Communication de nos partenaires

Paradise Lost – Tragic idol

Le 30 avril 2012 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Nick Holmes – Chant
Greg Mackintosh – Guitares
Aaron Aedy – Guitares
Steve Edmondson – Basse
Adrian Erlandsson – Batterie

Style:

Metal gothique

Date de sortie:

23 avril 2012

Label:

Century Media

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

 

J’avoue, Paradise Lost m’a méchamment laissé sur ma faim lorsque je les ai vus à Lyon lors de la tournée suivant le pourtant excellent précédent album « Faith divides us – Death unites us ». Que ce soit au niveau du son, de l’interprétation ou même de « l’envie » de Nick Holmes de faire mieux que le minimum syndical, cela a formé un tout qui a laissé un sentiment de frustration assez énorme, mais bien compensé par la prestation de Samael – et de l’interview de Vorph (lisible ici) quelques heures avant – qui a véritablement tout explosé ce soir là.

C’est donc avec un espoir non dissimulé que j’ouvre le magnifique box limité : beau digipack avec une nouvelle pochette tout aussi belle que la première – signée par le français Valnoir –, son livret 24 pages et son CD bonus avec deux titres inédits dont une reprise de Spear Of Destiny.

Allant les voir le 5 mai prochain au Transbordeur de Lyon, c’est autant par curiosité que par envie de savoir à quoi m’en tenir à ce concert que je m’écoute la galette.

 

Déjà, à la première écoute, on sent des réminiscences énormes provenant de ce que bon nombre estime comme étant leur chef d’œuvre « Draconian times » de 1995.

Est-ce que leurs compositions ont été influencées par leur dernière tournée consacrée à cet album ?

Probablement oui.

Après tout, Paradise Lost n’est pas le premier à revenir en arrière, à la demande ou non des fans. Pour preuve Queensrÿche et son « Operation : mindcrime II », Bathory et son oscillation entre le black/thrash et le viking, etc… Et ce, avec plus ou moins de bonheur.

Pour le coup, avec ce « Tragic idol », on ne peut pas dire que Paradise Lost se soit planté !

Il est vrai que, depuis « Draconian times », les anglais n’ont cessé d’expérimenter en proposant des albums souvent différents du précédent, prenant les fans à contre-pied, ou en en perdant carrément une tripotée en chemin. On pensera notamment au trop « Depeche Modien » « Host » (1999) ou « Believe in nothing » (2001), deux albums bons malgré tout, mais surement trop surprenants pour l’amoureux du Paradise Lost version doom/death…

Et il faut l’avouer, ce n’était sûrement pas les « Symbol of life » (2002), « Paradise Lost » (2005), « In requiem » (2007) et « Faith… » (2009) qui allaient les faire revenir aussi sec.

 

Là, pour ce « Tragic idol », le retour en arrière est flagrant, mais n’allons pas imaginer que Paradise Lost nous ressert une resucée de l’album de 1995, loin de là !

Certes, la tournée et l’album live « Draconian times MMXI » laissait augurer ce qui allait suivre : de deux choses l’une, ou alors ce n’était pas innocent de faire cette tournée histoire de préparer les fans à ce retour, ou alors c’est bien cette tournée qui a directement influencée le groupe à revenir à ses premières amours.

L’un dans l’autre, le plaisir est intact tant l’album est, disons-le franchement, excellent !

 

A la croisée donc de « Draconian times » et des albums suivants, histoire de ne pas laisser perdre malgré tout ce petit héritage de ces bons albums, Paradise Lost risquera bien de faire à la fois revenir les anciens fans sans trop perturber ceux arrivés à la sortie des albums qui ont suivi.

Ce treizième album débute par un mélancolique « Solitary one » avec ses touches de piano renforçant un sentiment dark, titre doomisant, avec quelques vocaux death. Ces relents doom/death revenant plusieurs fois dans l’album (« Fear of impending Hell », Honesty in death) à grands renforts de passages mélancoliques (« The glorious end », passant à des titres plus heavy comme « Crucify », « Theory from another World », « In this we dwell » ou des plus aériens à l’instar d’un excellent « Worth fighting for ».

 

Avec ce « Tragic idol », Paradise Lost renoue avec le doom / death des mid nineties en les combinant magistralement avec des sonorités plus gothiques, voir pop. Sans être son meilleur opus, le groupe signe avec « Tragic idol » un bon album : à voir pendant la tournée le rendu en live.

 

 

Tracklist :

01 Solitary one
02 Crucify
03 Fear of impending Hell
04 Honesty in death
05 Theories from another World
06 In this we dwell
07 To the darkness
08 Tragic idol
09 Worth fighting for
10 The glorious end

CD bonus tracks sur l’édition limitée :
01 Ending through changes
02 Never take me alive (cover Spear Of Destiny)

Site officiel : http://www.paradiselost.co.uk
Facebook :
Myspace :

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green