Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Carlo : chant
Gilles : guitare
Seb : guitareThom : basseSimon : batterie

Style:

Death/thrash-core

Date de sortie:

2008

Label:

The Rock Runners

Note du Soilchroniqueur (Wën) : 07/10

Bomb Scare Crew (ou BSC pour les intimes) est un combo français originaire du Sud de notre beau pays (Marseille, Lyon) et qui riffe la gueule de ces concitoyens avec ferveur depuis presque dix ans maintenant. Cet « Autopsy Of A Monster« , son deuxième album, fait suite à une démo et à un remarqué premier opus, « Reign Of The Sharks« , paru en 2005.

Tout d’abord, malgré ce nom patenté et contrairement à ce que mes vieux préjugés me laissaient penser, la formation n’officie nullement dans un registre metal-fusion ou un quelconque ersatz d’emocore. Une précision sans doute inutile pour ceux qui, comme vous, sont certainement dotés d’un esprit large et compatissant. N’empêche qu’à l’entame de la première écoute je ne savais absolument pas à quoi m’attendre.

La courte intro instrumentale ouvrant le disque a le mérite d’en poser clairement les bases, ce disque sera thrashy et bien musclé. Un constat qui ne mettra d’ailleurs guère de temps à se confirmer. Des riffs de guitares incisifs, une batterie alternant pilonnages et mitraillages en règle, un chant à déterrer les morts : en terme de thrash moderne et brutal, le groupe se pose là. Une touche très actuelle, qui ne manquera pas de rapprocher le combo des allemands de Dew-Scented, pour ne nommer qu’eux. Et conformément à ses collègues d’Outre-Rhin, BSC ne s’arrête pas là, mâtinant sa musique, au gré des permutations rythmiques, d’élément death et hardcore. Les parties death, se retrouveront dans certains passages mid-tempo ultra plombées, plus crus, nous livrant un résultat bien plus pernicieux, qui ne manquera pas de s’insinuer en vous (‘See you in hell’). La facette plus ‘core’, se voudra par contre beaucoup moins sournoise. Davantage ‘dans ta gueule’, c’est essentiellement le chant qui renforcera ce côté, par son approche musclée, quelques fois suppléé par divers effets sur la voix, soulignant encore si besoin est le côté brut de la chose (‘Rotting chair’).

Mais Bomb Scare Crew, ce n’est pas seulement, de la violence et de la brutalité, c’est aussi du groove, baby ! Sous ses dehors gros death et thrashcore, le groupe sait nous rappeler ses origines françaises, marquant son disque du sceau indélébile de la ‘brewtal french touch’. Kézako ? Mais si vous savez, ce petit plus propre aux productions françaises qui ont fleuri ces dernières années, de Benighted à Gojira sans oublier toute la klonosphère, ce groove spécifique à la scène hexagonale qui, quelque soit le style, parvient à s’extraire de l’œuvre et à venir bourdonner à vos oreilles. BSC n’échappe donc pas à la règle. Côté basse, ça ronronne et même lors des riffs les plus frénétiques, le tout parvient à demeurer toujours bien groovy (basse/batterie de ‘See you in hell’, ‘Scars night’).

Mais attention, car de ce groove qui fait leur force, les français auront tendance à s’exposer au retour de bâton, ayant finalement plus de mal à se démarquer au niveau national sur un plan purement stylistique. Heureusement, grâce à des titres relativement longs (deux dépassent les 7 minutes), le Crew parvient à diversifier les ambiances au sein d’un même morceau (‘Death is not an exit’, ‘Absconder’), à nous sortir quelques bonnes idées (des chœurs sur ‘Shellfire’ par exemple) et lorsque le groupe calme le rythme le temps d’arpèges acoustiques (‘Solely responsible’, ‘Absconder’ encore), on sait que cela ne saura durer. Et l’autopsie de reprendre de plus belle : la formation ressort vite les scalpels pour un petit charcutage en règle. Rapide et précis. Car à l’image des soli de ‘Scars night’ et de ‘The A.C. syndrom’ : quand il s’agit de balancer la sauce, les guitaristes savent répondre présents.

Malgré ce côté parfois prévisible, cette livraison de BSC reste donc très variée, plutôt riche et intense et jamais ennuyeuse ou lourde à digérer. Pour un style parfois trop homogène, voila donc un premier point plutôt positif. Ajoutons à cela une production des Tower Studios (To-Mera, Kalisia, Freak Kitchen, Malmonde et bien d’autres) de très bonne qualité et le lot de bonnes idées qui parviennent à se dégager de cet « Autopsy Of A Monster« . En tout cas, voici une formation qui a prit soin de peaufiner sa sortie et qui démontre qu’elle maîtrise son sujet.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green