Communication de nos partenaires

Old Forest – Dagian

Le 19 janvier 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Beleth - Guitares, Basse / Kobold - Chant, Claviers Guest : Anders Kobro - Batterie.

Style:

Black metal

Date de sortie:

11 janvier 2015

Label:

Avantgarde Music

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Old Forest, dont le nom est directement influencé par l’œuvre de Tolkien, est un trio anglais formé en 1998, qui aura splitté en 2001 pour se reformer en 2007.
Articulé autour de James « Kobold » Fogarty (Ewigkeit, Jaldaboath, Svartelder, The Bombs Of Enduring Freedom, nouvellement In The Woods, ex-The Meads Of Asphodel), le groupe sortira son premier album « Into the old forest » en 1999 après une demo. En 2000, le trio avait dans ses tiroirs un certain « None more black » qui ne se verra finalement sortir qu’en 2014.
Entre temps, en 2008 sortent deux EP « Tales of the Sussex Weald » (parties 1 et 2), puis deux demos et deux compilations verront le jour avant ce troisième véritable album « Dagian ».

Et pour le coup, on peut parler de véritable surprise.
Les Anglais nous offrent quatre titres longs pour 48 minutes d’un black metal aux relents pagan et atmosphériques qui mettent véritablement en relief une musique de qualité.
Jusqu’alors, le trio nous composait des titres de format plus ou moins standard (comprendre, autour des quatre minutes, mais ne dépassant les six minutes qu’à de très rares occasions) mais là, on a affaire à de longues complaintes toutes au-delà des dix minutes, pour atteindre le quart d’heure.
Habituellement tenue par John « Lord Grond » Sexington (Orcrypt) qui se contentera de produire l’album, la batterie l’est pour cet album par Anders Kobro (In The Woods…, NeonGod, Chain Collector, Carpathian Forest, Svartelder, ex-Green Carnation, ex-Scariot).

L’intro est une ambiance forestière avant que la musique, planante, arrive sur un fader croissant.
« Morwian » débute calmement, avant qu’un riff bien doom ne vienne mettre de l’ordre dans tout ça. On pense à un croisement entre Darkspace (« II »), mais avec quelques chœurs à la Bathory et une ambiance à la Arckanum.
Les comparaisons avec Darkspace d’ailleurs s’arrêtent à la longueur de la mise en place du morceau : un riff lourd et tenant sur quelques secondes, avec un clavier impalpable en arrière-plan et on a déjà passé cinq minutes. Lorsque le tempo s’accélère, on pense plutôt à Arckanum : notamment par le chant écorché et plaintif de Kobold.
Le break, juste un filet de guitare avec une batterie très discrète, lui confère un côté mystérieux avant que le rythme ne s’accélère à nouveau.
On reste malgré tout dans un mid tempo qui ne devient plus véloce qu’en de rares occasions, histoire d’apporter un peu de relief à l’ensemble. Mais le final reste un morceau de black metal atmosphérique de grande qualité. Les longueurs, volontaires, ne sont là que pour donner une sensation de lancinance à la musique d’Old Forest. Dans sa toute ultime partie, le black metal laisse passer une complainte mélancolique du plus bel effet.
« Morwian » vient de passer par là, on a passé dix minutes de pure beauté.
La suite n’est pas en reste : toujours sur un mid tempo avec un côté pagan dans les chœurs, « Non » continue dans les mêmes tons. Le chant alterne entre la complainte claire et le chant black haineux… Comme si Arckanum rencontrait Falkenbach.
Long, monotone, poignant, ce titre résume à lui tout comment le black metal, dans sa laideur la plus ténébreuse, peut devenir d’une beauté poignante et déchirante pour peu que les artistes aient le talent de composition suffisant pour laisser passer les émotions qu’ils veulent.
Et c’est le cas pour Old Forest.
Encore une fois, les riffs répétés à l’envi, le tempo qui reste désespérément bloqué au mid et la monotonie latente de l’ensemble font de ce morceau une œuvre forte de douze minutes qu’on ne voit pas passer.
Et vient le morceau le plus passionnant de l’album : « Tweoneleoht » se veut plus varier que les deux morceaux précédents et nous balance une nouvelle fois dix minutes d’émotions pures.
Ici, le morceau est d’une tristesse – dans le sens émotionnel du terme – absolue.
Les ambiances sont on ne peut plus poignantes, le chant écorché s’apparente à une longue complainte où le désespoir combine avec le magnifique et le sublime.
On pense à Elffor (« Son of the shades » par exemple) avec quelques intonations proches de Summoning : rarement le black metal atmosphérique aura un côté solennel aussi prononcé…
Une pure merveille !
Et puis vient un « Neaht » de quinze minutes qui n’est qu’une sorte de drone atmosphérique qui pourrait s’apparenter à un vulgaire remplissage si on n’avait pas la sensation qu’il est malgré tout indissociable des trois morceaux précédents.
Certes, on peut le zapper au bout de trois minutes si on n’adhère pas à l’exercice mais, malgré tout, il forme avec les autres morceaux un tout qu’on ne peut pas séparer.

On l’aura compris, avec « Dagian », Old Forest nous a offert une œuvre magistrale, d’une force émotionnelle incroyable qui la démarque de toute autre production de black metal atmosphérique et surtout qui la rend indispensable.

Chapeau bas !

Tracklist :

1. Morwian (10:24)
2. Non (11:55)
3. Tweoneleoht (10:27)
4. Neaht (15:34)

Myspace : http://myspace.com/oldforestofficial
Facebook : http://www.facebook.com/oldforestofficial

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green