Communication de nos partenaires

Primal Fear – Unbreakable

Le 7 janvier 2012 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Mat Sinner :Basse
  • Ralf Scheepers : Chant
  • Randy Black : Batterie
  • Magnus Karlsson : Guitare

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

Janvier 2011

Label:

Frontiers Records

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar): 8,5/10

 

 

On vous l’avait prédit il n’y a pas longtemps, l’année 2012 se promet riche en couleurs. Les concerts de Black Sabbath, les promesses d’albums de Manowar ( qui sait?), Doro, Lonewolf et j’en passe, et des meilleurs… Comment mieux commencer cette nouvelle ère qu’avec la chronique d’un bon Primal Fear annoncé pour fin Janvier. Bonne et heureuse année à tous, on vous la souhaite bien longue et vigoureuse.

Formé en 1997 par Ralf Scheepers et Mat Sinner, Primal Fear reste malgré ses huit albums au rang de second couteau de la scène Heavy Metal, avec pourtant des chansons comme « Metal Is Forever » acclamée par tous comme un des meilleurs hymnes. Ce neuvième opus « Unbreakable » leur permettra t’il de se hisser dans les hautes sphères?

Il faut quand même rappeler que si cette fois ci, les deux compères ont mis plus d’an an avant de sortir un nouvel opus, durée moyenne de gestation pour cette formation allemande, avec comme plus grand délai deux ans entre « New Religion » et « 16.6 », c’est car ils ont tous deux travaillés sur leurs albums solo One Bullet Left pour Mat et Scheepers pour Ralf, de très bonne qualité pour chacun d’ailleurs.

C’est donc pleins d’énergie qu’ils se retrouvent pour un « Unbreakable » qui se veut comme un très bon album. En même temps avec Primal Fear c’est assez difficile de faire autrement. Un chant perché haut dans le ciel, une basse qui groove du tonnerre. On s’attend forcément à de la grande qualité, et on est une nouvelle fois, aucunement déçus.

Après une lourde et grandiloquente introduction, « Strike » vient nous en mettre plein la vue en débutant par un riff et un plan de batterie incisifs à souhait. Que du bonheur en quelque sorte, c’est bien le style auquel on était habitué, reconnaissable entre milles autres. N’oubliez pas que l’aigle est un oiseau de chasse, bête majestueuse, rapace de grande puissance, ce n’est pas pour rien que c’est l’emblème choisi par le groupe. « Strike » c’est bien évidement la première apparition de l’aigle, et on ne le voit que quand ils s’est déjà jeté sur nous, la puissance de son attaque nous surprend et nous frappe en plein visage.

La lourdeur des plans de Randy Black de « Bad Guys Wear Black » nous montre ici une simple démonstration de force. Le public vient assister au spectacle, l’aigle n’a pour rôle que de nous épater par ce qu’il sait faire le mieux chasser sa proie, attraper au vol les appâts qu’on lui jette, faire un gros refrain qui reste en tête, prendre au vol les acclamations qu’on lui lance. Une chanson taillée pour la scène et qui fera des ravages en festival ( pas de la puissance d’un « Metal Is Forever » mais en même temps Ralf et Mat avaient dit qu’il ne voulait pas essayer de faire mieux que ce titre, car c’était impossible et tournerait au ridicule, préférant ainsi jouer ce qui leur plait, et cela nous va pour le mieux).

L’aigle aime aussi jouer avec les courants d’air chaud, s’amusant à planer délicatement pour se reposer et montrer à tous sa beauté, en maître du ciel il profite avec grand plaisir de ces quelques instant de répit qui font le bonheur de ceux qui arrivent à assister. « Where Angels Die » ou encore « Born Again » font office de pauses pendant lesquelles les proies que nous sommes ont conscience du danger. Mais les mélodies sont si belles qu’elles nous enchantent et on préfère rester pour assister à cette merveille de la nature qui va nous achever ensuite en frappant fort, reprenant la chasse initiale avec des « Blaze Of Glory » autre « Conviction ».

Unbreakable n’est autre qu’un très bon album de Primal Fear une très belle pièce du Heavy Metal nous montrant encore que sans tourner en rond on peut encore exceller dans la matière, pas besoin de plus que l’envie. Un excellent opus qui devrait facilement convaincre tous les fans de Heavy. Aucun titre n’est à jeter, tous sont de bonne qualité, tous au même niveau, avec en prime une production hors paire, un visuel digne des chef d’œuvre du Louvres.

Enfin que du Bonheur.

 

Site:http://www.primalfear.de/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green