Communication de nos partenaires

Wehrmacht – Shark attack

Le 19 février 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Marco Zorich - Guitares
  • Shann Mortimer - Basse
  • Tito Matos - Chant
  • John Duffy - Guitares
  • Brian Lehfeldt - Batterie

Style:

Crossover / Thrash metal

Date de sortie:

20 Février 2016

Label:

Dead Center Productions

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Deux albums et puis s’en vont… et reviennent !

Combien de groupes n’ont sorti que deux albums dans les années 80 pour disparaître aussi sec, le tout dans l’indifférence générale ?
Pour Wehrmacht, bizarrement, ça n’a pas été le cas !
Déjà bien aidé par un patronyme qui aura déclenché la polémique, Wehrmacht a su se faire remarquer par un crossover / thrash des plus efficaces et le fait d’avoir plusieurs passages pour le moins remarquables dans leur premier album a fait que bon nombres d’anciens thrashers ont des souvenirs bien précis de ce groupe qui sait encore s’attirer des fans malgré quelques années plus ou moins inactives.

Formé en 1985, le groupe sort 5 demos d’affilée qui mettront en place les deux albums à venir « Shark attack » (1987), puis « Biermächt» (1989).
Sorte de S.O.D. qui aurait partouzé avec les Cryptic Slaughter, The Accüsed ou autres D.R.I., Hirax, Lawnmower Deth avec un humour éthylique façon TankardWehrmacht aura tout d’abord changé de nom en Macht en 1990 pour sortir une unique demo (« Vice grip » la même année) avant de splitter purement et simplement. Le batteur Brian Lehfeldt partira chez Cryptic Slaughter, le chanteur Tito Matos et le guitariste Marco Zorich continuant à sévir chez Spazztic Blurr, quant à John Duffy (guitares) et Shann Mortimer (basse), il semblerait qu’ils soient restés calmes durant la période de non activité d’un Wehrmacht qui reprendra du service en 2008.
En 2010 sortira un « Fast as a shark attack » autoproduit (comprenant une reprise d’un certain « Fast as a shark » d’Accept), deux box set comprenant du matos déjà ressorti, et un split avec Disintegrator en 2014.
Depuis 2012, le groupe a changé de chanteur, Eric Helzer remplaçant Tito Matos.

Et c’est en février 2016 que le label Dead Center Productions sort une nouvelle fois « Shark attack », en vue de préparer la venue d’un nouvel album ?
Pourquoi pas …
En attendant, si cet album n’est sûrement pas celui du siècle précédent, il a le mérite de montrer un groupe dont le seul mot d’ordre est l’urgence.
Gros fouillis bordélique pour certains, beau motif de défoulement pour d’autres, sommet d’immondices pour une minorité : « Shark attack » a le mérite de ne pas laisser indifférent.
Il est vrai que chaque titre est un motif au headbanging féroce et les 36 minutes réparties sur 14 titres ne connaissent pas la demi mesure : ça booste du début à la fin, les blancs entre chaque morceaux sont très courts et le tout est enchaîné à vitesse grand V.
D’entrée, on se mange le titre éponyme avec son intro repris du thème principal de « Les dents de la mer » version thrash avant une speederie intense. Les titres sont tous courts, hormis l’instrumental « Fretboard gymnatics » de plus de cinq minutes, plus dispensable et surtout donnant l’impression de ne pas trop savoir où aller.
Pour le reste, on en prend plein les oreilles et le plaisir de se recoller un bon délire sur « Shark attack », « Jabberjaw », « Crazy way people die », « Part II », « Anti » ou surtout les impeccables « United shoebrothers » et « Napalm shower » n’est pas feint !
Et dans la foulée, le dégueulasse délire vomitif de « Puke » présentant presque une minute de sons de gerbe éthylique intense montre une bonne dose d’humour pipi-caca-prout auquel tout le monde n’est peut-être pas forcément réceptif… Mais bon !

« Shark attack » est un bon petit brûlot, au son largement perfectible (mais c’eût été dommage de l’améliorer tant il est représentatif d’une époque bénie), aux pains parfois trop évidents, mais d’une urgence aussi violente que la naïveté de l’ensemble est touchante…
Ces mecs voulaient aller vite pour aller vite et ont réussi à nous balancer un album devenu culte.

Et maintenant, la réédition de « Biermächt » tant qu’on y est ?

Prosit !

Tracklist :

1. Shark Attack (3:45)
2. Blow You Away (2:44)
3. S.O.P. (1:32)
4. Jabberjaw (2:07)
5. B.O.S. (Barrage of Skankers) (2:44)
6. United Shoebrothers (1:50)
7. Puke (0’54)
8. Part II…. (Night of Samhain) (3:11)
9. Anti (2:22)
10. Napalm Shower (2:48)
11. Crazy Way People Die (2:29)
12. Fretboard Gymnastics (Instrumental) (5:43)
13. Termination (3:01)
14. Conrete Meat (1 :27)

Myspace http://myspace.com/wehrmachtband

Facebookhttps://www.facebook.com/WehrmachtOfficial

Facebook http://www.facebook.com/wehrmachtband

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green