Communication de nos partenaires

Wicked Maraya – Lifetime in Hell

Le 17 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Falco : Chant
  • Daniel Malsch : Guitare
  • Michael Ladevaio : Guitare
  • John Ladevaio : Basse
  • Mike Nack : Batterie
 

Style:

US Power Metal

Date de sortie:

18 Mars 2016

Label:

Massacre Records

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7.5/10

– Nom de Zeus, Marty, je crois qu’on a créé une faille dans le continuum espace-temps…
– Alors là, c’est pas l’pied !

Ainsi pourrait commencer l’histoire de ce Lifetime in Hell de Wicked Maraya. Imaginez donc que cet album de 2016 date de 1991 et sort, ou plutôt ressort 25 ans plus tard… Oh putain, la claque des 25 ans dans le nez, faut ressortir également les T-shirts LC Waïkiki troués et les jeans dépouillés…

Ce 4ème album chronologiquement est en fait le 1er du groupe, inédit ou quasi puisque resté dans le stock de leur précédent label après un changement de management, n’apparaissant donc pas sur la discographie du combo américain qui semble commencer en 1994… Et celui-ci parait donc, augmenté à la fin de 2 titres nouveaux (et donc inédits, totalement ceux-là) en 2016… Et ceci après un break de 18 ans du groupe, qui revient avec sa formation initiale des 5 new-yorkais, dont 2 frères – vous suivez toujours jusque là ? Je pose un, je retiens deux…

Mais revenons dans le temps maintenant et remettons-nous dans le contexte, réfléchissons en 2016 comme en 1991. Si cet album vous parait sonner un peu comme du Savatage ou du Iced Earth de l’époque, rien d’étrange : il a été produit par Jim Morris, le producteur de ces deux groupes de Power/Thrash US. Au-delà du son en lui-même, on trouve quelques similitudes dans l’écriture des riffs ou même le timbre de voix du chanteur, une voix assez granuleuse et qui fait grincer ses notes aigues. Au-delà de ce retour vintage dans le temps – et le terme s’applique ici très bien vu la petite vingtaine passée qu’a réellement cet album – on note aussi la méthode d’enregistrement et ses petites imperfections d’époque, le style d’harmonies en double guitares, la batterie pas toujours parfaite (le clic ? pour quoi faire ?).

On remarque aussi quelques traces de claviers occasionnelles comme chez Iced Earth, un peu plus d’ailleurs et souvent en fin de piste, ainsi des effets sonores utilisés par ceux-ci dans ladite période (fuzz/chorus/flanger/panoramique). Mais la comparaison s’arrête un peu ici, vu que Wicked Maraya, même s’ils pratiquent une similitude dans la structure de leurs morceaux avec des changements de tempo brusques, fait moins dans la nervosité et le speed que leur confrère et davantage dans le mid tempo harmonisé de Savatage. Au mieux le morceau le plus dynamique et proche d’un Thrash US de la période serait le dernier morceau de la mouture originale de l’album, « Blackout ».

La question à se poser est donc : « Est-ce que j’aurais aimé cet album en 1991 ? » ou en version actuelle « Comment aurais-je bien pu le chroniquer ? »

Parlons maintenant des deux inédits, mais actuels ceux-là. Eh bien, ils sont écrits dans le même bloc de pierre, gravés au burin, avec une forte similitude dans la couleur générale et le mixage, même si l’énergie est assez différente, ceci dû certainement à la technologie, également à l’âge des protagonistes – tu m’étonnes, il aurait fallu 2,21 gigowatts pour retourner en 1991 et les enregistrer dans les conditions d’époque – et au fait que l’esthétique a aussi un peu évolué. Mais visiblement le but de cette édition/réédition est d’annoncer un retour du groupe. Par conséquent si on se réfère à ces deux « nouvelles » pistes – non, qu’est-ce que je dis, pas de guillemets : celles-ci sont vraiment nouvelles – on est resté dans le même esprit général mais avec un peu moins de pêche et des moyens sonores actualisés.

Cet album est donc pour les fans d’Iced Earth et Savatage des 90’s et il faut forcément se remettre dans le contexte pour l’apprécier… et compte tenu du contexte, c’est un album appréciable bien qu’imparfait, même si on proposait déjà mieux en ce temps, tant dans la créativité que dans le mixage et le mastering. Ceci étant, tenter un retour, avec une énergie de la vingtaine perdue il y a une vingtaine n’est-il pas un pari risqué, d’autant pour un groupe peu connu déjà et disparu depuis 18 ans ? Bref, cela importe peu sur le fond.

A écouter fenêtres ouvertes au volant d’une DeLorean…

 

Tracklist:
1. Sounds of Evil (4:08)
2. Lifetime in Hell (5:24)
3. Tomorrow’s Child (3:47)
4. Crash & burn [Idiot’s Delight] (3:43)
5. Seizure (4:59)
6. Johnny (4:23)
7. The Calling (3:28)
8. River runs black (4:50)
9. Blackout (4:54)
10. Fall from Grace (4:59)
11. Suicidal Dawn (5:04)

Facebook: https://www.facebook.com/WickedMaraya

Site officiel: http://www.wickedmaraya.com/

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCiq6ga … 51QAvpRqRg

Spotify: https://play.spotify.com/artist/3HLCyMepbvU85pq65es5jQ

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green