Communication de nos partenaires

Premortal Breath – They

Le 17 avril 2015 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Dominik Eymer - Basse
Thomas Pettrich - Batterie
Tobias Eymer - Guitares
Sebastian Herbold - Guitares
Thomas Bürger - Chant.

Style:

Heavy (Thrash) Metal

Date de sortie:

26 juin 2014

Label:

Autoproduction / Metal Message

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10


Oops, un album qui a été zappé l’an dernier et je me demande bien pourquoi !
Sûrement lorsqu’en regardant le livret intérieur et les photos promos du groupe, je me suis dit qu’on avait droit à un n-ième groupe de Pop/Rock bien dandy au vu de leurs gentils airs de premiers communiants avec leurs cheveux courts, chemises blanches, bretelles et cravates noires.
Comme quoi, l’habit ne fait définitivement pas le moine !

Fondé en 2010, le quintette allemand Premortal Breath nous a sorti son premier album l’an dernier avec huit bons morceaux plutôt bien foutus.
Imaginons un Heavy Metal mâtiné de Thrash old school, sorte d’Annihilator qui aurait copulé avec Megadeth ou Sacred Reich, combinant quelques petites intonations modernes à aller chercher dans des styles finissant en « core » …
De toutes façons, inutile de leur coller une étiquette, ils s’en contrefoutent ! Ils font la musique qu’ils aiment, point !
Nonobstant, en écoutant leurs compositions, on ne peut s’empêcher de faire quelques parallèles : déjà parce que leurs influences sont particulièrement palpables mais malgré tout, le talent de composition leur confère déjà une identité qui leur sera propre à l’avenir.
En un peu moins de quarante minutes, Premortal Breath nous montre un potentiel pour le moins prometteur avec des titres souvent en mid tempo avec ce qu’il faut de petites accélérations et de breaks bien foutus histoire de varier les plaisirs.
D’entrée, ils nous balancent un « Your Ruin » que n’aurait pas renié la bande à Jeff Waters (toutes proportions gardées). Riffs saccadés, production impeccable, refrain à tomber sur le cul : l’archétype du petit brûlot qui mettra tout le monde d’accord en concert.


Sur les huit morceaux, rien n’est à jeter, l’ensemble est très bon et d’une grande cohérence.
Les mélodies sont très présentes (le solo de « Into The Light » est un très bon exemple de ce que peut proposer Premortal Breath tout u long de l’album).
« Fuck My Brain » commence très calmement avant de nous coller un couplet / refrain absolument fabuleux : l’exemple parfait de la combinaison de deux générations de Metal entre le côté old school de l’approche du morceau et les quelques apports modernes (refrain quasi growlant, break sous accordé…) avec un chant proche de Chuck Billy (Testament).
Et les bons – voire très bons – morceaux sont légion : « Pain » est l’exemple typique du futur hymne du groupe avec son refrain entêtant et son couplet tout en agressivité contenue, « They » (vidéo en fin de chronique) et son intro limite Rock indépendant à la basse avant un mid tempo ravageur, le plus long « Pleasure », l’impeccable « Trapped » ou le final ébouriffant « Blood Baby Shower » sont autant de bonnes raisons d’acquérir ce premier album d’un groupe prometteur.

Pour son premier album autoproduit, à la pochette en aquarelle signée Six Of Six, Premortal Breath frappe très fort à la porte des grands et pourrait bien se faire remarquer sur la scène Heavy Metal teutone, voire au-delà.

Et c’est tout le mal qu’on leur souhaite !

1. Your Ruin (4:36)
2. Into the Light (4:42)
3. Fuck My Brain (5:40)
4. Pain (4:17)
5. They (4:09)
6. Pleasure (6:08)
7. Trapped (4:57)
8. Blood Baby Shower (5:09)

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green