Communication de nos partenaires

Atheist – Jupiter

Le 22 novembre 2010 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Chris Baker - guitare
Kelly Shaefer - guitare/chant
Jonathan Thompson - guitare /basse
Steve Flynn - batterie

Style:

Death Technique

Date de sortie:

8 Novembre 2010

Label:

Relapse Records

Note de la soilchroniqueuse (Gwenn): 7/10

Atheist, tout le monde en a déjà entendu parler sans trop pouvoir aller dans les détails. Évidemment on se trouve face à un groupe absent de la scène metal durant près de treize ans, donc qu’est ce que vous voulez que je vous dise… La bande à Kelly vient tout simplement de nous sortir une tuerie de death technique et j’irai même jusqu’à dire « comme d’hab ». Rois du Wacken 2006 dans le genre, je me souviens encore avoir eu des courbatures à la nuque durant quelques jours après les avoir vus en pleine après midi sur une scène énorme. Ils riaient, couraient, chantaient, improvisaient… nous ont lâché leur délire avec une technique qui nous a tous mis… littéralement sur les fesses.

« Second to Sun » est simplement, comment dire… une pulvérisation de puissance. Le son est parfait, la voix colle, je suis hallucinée par les variations techniques, construites, les guitares volent, le rythme est extraordinairement maîtrisé… Le death technique n’est que jeu d’enfants face à Atheist. Du reste je ressors de ce premier morceau limite essoufflée. « Ficticious Glide » suit avec plaisir. En effet, sortir du premier morceau dans cet état il fallait une suite. C’est donc avec des rythmiques joueuses, vicieuses presque, que ce morceau ira nous caresser la peau. Les jeux instrumentaux sont purement surprenants, on aurait beaucoup de mal à apposer « Jupiter » comme musique de fond d’une soirée arrosée, si je puis dire.

« Fraudulenth Cloth », bien plus respectueux du style death que les deux premiers morceaux, me donne du mal à taper sur mon clavier tellement ça tape du pied. Rapide, précis, incisif, voilà un morceau que donnera du fil à retordre à ceux qui aimeraient en faire un dixième. C’est encore à se demander bêtement comment ils ont fait pour aboutir à une telle cohérence après treize ans d’absence. « En fumant des mauvaises herbes sans se prendre la tête » me répondra Kelly.

« Live and Live again », et son intro presque monastique. Tu parles. On repart illico dans les fioritures techniques, brusques et criardes, le fameux son « Atheist ». Je n’ai presque plus envie de m’attarder sur un tel morceau tellement il me tue. Profond, technique… il titille les récepteurs nerveux. En même temps par la suite on a quand même droit à un semblant de pause de part la souplesse du tempo.

« Faux King Christ », le fameux morceau qui a inspiré l’Art Work de cet album. Il faut savoir que la signification de celui-ci réside dans la dualité de deux mouvements religieux dans une matrice solaire, l’astre solaire étant maître de toutes choses. Art Work magnifique qui accompagne très bien les balades techniques dans l’univers du son d’Atheist. Le souci selon Kelly, c’est que la religion se fait secte, embrigade les gens dans des mouvements de peur, d’obligations, il crie contre ça, se dresse contre cette Église prenante, envahissante, insupportable.

« Tortoise the Titan». Ce morceau prouve les qualités techniques du groupe dans le fait que… quand bien même le tempo est le même (« guitaristiquement » on peut difficilement faire plus rapide à mon sens), le morceau est tout à fait différent, et dégage une énergie qui ressort du reste de l’album. Le principe même d’une inspiration sans fond ! C’est également ce que « When the Beast » dégage. Alors qu’on s’attend à un essoufflement, une pause, au contraire on serre les quenottes. Unicité, rapidité, technicité, maîtrise. Elle est là, la bête. Morceau étonnant que j’adore. Mais je reste dépassée par le talent de chacun des membres du groupe.

« Third Person », décrite par Kelly comme étant la personne qui peut, qui voit, qui regarde le travail de composition du groupe. Comme si, d’une manière un peu schizophrénique, un semblant de fantôme avait fait son apparition dans les studios. Kelly dit ici avoir trouvé la meilleure méthode pour composer… à savoir, la prise de recul, la capacité de pouvoir regarder de loin ce que le groupe crée. Morceau encore une fois du même gabarit que les précédents, et surtout à écouter.

Ma conclusion sera simple, « Jupiter » est un album dont la durée pourrait faire polémique (environ une demi-heure) et donne déjà lieu à quelques critiques négatives. Mais prenez par exemple de la vanille en brin entier… puis juste les graines à l’intérieur, grattées délicatement à l’aide d’un couteau adapté, et là vous aurez l’idée du goût d’un death technique, en mode concentré, rien à jeter.

Myspace: http://www.myspace.com/kellysatheistwebsite

Site officiel: http://www.atheistmusic.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green