Communication de nos partenaires

Sabaton – Coat of Arms

Le 16 mai 2010 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


Pär Sundström : Basse
Joakim Brodén : Chant
Oskar Montelius : Guitare
Rikard Sundén : Guitare
Daniel Mÿhr : Claviers
Daniel Mullback : Batterie

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

21 mai 2010

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 9/10

Sabaton, la machine de guerre, nous vient de Suède et depuis 1999 nous montre son savoir faire martial.
Et ce dès la première parution Fist For Fight, ils posèrent les bases pour une nouvelle voie du heavy power, avec une plus belle part donnée aux claviers, et un chant ne passant pas la moitié des titres dans des aigus stridents.
Ils enregistrèrent ensuite le puissant Metalizer, travaillant encore avec Peter Tägtgren. Étonnamment, l’album enregistré en 2002 mais fut produit en 2007. Leur deuxième album est donc leur quatrième parution. Vous suivez toujours?… Celui fut excellemment bien accueilli par le public qui connaissait déjà bien Sabaton.
Ne sachant pas attendre 2007 pour que sorte Metalizer, ils décidèrent de passer par eux mêmes pour leur prochaine parution, avec bien sur l’appui uniquement financier d’un label. C’est dans ce cadre qu’est apparue Primo Victoria, toujours dans la même veine et aussi fort que ses prédécesseurs, il leur permis d’obtenir un contrat avec Black Lodge , division métal de Sound Pollution.
Le quatrième album Attero Dominatus sorti en 2006,continue lui aussi dans la même voie, parlant des grandes batailles ayant marquées l’histoire, « Back in Control » l’attaque britannique lors de la guerre des Falkland , « Attero Dominatus » au sujet de la bataille de Berlin qui amena la fin de la 2ème guerre mondiale en Europe et « Angels Calling »pour les tranchées de la 1ère guerre mondiale.
2007 annonça enfin l’arrivée de Metalizer publié sur la forme d’un double album avec inclus Fist For Fight histoire de pardonner ces cinq longues années d’attente.
L’année suivante Sabaton connut son plus gros succès avec The Art Of War inspiré du livre de Sun Tzu intitulé l’art de la guerre. Il leur permis de faire la première partie d’Hammerfall sur leur tournée européenne, ainsi que l’accès à quelques festivals de grand nom.

Afin de mieux conquérir le monde, les guerriers décident de s’associer avec Nuclear Blast pour Coat Of Arms. Album suivis par une grande tournée des festivals estivaux, venant même broyer le fer en France.

L’album bénéficie comme à l’habitude de Sabaton d’une production parfaite, un son impeccable. La voix particulière de Joakim est égale à elle même, toujours aussi puissante et militaire. On ne doute pas qu’il aurait fait un excellent général de troupes. Comme sur l’album précédent les claviers ont une belle part et mettent en valeur le refrain repris par les choeurs. Une batterie martiale , des riffs de guitare incisifs et lourds. Tout est réuni pour battre le fer.

Ouverture de l’album par les claviers introduisant le titre éponyme, ceux ci nous rappellent Nightwish. « Midway » est par contre une deuxième version du titre « Ghost Brigade » musicalement identique, seules changent les paroles, mais le titre garde quand même son efficacité. « Uprising « est en Mid Tempo et garde la même ligne que « The Art Of War » même composition et structure.  » Screaming Eagles  » commence par un déluge de notes poussées par la voix puissante, morceaux plus speed que les titres précédents , on s’y accroche, une vraie bataille, une charge de cavalerie lourde. Grande originalité de par le titre et pour la mélodie de « Saboteur » construit différemment plus mélodique allant plus du côté d’un Edguy, avec un chant toujours sur le même timbre mais un passage plus doux vers la minute trente assez surprenant. Deuxième surprise avec « The White Death » à des compositions plus vers Gamma Ray avec un refrain plus appuyé et de plus nombreux breaks.

Un album avec peu de changement, mais très bien réussi. Il faut dire que l’on ne demande pas à Sabaton de renouveler le Heavy Metal , c’est déjà fait avec l’apport d’une voix plus grave. Ils ne vont pas tout rechanger à nouveau… Même s’il est vrai que l’on garde l’impression de réécouter une nouvelle foie The Art Of War , comme s’il s’agissait d’un deuxième album, celui ci reste aussi puissant, martial , accrocheur. Un vrai régal musical.

http://www.sabaton.net

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green