregeois ».

Car comme le suggère l’artwork cover (réussi et suggestif) pondu par Luciferium War Graphics, le contenu auditif sera en parfaite corrélation avec l’enrobage visuel. Issu du sud de la France, notre « Feu gregeois » s’est embrasé en 2005. Nos croisés Ordan et Wüthan furent bientôt rejoints par le guitariste Prophan et le line up s’instaura donc en trident. Deux démos suivirent alors assez rapidement avec des « Guerres Franques » en 2006 et un « Francorum Regnum Hierosolymorum » en 2007 ou transpirait déjà tout le potentiel d’un groupe cherchant cependant encore sa voie vers la maturité et l’unicité. Le chant en français sera ensuite ainsi par exemple abandonné au profit de l’anglais (voir du latin !), mais les thèmes de prédilections composant l’univers d’inspiration du trio sont déjà omniprésents. Chevalerie, croisés, francs, religions, guerres…Autant d’éléments qui rapprocheront nos hexagonaux de leurs cousins teutons de Crystallion, indubitablement. Ces derniers ont certes choisi d’accoler des facettes plus enchanteresses et féeriques sur un Power mélodique, mais ils traitent de sujets semblables à l’image d’une sanglante déroute que subirent les croisés du royaume de Jérusalem le 4 juillet 1187 à Hattin, à proximité du lac de Tibériade. Un fait d’arme que l’on trouve aussi mis en musique chez nos compatriotes sur leur seconde démo et son « Horns Of Hattin ».

La similitude avec les germains s’arrêtera cependant là car le « Feu Gregeois » a un effet autrement dévastateur et beaucoup plus ravageur. L’option « ménestrels et troubadours » d’outre Rhin sera balayée ici par une alternative beaucoup plus guerrière, noire et mystique. Le support musical tranchera ainsi dans une veine Death/black Metal oscillant entre l’extrême et le symphonique. Un ressac entre deux tendances dont le liant sera assuré par les facettes épiques et martiales et entrainant de consort une absence totale de linéarité. Dès le « Mortis Regnum » d’introduction, orchestrations et symphonies vous feront irrémédiablement pénétrer dans des univers auditifs liés au septième art made in « Kingdom Of Heaven » d’une part. Et de l’autre dans des musicalités empreintes de grands maitres du classique à la Wagner ou Moussorgski, tels les « Wind Of War », « The Pride Of Twilight”, et le « Redemption » clôturant l’opus. Ces ilots envoutants à la fois par leurs noirceurs mystiques et leurs esthétismes mélodiques ne seront en fait pour vous que des plages de salut, des répits entre de rudes et farouches combats, que vous ne feriez mieux de ne pas louper pour rester sain. A moins que vous ne comptiez que sur la subtile introduction aérienne et délétère d’une complainte de mi galette, « Ashes Of Dusk » avant qu’elle ne vire prog…

Car pour le reste de la tracklist, notre feu grégeois s’y entendra à vous martyriser sans modération ni égards. Votre travel historique de croisés risque de vous laisser de sacrés traces de francisques dans les esgourdes tant le trio assène ses brulots à la filée. « Bloodshed » annoncera immédiatement la couleur par son tempo saccadé et sa dualité de chant guttural/ acéré façon Agathodaimon avant un « Sentence Of Death » d’exception. Satanique, pure invitation au headbanging et au mosh pit, cette track fera inévitablement un carnage,-un charnier ?-, en live ; et profite en outre de subtiles consonances orientales sur son break. Un pur régal ! Le « Wind Of War » souffle de toute la puissance et la noirceur de son âme guerrière nous submergeant inexorablement dans notre « Life Of Sin ». Sans concessions, ni rémissions possibles.

Ma conclusion se voudra on ne peut plus courte et concise. Ce « Feu Gregeois » va surprendre et séduire tout à chacun s’essayant à la découverte de ce coup d’essai qui se révèle être un coup de maitre. L’effet de surprise et la maturité de ce « Mortis Regnum » en font la sortie majeure Death/black sympho de cette fin d’année et perso je signe sans restrictions. Une seule question me trotte néanmoins dans les méninges : Le trio pourra t’il confirmer lors du prochain opus…Que j’attends déjà impatiemment !!!

Myspace : http://www.myspace.com/feugregeois
Site Officiel : http://www.feu-gregeois.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green