Communication de nos partenaires

Norwalk – Rebirth

Le 24 janvier 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • John : chant, guitare
  • Byff : guitare.
  • Bans : basse.
  • Jeff : batterie.

Style:

Thrash Progressif

Date de sortie:

23 janvier 2016

Label:

Autoproduction

Note du SoilChroniqueur (Erikillmister) : 9/10

Amis métalleux amateurs de bonnes surprises, réjouissez-vous ! Voici le nouvel opus du groupe Grenoblois Norwalk, présenté sous la forme d’un EP, « Rebirth », qui reste tout de même assez conséquent car contenant 5 titres dépassant tous allégrement les six, voire sept minutes. Ayant choisi le périlleux exercice du concept album, Norwalk s’en sort remarquablement avec l’histoire schizophrénique d’un homme confronté à la dualité du mal et du bien, happé par une vie qui a fait de lui un tyran et désireux de retrouver ses rêves d’enfants, enfouis au plus profond de son être.

Dès l’entame, les Isérois nous font comprendre combien Norwalk a grandi, muri. Sans renier l’héritage Metallica qui est le leur, on les sent désormais désireux de proposer quelque chose de beaucoup plus personnel. Le premier titre, « neverland » place d’emblée la barre très haut, tout en puissance. Mais Biff (guitare) et consorts ne se contentent pas de réciter consciencieusement les préceptes duthrash. Ils rajoutent en effet une bonne dose d’éléments tirant vers le prog, comme par exemple ces longues plages instrumentales aux rythmiques élaborées dignes des meilleurs Annilhilator. « On my way » est quant à elle stratosphérique, ses breaks furieux n’ont de cesse de vous faire hedbanger sans relâche ! Et que dire de « madness » ? Une intro acoustique rappelant Metallica, sans pour autant tomber dans le piège du plagiat. De toute façon le clin d’œil aux cadors américains ne dure pas, la chanson s’éloignant rapidement des arabesques d’un « fade to black », pour atteindre son paroxysme sur la deuxième phase du titre portée par la maestria du duoBans/Jeff (basse/batterie).

Retour vers un Thrash metal de facture un peu plus classique avec « i empty », mais encore une fois, avec beaucoup de classe. A noter l’effort vocal apporté à l’ensemble, la voix de John s’égarant avec bonheur vers un phrasé plus death avec des growls distillés ça et là fort à propos. Au moment où « the loss » se met en branle sur mon PC, étant donné qu’il s’agit du dernier extrait de « rebirth » je me dis que peut-être que l’attention va faiblir, après tout les quatre précédentes chansons sont sans faille. Eh bien non, non seulement ça ne faiblit pas… Mais à mon sens c’est sans doute le morceau le plus abouti de par son originalité, sublimé par un interlude acoustique rehaussé de murmures susurrés par de ténébreuses voix.

Quand la maîtrise s’allie avec la classe et l’envie, on arrive à ce « rebirth » magnifique de bout en bout. On se laisse sans peine envahir par la trame de cette sombre histoire de rédemption. Les musiciens de Norwalk ont trouvé là une symbiose parfaite, nous proposant un EP abouti et mature. La grande classe. Mon seul regret ? Que cet EP ne soit pas un double album, a l’instar d’un enregistrement conceptuel d’un Dream theater !

Tracklist :
01- Neverland
02- On My Way (to Norwalk)
03- Madness 2.0
04- I Empty
05- The Loss

 

Facebook https://www.facebook.com/NorwalkBand/?fref=ts

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green