Communication de nos partenaires

Aesirs – Drown in Silence

Le 10 juin 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Ben : Chant / Guitares*
Nico : Guitares*
Tom: Basse*
Ju: Batterie

Style:

Death/Black metal

Date de sortie:

2010

Label:

Auto Production

Note du Soil Chroniqueur (Fredo) : 7/10

« Drown In Silence »… plonger dans le silence, le terrible silence avant le fracas du Ragnarok, ultime affrontement sur la morne plaine de Vigrid entre créatures fantastiques, qui verra la disparition de la majorité de l’Humanité et des Dieux Ases du panthéon nordique (comme Thor et Odin, divinités ayant inspiré le nom du combo). Est-ce à ce moment que les lyonnais d’Aesirs arrivent? Ou est ce qu’on se plongerait plutôt dans un silence morbide, dans une nature dévastée et mécanisée comme le suggère le très bel artwork de cet EP ?

En cherchant la signification du nom du groupe, en regardant le logo, on peut se douter qu’on ne va plus s’immerger dans le chaudron du metal scandinave que dans la guimauve du hard US. Et pourtant le disque est introduit de la manière la plus inattendue. « Embraced Heath » est en effet un court instrumental laissant entendre des percussions plus ethniques que martiales et des sonorités de guitare plus hispanisantes que norvégiennes. Et même quand cette guitare s’électrise, c’est en une longue plainte majestueuse. Un rendu inattendu avons nous dit, mais également très captivant. Tant est si bien que le riff de « Silent and Calm » fait figure de bain froid après une agréable exposition au doux soleil. Ce bon petit brulot est pile poil pour rentrer dans le vif du sujet, il a le grand mérite de ne pas laisser planer de doutes. Rythme rapide, un bon grand cri vindicatif qui laisse la place ensuite à un égosillement de bel effet, un bon petit solo sur la fin …de doucereuse, l’atmosphère devient violente. « Silencieux et Calme » ? Tu parles …mais malgré l’évidente efficacité de ce titre, les très bonnes surprises viennent après.

Les quatre morceaux qui enchainent derrière sont une mine de détails, d’ambiances, qui même si elles peuvent sembler prévisibles, n’en sont pas pour autant d’une efficacité démoniaque. Pour résumer la chose, durant la vingtaine de minutes restantes, on peut dire que Dissection a rencontré Helloween. Les lignes de chants sont un hommage aux litanies de Jon, et on ne compte pas les passages avec des harmonies de guitare qui nous replongent avec bonheur dans nos souvenirs des ballades sur les murs de Jéricho, accompagnés du gardien des 7 clés. Mais ce schéma, si flatteur qu’il puisse être, ne doit pas cacher d’autres aspects de la musicalité des lyonnais. Les chansons fourmillent de solos de guitares, comme l’intro de la grosse partie musicale de « Lament », ou les multiples interventions des six cordes de « Siberian Steel ». Les changements de rythmes sont nombreux, « Path Of Sorrow » le dernier titre est une succession de passages lourdingues à très speed. Mais le plus impressionnant est sans contexte la partie où la guitare passe en son clair et où la batterie est utilisée comme un tambour sur « Auri Sacra Flames ». Cette compo, très épique, durant laquelle s’invitent les quelques grunts nécessaires pour rendre hommage au death metal durant cette démonstration de heavy black, est incontestablement la grande réussite de cet EP.

Tant est ci bien qu’à la fin de l’écoute la première chanson semble bien maigrelette par rapport aux autres, du moins beaucoup trop linéaire. Et si l’on ajoute à cela un son assez eighties, voir même tellement teinté qu’il risque de rebuter quelques uns, surtout ceux qui exigent bêtement des autos productions les mêmes prestations auditives que pour les œuvres des pros bénéficiant des meilleurs studios. Pourtant le son a été capté dans l’antre de JC Jess, et il est vrai que même si j’avoue ne pas avoir dégusté 50 disques sortis de chez lui, il me semble tout de même que le gaillard est capable de mieux…

Mais une fois de plus, il serait idiot pour ces deux bémols que je mets à mon enthousiasme, de gâcher notre plaisir. Aesirs est l’un des nouveaux talents de la scène extrême française, et mérite amplement tout notre soutien. En tous cas c’est sans hésitation que je leur accorde le mien.

« Silencieux et Calme » …….. Ben voyons !!!

Myspace : http://www.myspace.com/aesirs

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green