Communication de nos partenaires

Tribal Tech – X

Le 9 décembre 2012 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


Scott Henderson : Guitare ; Scott Kinsey : Claviers ; Gary Willis : Basse ; Kirk Covington : Batterie ;

Style:

Jazz Fusion pas facile

Date de sortie:

Avril 2012

Label:

Mascot Records

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 7/10

 

Y a des groupes, comme ça, qui ne vous parlent pas. Ils ne vous disent rien. Et ce, avant même que vous ayez jeté une oreille à la musique qu’ils produisent. Vous savez pas vraiment pourquoi, mais ça attire pas.
Et Tribal Tech, pour moi, en faisait partie. Le nom, déjà, m’évoquait un truc beaucoup trop technique. Du branlage de manche à foison avec quelques percussions qui nous viennent d’Afrique pour le côté tribal. Y avait aussi la pochette de cet album, affichant sombrement un gros X. Pas terrible. Et le livret, s’il révèle qu’on a affaire à un groupe plutôt fendart, reste sacrément moche.
Je ne connaissais pas, mais Tribal Tech n’en est pas à son coup d’essai, puisque ce disque est leur onzième album. Il était même l’un des groupes les plus important de la scène Fusion au début des années 90. Et puis le groupe a splité en 2000, bien avant que je m’intéresse à la musique, et que « X » est leur premier album d’après la reformation.

Et comme le plus important, dans un album, c’est la musique, alors c’est parti ! Tribal Tech évolue dans ce qu’on appelle Progressive Fusion. Alors moi, quand je vois Fusion, je pense aux Red Hot, ou [No On is Innocent]. Un genre où on traverse les barrières, on mélange les styles, les malaxe et les… fusionne ! Mais, comme un con, j’avais oublié l’autre type de Fusion : le Jazz Fusion.
Style largement plus hermétique que son collègue.

Ça se sent dès « Mech X », à l’intro bruitiste et expérimentale, et ça se poursuit tout le long du CD.
En fait, on a un peu l’impression d’assister à un énorme bœuf de près d’une heure. Ça vient de partout. Le branlage de manche est bien là, mais pas de la manière dont je m’y attendais. Imaginez un peu les passages les plus techniques des groupes de Prog que vous écoutez habituellement. Bah là, c’est la routine. Alors ça fait peur, oui, très. C’est riche, très riche, et exigeant.

Parce que Tribal Tech, c’est une accumulation d’éléments radicaux, audacieux et surtout très hermétiques. Pas de structure classique, c’est une chose, mais faut ajouter, à ça, une absence de voix et vraiment peu d’éléments auxquels se raccrocher.
Surtout, que moi, le Jazz, c’est pas que j’aime pas, mais j’y comprends pas grand chose.
Alors les premières écoutes furent un peu distraites, histoire de laisser le temps à mes oreilles de s’habituer.
En fait, il y a, au sein des morceaux, un élément principal, déjà pas forcément facile d’accès, sur lequel viennent s’implémenter divers instruments qui se plaisent à casser toute tentative de mélodie (écouter un peu le piano de « Mech X ») et que dire des soli, véritables tricotages (« Time Lapse ») !
Parfois, on a un peu l’impression que ça joue chacun de son côté et que de temps en temps, ça se réunit pour faire quelque chose vraiment ensemble.

Parce qu’heureusement, Henderson et sa bande disséminent, à quelques endroits de son album, des passages, ou plutôt, là, des sonorités, un peu plus accrocheuses, comme sur « Got Faith ‘N Phat » à 2min30 puis à 5min40 environ, « Time Lapse » à 7min ou « Working Blue » juste après son intro. On a même droit à deux titres plus accessibles, plus softy : « Anthem » et « Palm Moon Plaza », qui font quand même du bien, comme une petite pause au milieu de toute cette masturbation intellectuelle. Parce qu’ensuite, ça redémarre avec « Gravity », et ça vous perd à nouveau jusqu’à « Corn Butter », un peu plus groovy.

Bon, pour l’instant, ça donne peut-être pas forcément envie tout ce que je raconte. Et en fait, ça dépend de ce que vous recherchez dans la musique. Si, comme moi, vous aimez qu’entre les passages purement techniques, il y ait quelques éléments grisants pour avoir quelque chose à quoi se raccrocher, Tribal Tech pourra vous rebuter et il vous faudra du temps pour vous y habituer, si un jour vous vous y habituez (mais, à voir en live, ça doit être vraiment impressionnant). Si, par contre, vous aimez écouter les trucs qui vous malaxent les neurones, assis dans le fauteuil de votre bibliothèque en robe de chambre pourpre un verre de millésimé à la main, jetez-y une oreille. Parce que ça reste impressionnant et bien foutu dans le genre.
Et si vous étiez un fan de Henderson et de Tribal Tech, de toutes façons, vous vous serez déjà jetés dessus, parce qu’une pause de 12 ans, c’est quand même long !

 

Site Officiel (Scott Henderson) : www.scotthenderson.net

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green