Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Sharon Janny Den Adel : Chant Robert Westerholt : Chant, Guitare Rudolf Jolie : Guitare Jeroen Van Veen : Basse Martinus Johannes Spierenburg : Claviers Stephen Van Haestregt : Batterie

Style:

Metal symphonique accoustique

Date de sortie:

2 novembre 2009

Label:

Sony/BMG & Roadrunner Records

Repas familial de Noël… tout le monde est bien content, ça rigole bien, la table est belle et bonne, les enfants sont bien excités, mais tout le monde laisse faire, c’est normal, pour eux c’est LA nuit. Comme d’habitude, la musique de fond, ce sont des chants traditionnels, des comptines, du Tino Rossi … vous avez bien essayé de glisser le « A Twisted Christmas » de Twisted Sister en argumentant goguenardement « ben quoi, c’est des chansons de Noël !!! » mais rien n’y fait, levée habituelle de boucliers contre votre « musique de sauvages », le sonotone de la tata Simone, vous vous rappelez, celle chez qui vous alliez en vacances (lire ici) explose, le vrai début de drame familial, quoi. Alors vous vient une idée géniale : ils veulent de la douceur, moi du métal, et bien, je vais leur coller un album en acoustique … et ça tombe bien, car Within Temptationnous en a offert un le mois dernier. Open, Play. Les premières notes s’égrenant, vous voilà parti pour une petite « chro mentale »…

Après la grandiloquence et le déchaînement de moyens de « Black Symphony », Within nous revient avec « An Acoustic Night at the Theatre », enregistré durant la série de concerts que le groupe a donné en Novembre 2008 dans divers théâtres de leur Hollande natale. Au menu donc, 11 titres dont la totalité des singles de « The Heart Of Everything » en mode ampli débranchés et public taiseux et respectueux. On avait déjà eu droit à quelques versions acoustiques sur les différentes versions limitées des disques de Within. Mais le résultat n’était pas exceptionnel, surtout quand le groupe s’attaquait à des titres normalement très symphoniques comme « Ice Queen ». Pour tout dire, ça sonnait plus comme une bande de scouts autour d’un feu de camp… Alors vous vous doutez bien quel regard les fans de la première heure allaient avoir sur cet album, qui par définition ne reliera pas avec leurs anciennes amours. Surtout que depuis l’ouragan « Evanescence », tout le monde s’accorde à dire que l’orientation musicale du groupe était un peu « mou du genou ». Et ce n’est pas après s’ être jeté comme des morts de faim sur « Utopia », seul nouveauté studio de l’opus que ceux ci seront rassurés : un titre qui commence assez bien avec un duo avec un chanteur anglais, mais qui bien vite se noie sous des tonnes de violons assez mièvres, et au refrain hyper téléphoné… tout ça pour dire que si en petits curieux que vous êtes sûrement vous avez commencé l’ écoute de l’album par le dernier morceau, vous risquez de ne pas revenir dessus pendant un petit bout de temps ! J’avoue, c’est un peu ce que j’ai fait. Et heureusement que je ne me suis pas arrêté ici, car le résultat est assez plaisant. Et s’il l’est, c’est parce que la pièce maîtresse de la mécanique Within, Sharon livre ici une très belle prestation. Seule, ou en duo avec avec Annecke (Agua De Annique, The Gathering) ou avec (encore !!) Keith Caputo, c’est elle qui tire le groupe vers le haut. Et une aubaine pour ces « die hard » fan, tant ses lignes de chants sont mises en avant. L’avalanche d’arpèges, de rythmes délicats, l’addition d’un ensemble de cordes et l’acoustique très particulière des lieux où ont été captées les chansons rendent l’ensemble beaucoup plus convaincant que les piètres tentatives évoquées plus haut. Si bien que l’on passe un agréable moment, même si les titres revisités ne sont pas les plus virulents du répertoire, et donc qu’on pourrait regretter un certain manque de prise de risque. C’est globalement le seul vrai reproche qu’on pourrait faire à ce disque, mais on sera indulgent avec eux. Beaucoup plus que si le prochaine véritable album qui sortira courant 2010 soit une copie de « The Heart Of Everything ».

Ben voilà … le temps de penser à tout cela, le disque est fini. Le sonotone est sauvé, et vous vous êtes payé discretos votre petite dose vitale de Metal, sans drame familial … l’ambiance est peut être même moins agitée, moi électrique qu’avant, non ?? même les gamins semblent plus calmes. Et au fond de vous, vous vous dites que ce n’est pas que l’effet de la fatigue ou de la nourriture trop lourde. Non. C’est en fait que même un groupe jouant une « musique de sauvage » peut tutoyer la beauté. Tout simplement.
Site officiel : http://www.within-temptation.com/

Fredo

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green