Communication de nos partenaires

Existance – Breaking the Rock

Le 17 octobre 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Julian Izard - Chant, Guitares / Antoine Poiret - Guitares / Julien Robilliard - Basse / Nicolas Martineau - Batterie.

Style:


Date de sortie:


Label:

Autoproduction / Black Viper Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Deux ans après leur premier album “Steel alive”, Existance revient avec un nouvel album et une nouvelle section rythmique, Julien Robilliard (ex-Kozoria) remplaçant Thomas Drouin à la basse, Nicolas Martineau prenant la place d’Alex Revillon à la batterie.

Toujours sous la houlette de Maor Appelbaum (Faith No More, Halford, Queensrÿche, Nightmare…), « Breaking the Rock » joue la continuité par rapport au premier album et, vu la qualité du précédent effort, c’est loin d’être un avis négatif. Toujours furieusement inspirés du hard rock/heavy metal des années 80, Existance nous offre une musique de qualité à la croisée des Iron Maiden, Accept, Saxon, Judas Priest et Dokken et l’approche des riffs tant que du chant de Julian Izard prouve bien qu’il a été à bonne école avec son ex-H-Bomb de père Didier.

De la première à la dernière seconde, tout l’album transpire les eighties : l’attaque des riffs, le chant, les structures des compositions ; Existance n’innove rien, mais redonne un coup de boost à un genre finalement pas si passéiste que ça si on en juge par le nombre de formations qui assument ouvertement leur amour pour la ‘musique à papa’. Pour un peu, on pourrait presque entendre Francis Zégut les présenter en hurlant une anecdote concernant le gros rougeaud au camping des flots bleus.

En dix titres pour trois quarts d’heure de musique, le quatuor picard nous revisite cette époque bénie non sans quelques clichés habituels mais diablement bien foutus : ça commence par un bien nommé « Heavy Metal Fury » où, après une petite intro instrumentale montant crescendo, des riffs véloces et tout en puissance déboulent. Croisement entre heavy metal hexagonal et NWOBHM, Existance exhibe toute sa classe sur un bon compromis entre Dokken, Saxon et Malice.
Les gratteux s’en donnent à cœur joie avec des petits duels bien sentis, montrant leur complicité lors de passages instrumentaux proche d’Iron Maiden et le chanteur nous envoute de par sa voix chaude au registre très large, sans surjouer un seul instant.
« Breaking the Rock » (hommage à « Breaking the Chains » ?) montrera tout au long des dix titres la capacité qu’a Existance à ne pas se répéter en nous offrant autant de titres variés et toujours avec un talent de composition bien réel.
Que ce soit lors de morceaux véloces – je n’ai pas dit « speed » – comme « Honest », les très Accept « All is on Fire », « In the Name of Revenge » ou le final « Breaking the Rock », les plus hard rock (les très Dokken « We are restless », « Sinner of Love » et « Marylin (Icon of Desire) », ces titres faisant penser à la démarche de Fisc époque « Too hot for Love » en moins FM) ou plus heavy (« Deserve your Love », « Pain in Paradise »), Existance nous régale de par sa musique à faire larmoyer de nostalgie tous nos quadra/quinquas, créée par des musiciens qui non seulement connaissent leur sujet mais ont aussi le bagage technique pour nous faire ressentir les émotions qu’ils veulent, et surtout par cette production aux petits oignons qui magnifie cet album.

Il y a trente ans, il est fort à parier que cet album aurait fait partie des meilleurs du genre de par sa qualité. Les plus jeunes et réfractaires au son old school peuvent continuer à se dandiner sur le neo metal, les p’tites graisseuses et les p’tits graisseux, quant à eux, sortiront leurs vestes à patches badgées de partout et les bracelets cloutés en secouant les cervicales et la guitare en carton sur cet excellent « Breaking the Rock ».

Bel album !

Tracklist :

1. Heavy Metal Fury (5’05)
2. Honest (4’01)
3. We are restless (5’35)
4. All is on Fire (4’27)
5. Deserve your Love (4’09)
6. Sinner of Love (5’05)
7. Marilyn (Icon of Desire) (4’52)
8. In the Name of Revenge (3’33)
9. Pain in Paradise (4’38)
10. Breaking the Rock (5’12)

Site officiel : http://www.existanceband.com/
Myspace : http://myspace.com/existancehardrock
Facebook : https://www.facebook.com/existanceband
ReverbNation : http://www.reverbnation.com/existanceband
Youtube : http://www.youtube.com/user/ExistanceOfficial
Chronique “Steel alive” : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/existance-steelalive

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green