Communication de nos partenaires

Live report : Bloodybarbie

Photos : Bloodybarbie


Ce qu’on n’aime pas en été, c’est qu’il n’y a presque que des fests et peu de concerts, même à Paris ! Heureusement en ce mois d’août, Death Angel est de passage en banlieue parisienne en ce 02/08/2015 bien chaud, dans cette petite salle d’une centaine de personnes pour nous fournir une méga dose de thrash et pas n’importe lequel, c’est du haut niveau !

Les américains ne sont pas seuls ce soir mais accompagnés par trois groupes français qui ont l’honneur de chauffer le public (comme si il ne faisait pas assez chaud !).

Malemort :

C’est à Malemort, ce groupe local (de Cergy Pontoise même) dont je n’ai jamais entendu parler avant ce jour, de nous présenter en une demi-heure une sélection de ses compositions de Metal (ne me demandez pas de le classer) bien foutues, extraites de leur seul album “French Romances” et débordantes de groove avec un chant clair, parfois hurlé, bien pêchues et en français ! Xavier fait preuve d’une forte présence scénique très rentre-dedans, et c’est le cas de tous les membres bien sympathiques qui se montrent proches du public (sauf le batteur bien sûr). La salle est déjà bien remplie et la foule est à fond, surtout quand elle est excitée par un son assez bon et un frontman qui ne laisse pas place au repos et s’assure que la foule est là à tout instant. D’ailleurs, il n’hésite pas à échanger avec le public, remercie les médias présents et appelle au soutien à radio rock fort en voie de disparition !

Malemort a su bien se vendre et montrer de quoi il est capable en cette bonne demi-heure et n’est pas prêt de se faire oublier ! Je les reverrais avec grand plaisir !

J’ai particulièrement apprécié « Madame » avec cet aspect moderne aux riffs bien sympathiques même si le son n’était pas au top. Ils terminent avec une reprise d’un groupe Punk, le morceau chaleureux« Last Caress » de Misfits qui clôturera cette première partie avec brio ! Belle prestation!

Pour la description plus précise des morceaux, je vous laisse jeter un œil à notre chronique de leur album : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/malemort-french-romances

Setlist de Malemort :

-Japan Airlines
-Insoumission
-Madame
-Décadence
-Mauvaise Passe
-L’enfant-machette
-Cabaret Voltaire
-Last Caress

 

Thrashback:

Il faisait tellement chaud (et encore la température n’avait pas atteint son maximum) à l’intérieur de la salle qu’on s’est oublié dehors pendant que Thrashback a commencé son premier morceau et on a raté la scène où le bassiste se casse la gueule en tombant (pas au sens littéral, hein, et heureusement), ce qui a fait qu’il était à mobilité réduite sur scène pendant toute leur parti. Néanmoins cet incident n’a pas impacté ses facultés de bassiste (comme si y’en avait besoin !) et les parisiens nous ont livré du bon vieux thrash bien véloce et débordant de testostérone. Ah ! J’oubliais, le plus important, c’est le batteur (nommé Speed) qui est au micro. Comme quoi, certains batteurs savent faire plus que 4 choses à la fois !

Ils nous jouent timidement deux titres extraits de leur tout dernier album « Night Of The Sacrifice« , sorti cette année et tout le reste de leur premier opus « Possessed By The Thrash » (2013).
Voilà une autre bonne découverte de la soirée, que je n’écouterais pas tous les jours sur CD, mais que je verrais avec plaisir en tant que première partie.
Sinon, le mot le plus redondant chez Thrashback, c’est « Bordel » !

Le taux d’humidité monte à 90% proportionnel à la température et au nombre de personnes.
Tout comme Malemort, Thrashback conclut aussi son set par une reprise, « United Forces » de S.O.D.

 

Setlist de Thrashback :

-Endless War
-Night Of The Sacrifice
-Thrashback
-Bombers Of Death
-Wardance
-Unleashed The Beast
-United Forces

 

Witches:

J’avais tellement entendu  parler de ce conte : il parait qu’il y a une belle sorcière qui réside dans l’Isère et qui viendrait nous ensorceler aujourd’hui avec du bon thrash accompagnée de ses disciples. J’avais hâte de voir sous mes yeux une femme à l’œuvre, aux arènes de sa belle guitare enchantée. Parce que dans le thrash métal, hormis les brésiliennes de Nevrosa, je ne connais pas d’autres groupes que Witches avec une frontwoman. Sybille arrive avec sa cabale en bousculant Thrashback qui a débordé un peu sur son horaire et ils s’installent au plus vite pour ne pas avoir du retard et pouvoir assurer toute leur setlist. En tout cas, si elle reste bien coiffée, ça ne sera pas le cas pour les chevelus du public.

Les riffs sont bien véloces et tout puissants comme je les aime dans le thrash, bien que je sois moins fan du chant thrash bien rageur de Sybille. Witches nous a dévoilé en exclusivité de nouveaux titres prometteurs issus de leur 7ème album « The Hunt » (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/witches-thehunt ), pas encore sorti à ce moment, après 8 ans d’absence :  « No Matter If The Wind… »,  « Jump With Fright » et  « Riding and Huntig » (mon préféré).

 

Setlist Witches:

-Horror museum
-No matter if the wind…
-Serial
-Crystal
-Jump with fright
-Riding and hunting

 

Death Angel:

Dois-je présenter Death Angel ? Ce groupe aussi bon que le big four et qui mériterait même d’être à la place de Slayer, le maillon faible du big four. Hélas, certains (honte à eux) ne connaissent pas bien cette modeste merveille américaine, l’excellence du thrash metal même. Dire que ce groupe passe dans une petite salle paumée en banlieue parisienne…

Aucune aération ni climatisation, et les lois de la thermodynamique veulent que plus il y a du monde en agitation plus la température augmente, et promettent que celle-ci sera proche de celle de l’enfer. Tant pis, on a qu’à dire qu’on est dans un hammam (y’en a qui payent rien que pour ça) et qu’on va supporter une température avoisinant les 40°.


Les américains font leur entrée sur scène sous ces fourbes notes de guitare de« Left For Dead » extrait de leur dernier album « The Dream Calls For Blood » avant que le déluge commence, commandé par ce sacré frontman qu’est Mark Osegueda, et que les guitares ne se mettent à couiner dans tous les sens, torturées par leur maîtres et à verser des larmes de sueurs. D’ailleurs le public sert également de chœur en criant ce refrain facile : ‘’Left For Dead’’.  Ils enchaînent avec « Son Of The Morning » du même album ou encore « Claws In So Deep » (je suis aux anges, puisque c’est mon titre préféré de « Relentless Retribution » ) et sa magnifique outro flamenco acoustique, mais malheureusement on n’a pas eu le droit à la sublime la version intégrale, et très originale, de l’album.

J’avoue que je n’étais pas super enthousiaste qu’ils jouent « Fallen » qui est moins agressif et un peu monotone, heureusement qu’il y a de nombreux soli balaises, mais au moins ça nous a permis de nous reposer les cervicales.

Soudain, une fille se retrouve dans le pit des photographes, sortie de nulle part et complètement torchée. Elle soulève son débardeur et exhibe sa poitrine devant le chanteur en tentant de l’exciter avec sa gestuelle (bon, c’est vrai qu’il est difficile de rester indifférente devant le charme du bassiste Damien Sisson qui a dû retirer son t-shirt à cause de cette chaleur infernale). Malheureusement pour elle, les seules personnes qui l’ont remarquée sont les gens présents autour d’elle (ils se sont bien rincés les yeux en tout cas). Mark l’a presque complètement ignorée bien qu’il a échangé quelques regards avec le bassiste pour en rigoler du genre « ouais, pourquoi pas ».

Le moment  tant attendu par les fans arrive enfin, et ça se sent d’un point de vue sonore puisque les décibels en provenance du public montent pour « The Dream Calls For Blood » (il faut dire que c’est le top du dernier album).

Pour changer, un peu de thrash old-school avec le relativement tranquille« Bored » pour que le public et les musiciens se reposent un peu (enfin sauf le soliste, qui a du boulot en permanence).

Bien évidemment, ils ne nous quittent pas sans nous jouer les classiques et incontournables « Kill As One » (les cris particulièrement ultra aigus de Mark font mal aux oreilles) et « Ultra Violence » avec un medley de « Thrown To The Wolves ». Quel plaisir de voir le soliste prodige Rob Cavestany exécuter tous ces soli, et notamment le plus impressionnant de tous, celui de« Kill As One », avec perfection.

Ambiance détendue, le frontman fort sympathique fait comme chez lui, la bouteille de whisky ou je ne sais quel alcool à la main entre deux morceaux pour un coup de boost. Il ne manque pas de remercier chaleureusement le public et les groupes ayant ouvert pour eux en nous demandant de leur faire un max de bruit. Le public plus agité que jamais, même sous cette terrible chaleur, a autant d’énergie que le groupe peut lui fournir à travers son thrash aussi énergisant que toutes les boissons existantes. Les pits et slams se multiplient et ne s’arrêtent qu’à la fin du concert ! Ambiance de malades en petite communauté et dans une petite salle (entre nous, c’est tant mieux).

 

SetlistDeath Angel :

-Left for Dead
-Son of the Morning
-Claws in So Deep
-Fallen
-Buried Alive
-Evil Priest
-Succubus
-Execution – Don’t Save Me
-Truce
-3rd Floor
-Seemingly Endless Time
-The Dream Calls for Blood
-Caster of Shame
-Bored
-Kill As One
-The Ultra Violence / Thrown to the Wolves

Un énorme merci à l’orga d’avoir permis cette date ainsi qu’aux quatre groupes de nous avoir fait vivre une méga soirée !

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green