Communication de nos partenaires

Black Juju Inc. – Crosses and Crossroads

Le 7 octobre 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Yannis Geenens – Guitares
  • Jean-François Badie – Basse
  • Lionel Ryckewaert – Chant
  • Jean-François Serveaux – Batterie
  • Guillaume Marka – Guitares

Style:

Cold Wave Metal

Date de sortie:

15 Juin 2018

Label:

M.U.S.I.C. Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9,5/10

Alors celui là, pour une surprise, c’en est une sacrément belle. Black Juju Inc. n’en est pas à son coup d’essai : c’est après un premier album (The Call of Juju en 2012) suivi d’un EP (Cannibal Fest trois années plus tard) que voilà ce Crosses and Crossroads qui nous fait l’effet d’une bombe (à retardement pour ma part, l’album étant sorti il y a déjà presque quatre mois) dans le milieu.

Bon sang, quel melting pot d’influences : le quintette lillois nous balance neuf titres d’une grande variété et d’une richesse remarquable, et pousse le vice jusqu’à réussir à nous les enchaîner avec une grande cohérence.

Glacial, l’univers de Black Juju Inc. l’est assurément : il n’y a pas photo sur la question. D’ailleurs, ils appellent, contre toute attente, leur musique “Cold Wave Metal” et l’influence cold wave se ressent régulièrement, ne serait-ce que dans le très Killing Joke et bien-nommé “Attractive” qui saura attirer tant les fans de la vanne qui tue que de The Sisters of Mercy de par son ambiance un rien gothique.

L’album débute par un particulièrement heavy “Gone” dans lequel le groupe n’hésite pas à incorporer des sonorités thrash dans un mid tempo lourdingue et étouffant qui nous fait vicieusement penser que le Doom Metal n’est pas loin. On sent d’entrée que les gaillards ont envie de nous faire des contre-pieds et vont y arriver régulièrement en se présentant là où on ne les attend pas…

En effet, qui aurait imaginer que “Satan Claus” allait se la jouer plus rock n’ roll – oui, enfin, on se comprend, car si les choses semblent plus enjouées et accessibles que sur le premier titre, la production a su le rendre pas moins bien sombre, la faute à cette batterie volontairement mise en retrait et cette basse vrombissante au possible.
Et “Green” ne semble pas vouloir mettre un semblant de couleur à cette noirceur : on reste dans le lourd au possible et une incursion très nette dans l’univers proche d’un Alice in Chains dépressif qui semble absolument vouloir tout écraser sur son passage.
Et c’est là qu’”Attractive” vient enfoncer le clou avec cette ambiance typiquement cold wave issue directement des eighties, avec une production très actuelle. Encore un contrepied de la part du groupe qui semble vouloir absolument brouiller les pistes. Et le pire, c’est qu’on adhère !
Et toujours en restant dans une noirceur ténébreuse, un “Love” proche de Fear Factory sur lequel Lionel Ryckewaert s’égosille à la façon d’un Burton C. Bell sur fond de riffs saccadés en mode cybermetal vient nous décocher une mandale qu’on n’attendait pas et qui pourrait bien faire un sacré effet en concert !

Et bim, derrière, nouveau brouillage de piste : “Outside” se la joue mélodique, mélancolique, acoustique, à la façon d’un Zakk Wylde sur son Book of Shadows II et arrive à nous subjuguer avec l’apport d’un feeling touchant au possible.
Et c’est ensuite que “Dead” revient aux sons plus durs avec un (très) lourd mid tempo qui écrase tout façon rouleau compresseur sur son passage, sorte d’Alice in Chains en version doom…

Pareillement, “Stone Sawyer” n’est pas un titre qui va nous faire revenir au fou-rire : sept minutes écrasantes, oppressantes, au refrain facile d’accès pour un titre qui se voudra être le morceau de bravoure aux ambiances morbides de l’album.
Et pour finir, retour à l’acoustique avec une version surprenante du “Rude Awakening” de Prong, clôturant en beauté un album quasi parfait…

Black juju Inc. nous envoie avec ce Crosses and Crossroads un album d’une richesse remarquable qui demande certes un peu de temps pour l’apprivoiser mais qui, une fois qu’on est bien entrés dans l’univers du groupe, devient totalement addictif au point de se l’écouter plusieurs fois d’affilée avec un plaisir immense.

Grandiose !

Tracklist :

1. Gone (4:56)
2. Satan Claus (2:54)
3. Green (3:47)
4. Attractive (5:15)
5. Love (3:12)
6. Outside (4:30)
7. Dead (3:40)
8. Stone Sawyer (6:59)
9. Rude Awakewing (reprise Prong acoustique) (5:04)

Page Facebook
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green