Communication de nos partenaires

314 Project – Deceive The Crooks

Le 7 novembre 2010 posté par Wën

Line-up sur cet Album


Batard : chant
Renat' : chant
Pi : guitare
Gayrem : guitare
Charly : basse
Simon : Batterie

Style:

Modern-thrash

Date de sortie:

2010

Label:

Rock Runners

Note du soilchroniqueur (Wën) : 07/10

Aux amateurs rhodaniens de décibels et de boxon sonore en tout genre, peut-être avez-vous déjà entendu parler du projet 314. Non ? Ca ne vous évoque rien ? Et pourtant … Il est fort possible que vous ayez déjà croisé un de ses zicos au détour d’une scène locale. En effet, constitué autour de membres des Biffins, de God Damn, d’Ana et de Mithridatic, 314 Project se veut, comme son nom ne nous le laisse pas du tout présager, la concrétisation d’un simple projet de potes qui, à la base, ne désiraient rien d’autre que boeuffer ensemble. Le désir artistique et la soif de faire connaitre le fruit de leurs élucubrations musicales étant ce qu’ils sont, c’est donc assez logiquement que nous arrive ce « Deceive The Crooks », premier EP du combo.

Et même si, au lancement de la galette, on ne sait pas qui sont ces escrocs que le combo compte duper, une chose est sure : ces types ont les crocs ! Comme de coutume sur notre scène lyonnaise, amis poètes, vous pouvez passer votre chemin, il ne faudra pas chercher ici, ni encore moins s’attendre à une quelconque once de délicatesse. Ca démarre au quart de tour, par l’efficace ‘Facelesse territory’ et déjà la particularité majeure du combo se démarque d’elle même avec cette alternance de deux vocalistes, dans des registres tour à tour typiquement thrash ou plus screamy, s’avérant plutôt bien pensée voir carrément jubilatoire pour peu que cette dualité soit renforcée par un bon gros riff bien heavy (‘straight to violence’). Et côté riffs, justement, dans un registre modern-thrash (attention, ‘moderne’ à la The Haunted, mais pas ‘revival’, hein, je vous vois venir là bas, les fans de la Bay Area), rien à redire, la paire de guitaristes s’impose sans trop taper dans la démonstration, le très thrashy ‘Empty’ en étant un excellent exemple. Les soli sont rares (‘Orphans’), mais les mélodies de grattes, même si particulièrement courtes, s’avèrent plutôt bien senties et fort à propos, n’arrivant jamais comme une quequette dans la raclette (restons de saison).

Niveau son, le passage au White Wasteland studios, donne un rendu très professionnel mais manquant un peu de densité et de profondeur, dotant le tout d’un aspect plutôt cru et d’un feeling très roots, mais qui lui sied plutôt bien, au final. Rien ne démarque spécialement ces cinq titres les uns des autres, le skeud étant relativement homogène. 314 Project n’invente pas grand-chose, mais le fait bien et à sa manière. Facilement accrocheur, riffs bien prononcés, refrains fédérateurs toujours scandés à deux voix (‘Backdraft’), les amateurs devraient apprécier : ça envoi le steak, sauce cambouis s’il vous plait.

Sauce cambouis ? Et oui, forcément, avec trois membres communs en leur sein, difficile de ne pas établir le moindre petit parallèle entre 314P et God Damn. Et on en vient même à se demander si telles et telles impressions sont belles et bien avérées. Par exemple, nous l’avons dit, nous avons ici à faire à un power-thrash moderne plutôt efficace, mais à cela, nous ne pourrons nous empêcher, d’y décerner des relents de gazole et de Jack Daniel, accompagnés d’un groove tout rock’n roll. Alors ? Ca vient de moi, ou non ? Rien à foutre en fait, c’est sans doute l’alcool qui commence à faire effet …

Page myspace : www.myspace.com/314project

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green