Communication de nos partenaires

Tauthr – Life Losing

Le 6 novembre 2010 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Sator: Chant
L. Wachtfeld: Guitare
Herr Krøger: Guitare
Cruor: Basse
MD: Batterie

Style:

Black Metal

Date de sortie:

6 Août 2010

Label:

Van Records

Note du Soilchroniqueur (Gwenn): 6/10

Groupe formé en 91 en Allemagne, après un premier « split » en 2006… les 5 musiciens de Tauthr décident de nous en mettre plein la tronche, ils ont bien fait. Life Losing se présente sous un Art Work sombre et étrange, entre un homme torturé, attaché et une angoisse sous-jacente.

Forêt, noire, sombre, mystérieuse, riche, odorante. Lune entière, maternelle.
Après des battements de cœur lourds, puissants, « Curse or Destiny » n’est pas sans intérêt. Il manque toutefois ce petit « plus » qui fait tout la puissance d’un morceau. Digne d’intérêt, à mon goût car l’aspect torturé, débraillé, y est. Et j’adore ça, ça passe, ça fait du bien, et ça gueule d’une manière homogène pas déplaisante, la voix est propre et travaillée. Bien qu’un peu longuet, le truc, quand même…
« Dis-loved » part d’une manière très progressive. Apparemment le groupe souhaite faire part de sa patte  Black/Death, oscillant entre les deux genres, le côté black marqué et vraiment agréable par moments…

Les loups restent cependant cloîtrés dans leurs cages… hurlant leur désir de fuir dans l’humidité de la nuit.

« Perfect ». Les cages sautent et les loups courent. Tempo bien plus rapide et les choses se posent, Tauthr est bien plus technique et propre que ce que les deux premiers morceaux laissaient présager. La lune tremble et la voix, toujours d’influence  Black Death, crie. Malgré tout, il manque toujours « ce quelque chose » que je ne peux expliquer !
« Memories », les pupilles s’allument et le regard profond, agressif du loup qui guette. La voix est extraordinaire ici de « saleté » comme on l’aime. Un chouilla Black, un chouilla death, j’aurai même tendance à dire que la voix seule met en valeur le morceau qui me semble presque plat, et de plus, exactement dans les mêmes tonalités que les précédents.

Aucune proie en vue, les loups, babines frémissantes, sont presque assis dans la neige douce, glacée.

La forêt, sombre, ne dévoilera ici aucun secret. « Hope », l’espoir. Morceau qui se démarque dans son tempo hétérogène, plein de suspense, très agréable bien que trop… ressemblant aux précédents.
« Crown », ou enfin, le regard perçant de l’oiseau noir entre en scène, des ailes veloutées, rapides précises.

Les loups ont tué, le corbeau ramasse.

On a ici un morceau bien plus incisif, agressif, et presque plaisant ! J’aurais dit « ambiant » mais nous n’irons pas jusqu’ici pour nos pauvres voisins.
« Life Losing », la meute reprend sa route avec un espoir, enfin, planter des crocs blancs dans la chair d’animaux faibles, malades. Les larmes, de souffrance, n’auront pas même le temps de couler des yeux, de têtes affolées. La vie, en effet sur ce morceau, ne tient qu’à un fil. Tout d’un éponyme. Une construction élégante, des riffs à en faire pâlir pas mal, toujours cette voix qui je vais finir par trouver « sexy »… mais toujours… ce truc qui manque, ce truc qui mettrait en valeur cette voix extraordinairement malsaine et noire.

« Leave » se tient sur les mêmes bases, ce qui est intéressant dans ce morceau est qu’il part dans des longueurs vocales, l’aspect ambiant est encore plus marqué, plus fort. J’aime assez, mais grâce à cette voix qui finalement a fini par m’apprivoiser, et en plus d’un break lourd, lent, magnifique… c’est sans doute mon morceau préféré. Seul souci, je ne suis plus concentrée que par la voix. Les loups se nourrissent avec délectation, lapent le sang rouge, presque glacé, leurs yeux jaunes, lumineux, n’en finissent pas de scruter l’horizon.

« Orpheus », et toujours cette voix Death/Black d’une qualité qui me séduit sérieusement, mais il me manque une sorte de conclusion, le morceau est construit selon des bases classiques et quelque chose au niveau du rythme qui se veut chercher autre chose que ce qu’on a entendu précédemment… mais il me manque encore cet élément… qui fera qu’enfin les loups soient rassasiés. Malgré les cris, hurlant, vociférant, torturés, douloureux… insistants, agaçants presque… de la fin du morceau.

Le sang coule, froid, sans chaleur, encore plus froid que… immobile, congelé.

Je commence à réellement apprécier Tauthr, ambiant dans l’homogénéité de la tonalité, mais réellement terrible dans l’efficacité des riffs, la propreté des morceaux, l’accessibilité de leur musique et toujours ce contraste entre un black peu assumé, un death présent, tout est progressif dans ce qu’ils produisent, et ça aura l’avantage de plaire à beaucoup.

Myspace: http://www.myspace.com/dannewerk

Site officiel: www.tauthr.com

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green