Communication de nos partenaires

Orphaned Land – Unsung Prophets & dead Messiahs ...

Le 31 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Kobi Farhi – chant
  • Uri Zelcha – guitare basse
  • Matan Shmuely – batterie, percussions
  • Chen Balbus – guitare, piano, xylophone, chœurs
  • Idan Amsalem – guitare, bouzouki

Style:

Metal oriental

Date de sortie:

26 Janvier 2018

Label:

Century Media Records

Note de la soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 9/10

Parmi les tant attendus de 2018, le nouvel album d’Orphaned Land, Unsung Prophets & Dead Messiahs ; tant de sens se cache derrière ce titre !
Ce groupe qui est à l’origine du death metal oriental (ou metal oriental tout court) nous fait voyager au Moyen Orient à travers ces mélodies et éléments orientaux dont regorgent certains de leurs morceaux puisque les plus vieux albums mélangeaient le death metal (l’époque où Kobi voulait bien growler) et la musique orientale. Entre violons, sitar, chœurs grandioses, orchestrations, percussions diverses et variées et surtout le chant oriental unique de Kobi.

Ce qu’on aime aussi chez Orphaned Land, après leur musique exceptionnelle, c’est le côté humain de tous ses membres. Quand Chen Balbus, étant ami avec vous sur Facebook, est le premier à vous souhaiter un joyeux anniversaire, quand on les voit en concert, on les retrouve avant et après et on peut taper la discut’ de tout et de rien. Et surtout, tous ceux qui ont travaillé ou tourné avec eux et les ont côtoyés au quotidien affirment que ce sont les meilleurs personnes au monde par leur simplicité, gentillesse, sympathie et leur côté humble inégalé, rien que pour ça on les aime tellement !
Leurs albums véhiculent toujours un thème humanitaire très fort. Je n’oublierai jamais la tournée « All is One » en 2013 où ils ont pris avec eux un groupe chrétien et un autre palestinien pour symboliser l’union des religions et la paix par les liens sacrés du métal qu’ils proclament à tous leurs concerts. Ce nouvel album est aussi dans cet état d’esprit et traite de la philosophie et de la religion. “The Cave”, premier morceau de l’opus, est une référence à l’allégorie de la Caverne exposée par Platon pour symboliser le fait que nous sommes tous prisonniers de la vérité qu’on ne verra jamais et ceux qui ont combattu pour elle sont morts (en référence à Martin Luther King, Gandhi, Jésus Christ et tant d’autres). Orphaned Land les surnomment « Dead Messiahs ». « Unsung Prohets » est une référence à tous les visionnaires ou combattants de la vérité comme les dénonciations d’Edward Snowden du contrôle des américains de l’information comme l’avait prédit George Orwell bien avant.

Ce nouvel album, encore une fois, ne fait pas défaut à leur style. Chaque morceau, tout comme le précédent All is One (voire plus encore), déborde des mélodies orientales et d’une flopée d’orchestrations, encore plus puissantes que ce qu’ils ont fait en 25 ans de carrière. Ce qui fait de lui mon album préféré à ce jour ! Une petite mention pour cette exception « Chains fall to Gravity » à être très orienté prog dans sa structure et sa composition. Et « Yedidi » (chanté en hébreux) qui pompe beaucoup du tubesque « Sapari ». Difficile de préférer un morceau à un autre puisqu’ils sont tous tout aussi spéciaux et excellents !
A noter la présence d’un invité sur « Like Orpheus », la voix grandiose de Hansi Kürsch (Blind Guardian). C’est marrant et émouvant d’entendre ses envolées orientales. Le super clip associé à ce morceau véhicule un message très puissant, je vous recommande vivement de le voir en entier.

Ce n’est pas le seul invité, puisqu’il y a également Tomas Lindberg d’At The Gates qui prête ses growls sur « Only the Dead have seen the End of War », ainsi que le virtuose Steve Hackett qui offre son solo sur « Chains fall to gravity » pour rendre la pareil à Kobi pour avoir accepté de chanter sur un morceau des albums de Steve.

Un album parfait, un régal pour l’âme et les oreilles, un voyage musical et spirituel qui vous donne la chair de poule par sa magie et son sens. Même s’il ne brille plus par son côté death oriental de l’époque, on y trouve plus de morceaux agressifs et death avec des growls de Kobi comme on les aime (contrairement au précédent All is One) comme sur « We do not resist », « My Brother’s Keeper », « Only the Dead have seen the End of the World ». Même si Orphaned Land a décidé de prendre un virage pour toucher une communauté plus large (ce qui se comprend), ça reste un virage qui convient tout aussi bien et que j’apprécie beaucoup.

Cet album est le premier album où le guitariste à l’origine d’Orphaned Land, le virtuose Yossi Sassi (qui a quitté le groupe pour s’adonner à ses projets solo) n’a pas contribué. Une preuve qu’Orphaned Land s’en sort très bien sans ! A écouter avec une très bonne sono et état d’esprit. Il dévoilera toutes ses merveilles après plusieurs écoutes attentionnées !

Mon souhait se réalise enfin : Orphaned Land va tourner avec ses compatriotes qui font dans le même style, tout aussi bon (mais en dessous d’Orphaned Land bien sûr) : SUBTERRANEAN MASQUERADE (le second groupe du batteur d’O.L). Vivement le 27 février 2018 à Paris !

P.S: La pochette est comme d’habitude, sublime et riche en symbolique. A méditer !

Tracklist :

01. The Cave
02. We do not resist
03. In Propaganda
04. All knowing Eye
05. Yedidi
06. Chains fall to Gravity
07. Like Orpheus
08. Poets of prophetic Messianism
09. Left behind
10. My Brother’s Keeper
11. Take my Hand
12. Only the Dead have seen the End of War
13. The Manifest – Epilogue

Site officiel : http://www.orphaned-land.com/
Facebook : https://www.facebook.com/OrphanedLandOfficial
Youtube : https://www.youtube.com/user/OrphanedLandTV

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green