Communication de nos partenaires

Tiamat – Amanethes

Le 7 mai 2010 posté par Wën

Line-up sur cet Album


Johan Edlund : chant, guitares, claviers
Thomas Petersson : guitares
Anders Iwers : basse
Lars Sköld : batterie

Style:

Metal-gothique

Date de sortie:

2008

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Wën) : 7/10

Tout en sachant faire preuve de discernement, inévitablement, il est des disques que l’on ne peut qu’aborder avec crainte. Pour preuve ce nouvel opus de Tiamat, qui avant même d’avoir subit la moindre écoute, fut catalogué comme « à risque« . Pourquoi ? Il n’y a qu’à jeter un regard circulaire sur la scène metal-gothique actuelle, pour se rendre compte, hélas, d’une forte propension chez les groupes de plus de dix ans, à s’enliser volontairement dans une facilité musicale à la pauvreté sonore exacerbante. Le constat est effarant : Beseech, Within Temptation, Flowing Tears, Lacuna Coil, combien de formation au potentiel prometteur gâché, au fil des albums, par un virage stylistique et des compositions de plus en plus médiocres ? Rares et louables sont ceux à y avoir échappé.

Associons à cet aspect, un silence discographique de cinq années, et avouons que nos craintes avaient le mérite d’être fondées.

Que nenni, gros septique que je suis, sur le fond comme sur la forme Tiamat reste en fait assez fidèle à sa ligne directrice. Preuve que Johan Edlund (chant) mène toujours le navire d’une main de fer, le style n’a au final pas tant évolué malgré cette longue période d’inactivité. Ici, les mélodies restent entêtantes à l’image d’un ‘Temple of the crescent moon’, excellent titre d’ouverture dans la plus pure tradition Tiamat avec ses leads de guitares très efficaces sur le refrain, sa batterie sur vitaminée et son break ambiant en plein milieu. D’une manière générale, les compositions demeurent plutôt sombres (‘Equinox of the god’, ‘Raining dead angels’) mais toujours dans un esprit très heavy autant dans l’approche que dans la consistance des guitares, à mi-chemin entre un Paradise Lost et un Moonspell sous leur forme musicale actuelle, nappé d’un agréable feeling à la Type O Negative. Oui, en terme de comparaison, on aura connu pire, même si Tiamat fait avant tout du Tiamat. Nul soucis à se faire de ce côté-ci les éléments ayant donné ses lettres de noblesse au groupe il y a de cela quelques années sont toujours bien présents : les mélodies et les fins arpèges de guitares, les rythmiques plombées, de légères touches électro, des interventions féminines et bien sûr le chant si caractéristique d’Edlund.

Les quatre premiers titres sont assez différents sans pour autant être dépareillés les uns des autres, même si la balade ‘Will they come’ (tout comme la doublette ‘Misantropolis’/’Amanitis’) s’avère un peu prévisible. Comme dit précédemment, les quelques lignes de chant féminin dont Tiamat aime réhausser ses compos sont utilisées avec parcimonie, afin de renforcer l’ambiance générale d’un titre (‘Until the hellhounds sleep again’ ou le popisant ‘Meliae’, aérien et planant que n’aurait pu renier les Beatles en fin de carrière).

Seul défaut, ce « Amanethes » n ‘évitera pas LE piège, que je qualifiera de typique à ce type de formation à savoir un album trop long (une heure pour quatorze chansons), qui se traduit par une impression d’essoufflement sur la durée. D’autant plus que sans être désagréable, les morceaux finaux s’avèrent plus rock et moins inspirés … peu être aussi dû à un relâchement d’attention, aussi.

Mais mis à part ce dernier point (qui reste purement personnel), Tiamat signe donc pour son retour, un agréable album, dans la lignée de ses précédents disques et qui aurait donc gagné à être plus concis (fatidique dernier quart d’heure). « Amanethes » n’est certainement pas l’album le plus inspiré des suédois, cependant, la musique reste bonne et contentera les aficionados du père Edlund.

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Tiamat – Amanethes”

  1. 1

    Pour ma part, je n’ai pas du tout accroché à la première écoute. Mais je dois bien avouer que par la suite j’ai trouvé l’album surprenant et très fin… quoique moins produit. On sent vraiment que Mr Edlund est grand fan de Pink Floyd 😉 .

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green