Communication de nos partenaires

Shores of Null – Black Drapes for tomorrow

Le 18 septembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Davide Straccione - Vocals
  • Gabriele Giaccari - Guitar (live backing vocals)
  • Raffaele Colace - Guitar (live backing growls)
  • Matteo Capozucca - Bass (live backing screams)
  • Emiliano Cantiano - Drums

Style:

Blackened Gothic Doom Metal

Date de sortie:

14 Avril 2017

Label:

Candlelight/Spinefarm Records

Note du Soilchroniqueur (Forlorn) : 7/10

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les chroniques les plus compliquées (selon moi) ne sont pas celles où il y a trop de choses à dire. Même si c’est vrai que ça peut être un peu technique de rassembler ses idées pour ne pas partir dans tous les sens, je pense que les chroniques les plus compliquées sont celles où, au contraire, on n’a pas grand chose à dire. Et pour illustrer ce propos, nous allons prendre par exemple l’album Black Drapes for tomorrow de Shores of Null (quel fabuleux hasard : il s’agit du sujet de cette chronique ! L’univers est parfois tellement bien ficelé).

Bref, Black Drapes for tomorrow est le 2ème album de Shores of Null et, effectivement, y a pas tellement de choses à dire dessus. C’est un album Doom Gothic « blackisé » par moment. C’est bien produit et c’est sympa mais trop répétitif à mon goût. Et comme on va pas s’arrêter là, parce que ce serait un peu du foutage de gueule, on va pas se mentir – et que j’aime toujours autant partir dans de longues digressions -, vu qu’on ne peut pas s’amuser sur le fond, amusons-nous sur la forme.

Shores of Null est un groupe de gothic doom metal.
Et globalement le résultat est plutôt pas mal.
Je l’ai ressenti comme un extrême, mais sans ardeur.
Comme une musique violente mais dans la douceur.

Mais même si, globalement, apparaît un résultat sympathique,
Je ne peux que m’arrêter, sur quelques défauts devant lesquels je tique.
La faute à quelques erreurs qui aurait pu, dû être évitées
Mais, après tout, qui peut se vanter de n’en avoir jamais fait ?

Maladroites peuvent apparaître certaines transitions.
Qu’importe ! Ceci résulte de leur interprétation
De ce qu’est l’introduction d’un morceau.
Parfois courte, parfois longue. Parfois en sursaut.

Mais qu’entends-je ? Qu’ouï-je ? Mais cette ligne de chant
Ne serait elle pas la même que sur un morceau précédent ?
Très fine est la limite entre avoir sa patte, et se répéter.
A trop s’enfermer dans un style, oui, on finit par s’auto-plagier.

Néanmoins se poursuit, non sans élégance, le reste de cette proposition musicale
Pour arriver à certaines nuances proches du Black Metal,
Mais cela ne durera pas, et c’est fort dommage.
Nous aurions préféré un parti pris, plus qu’un simple hommage.

Un album qui transporte dans son propre univers
Qu’on aimera ou pas, à chacun ce qu’il préfère.
Mais la tentative est la, ne l’oublions pas.
Très louable est la démarche, qu’elle fonctionne, ou pas.

Enfin c’est sur une outro acoustique de toute beauté
Que nous arrivons lentement à la fin du CD.
Ni trop, ni trop peu sont ces onze morceaux.
Ainsi se termine Black Drapes for tomorrow.

Pas la peine de s’attarder, vous l’aurez compris.
Parfois, bon ou mauvais, en quelques mots : tout est dit.

En résumé cet album souffre de quelques répétitivités et de quelques longueurs mais c’est un défaut qui peut aussi être imputé au style lui même. Que ce soit le doom ou le gothic, on est souvent dans des productions assez lentes parfois lancinantes : c’est un peu la marque de fabrique du genre. Mais certaines sont moins excusables comme le fait qu’il y ait parfois des riffs ou des lignes de chants qui soient vraiment beaucoup trop ressemblantes entre les morceaux. C’est bien de trouver son propre style mais faut faire attention à ne pas tomber dans un cercle de repompage de ses propres riffs. Deuxième album de Shores of Null, je suis allé écouter le premier (Quintescence) par curiosité. Je trouve que tout ça se ressemble un peu trop. J’espère et j’attends un peu plus de créativité pour le prochain sans quoi Shores of Null ne franchira jamais la barre du « groupe sympa » qu’on écoute de temps en temps en fond sonore.

Tracklist :

01 – Tributary Waters
02 – Donau
03 – Tide against us
04 – House of Cries
05 – Black Drapes for tomorrow
06 – The Enemy within
07 – Carry on, my tiny Hope
08 – We ain’t Ashes
09 – A Thousand Storms
10 – The Kolyma Route
11 – Death of a River

Facebook : https://www.facebook.com/shoresofnull/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC_ZP7OVqYDuTFPJCTmICOCg
Bandcamp : https://shoresofnull.bandcamp.com/
Spotify : https://open.spotify.com/artist/76lKNyW77arKg42qdDO9Sm

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green