Communication de nos partenaires

The Maledict – Dread

Le 10 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Ian McLean : Chant, Guitare
  • Stuart Henry : Guitare
  • Stuart McCarthy : Basse
  • Karl Freitag : Batterie

Style:

Doom/Dark/Death/Ambient Metal

Date de sortie:

15 Décembre 2015

Label:

Transcending Records

Note du SoilChroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7.5/10

Vous vous souvenez peut-être de ce bac étiqueté « Doom/Dark/Death/Ambient » dans le rayon Metal à la FNAC dans les 90’s ? Si non, rappelez-vous, et si vous n’étiez pas encore né, imaginez. A l’époque déjà, les « experts-vendeurs » commençaient déjà à s’en battre les steaks de ranger bien des albums qu’ils n’avaient même pas écouté, quand on leur demandait de vendre du boysband à gogo qui caracolait – et surtout vendait/rapportait, hein, c’est toujours plus intéressant pour une échoppe qui vante la « culture » – à base de sourire Email-Diamant et de pose BG en tête de gondole des magasins. J’y ai même vu le premier album de Rhapsody et de Nightwish dans ces bacs, c’est dire s’ils s’en foutaient déjà, au point de voir actuellement le rayon réduit à peau de chagrin (s’il en reste encore un dans vos franchises avoisinantes, profitez-en, ça va pas durer). Si ce bac « à classement aléatoire » existait encore de nos jours, assurément, on y aurait balancé Dread, dernier album de The Maledict (Une référence au jeu Doom 3 ? Ca irait bien avec le style).

Pour résumer, si le nom du groupe évoquerait davantage le courant pop-rock (tous les « The » machin-truc sont souvent connotés, on va pas se mentir), il irait parfaitement dans ce bac parce qu’on y retrouve… tout ce qui est – était – marqué sur l’étiquette. Je vous épargne l’expression « c’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus », vu que la comparaison ne marche pas tout le temps : il n’y a pas de vrais bouts de président dans le camembert Président, ni davantage de maitrise – à part celle de l’autotune – chez Maitre Gim’s… Néanmoins, si vous avez l’impression d’entendre du Moonspell, du Paradise Lost, du Arcturus ou du Moonsorrow, ça n’aura rien d’étrange. Par conséquent, c’est assez varié au niveau des ambiances de ces huit longues plages, principalement grâce aux passages de transition orchestraux (l’interlude « In the Lips and Hearts » et l’intro de « A Muse in Requiem »), et donc, même si ça ne pète jamais vraiment, les deux morceaux courts « Column of voracious Souls » et « Carrion Art » étant les plus musclés de l’album, on n’a pas la sensation de s’ennuyer à proprement parler (même si le genre ne se prête pas non plus à la gaudriole, assurément) ; on va dire que ça ne donnera pas vraiment envie de secouer ses éventuelles dreads (pour ceux qui en ont, passez votre chemin, peu de chances que cet album vous convienne).

A noter également l’artwork bien glauque, en adéquation avec l’esprit général – donc toujours pas dans la gaudriole – de cet album, fort appréciable par sa qualité.

Ce premier LP (après une démo Salvation in Yielding en 2013) du quatuor australien a bien évidemment ses petits défauts inhérents à première production : des guitares pas toujours super carrées, la double pédale pas totalement carrée non plus. Par contre, la basse claque bien ! Mais le défaut majeur revient aux voix, claires (certainement le bassiste, ce qui me fait d’autant plus penser à Ics Vortex, ex-Dimmu Borgir et toujours actuel Arcturus) comme growlées, mal fondues dans le mix, pas toujours en place, ni super justes. Sorti de ses petites tares, c’est un moment plaisant à passer dans les ténèbres, de part sa diversité émotionnelle du coté obscur de la… tranquillité. Au passage, bien qu’originaire d’un pays connu davantage pour sa chaleur, le ton général est froid – vous l’aurez compris avec les multiples références ci-dessus citées – et donc le morceau « Frozen » n’est pas du tout une reprise rigolote de « La reine des neiges »

A écouter dans une caverne de glace avec son pote Ursus maritimus qui serait en train de terminer son repas, laissant une pile d’os comme reliquat de rassasiement.

Tracklist:
1. Tenebrae (7:47)
2. Fast unto the End (7:14)
3. Frozen (7:28)
4. Column of voracious Souls (4:17)
5. A Muse in Requiem (12:12)
6. Carrion Art (4:52)
7. In the Lips and Hearts (2:48)
8. Deaden Eyes to the Horizon (11:29)

Facebookhttps://www.facebook.com/TheMaledict/

Youtubehttps://www.youtube.com/user/MaledictMaledict

Bandcamphttps://themaledict.bandcamp.com/

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green