Communication de nos partenaires

Equinox – The Cry Of Gaia

Le 14 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Inophis Guitare
  • Pascal Mulot Basse
  • Emmanuel Creis Chant
  • Aurel Ouzoulias Batterie

Style:

Metal Symphonique

Date de sortie:

2016

Label:

Autoproduction

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 8/10

Equinox est une formation française existant depuis peu et c’est la rencontre de grands noms de la scène Metal, on retrouve Inophis à la guitare, membre deGuitare ProFarida Guitars etc. (il faut quand même souligner qu’il s’est occupé de l’écriture, la composition et la production complète de l’album) ; mais aussi la partie rythmique de Satan Jokers avec Pascal Mulot (bassiste) et Aurel Ouzoulias (batteur), et c’est Emmanuel Creis (Shadyon) qui occupe le poste de chanteur. Tant de beau monde réuni ne pouvait aboutir qu’à un beau résultat.

The Cry Of Gaïa‘ nous propose donc un savant mélange de musique Metal et de Symphonique. Pour ce deuxième monde Equinox nous présente des orchestrations fortes avec des claviers plaçant les différentes ambiances (comme les sons de clochettes de « A Light In The Chaos »), mais aussi des chœurs puissants qui viennent renforcer chaque refrain. Pour la partie plus traditionnelle « Métallique », on est heureux de retrouver la force du chant d’Emmanuel Creis, fort et puissant , une guitare avec des riffs lourds, mais aussi des solos d’une redoutable efficacité, Inophis n’y va pas de main morte et nous balance un déluge deshreds comme par exemple sur « The Gates Of Universe » ou l’éponyme « The Cry Of Gaïa ».


Comment mélanger ces deux univers ?

Pascal Mulot et Aurel Ouzoulias se chargent de donner le tempo. Celui-ci connaît bien évidement de nombreux changements afin que chaque monde puisse trouver sa place, des parties plus fortes et très marquées pour les riffs plus lourds, un groove plus présent lors des breaks instrumentaux, et des moments de douceur pour laisser place aux orchestrations et à la douce voix d’Emmanuel Creis, comme sur le mélodique « I Had A Dream ».

Les titres d’Equinox sont tous de grande qualité, une production minutieuse et très soigneuse, un son impeccable permettant de donner à chaque instrument toute sa puissance. Des compositions en béton pour un réel plaisir, le très solide « Breath Of Life » (avec une excellente performance vocale), le plus progressif « The Cry Of Gaïa », le plus speedé « In The Eye Of Prophecy », le mélodique « Amber » qui apporte une pause douceur, le plus symphonique « Wings Of Fire ».
Tout ce qui vient d’Equinox est bon.

Un petit aparté cependant avec la reprise « The Show Must Go On » placé au milieu de l’opus : la qualité est présente certes, mais aurait plus sa position en bonus à la fin du disque. Difficile de se frotter à une légende ; il faut noter le courage de relever le pari, car s’il est accompli d’assez belle façon, retravaillé à la sauceEquinox, il casse un peu le rythme de l’opus. Le seul point « Gris » de l’album car pas vraiment un grand défaut nom plus.

The Cry Of Gaïa‘ n’est autre qu’une grosse sortie. Un album qui nous surprend par sa qualité, un son impeccable et une qualité instrumentale qui nous accroche. Du début à la fin, on est charmé et captivé par l’univers d’Equinox. Un album qui devrait faire le bonheur de nombreuses personnes, les amateurs de progressif deHeavy et de symphonique y trouveront tous leur compte.

 

Tracklist:

01-Moon And Sun
02-The Cry Of Gaïa
03-Time Of The Chosen
04-Wings Of Fire
05-I Had A Dream
06-The Show Must Go On (Queen cover)
07-Breath Of Life
08-In The Eye Of Prophecy
09-A Light In The Chaos
10-The Gates Of Universe
11-Amber
12-The End Or Rebirth

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green