Communication de nos partenaires

Mortillery – Origin of Extinction

Le 8 mai 2013 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


  • Miranda Gladeau - Basse
  • Cara McCutchen - Chant
  • Alex Gutierrez - Guitares (rythmiques)
  • Alex Scott - Guitares (lead)
  • Kevin Gaudet - Batterie

Style:

Thrash metal old skull !!!

Date de sortie:

22 février 2013

Label:

Napalm Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 7.5/10

Inutile de thrasher dans la soupe, Mortillery ne changera pas d’un iota ses habitudes prises dès le premier album « Murder death kill », en 2011. Fondé en 2009, le quintet d’Edmonton au Canada sort déjà son deuxième album et fleure bon le Thrash old school avec son lot d’influences Heavy.

Déjà, la vue de la pochette, pour le moins ragoûtante et donnant envie de la présenter au concours du pire artwork de l’année, donne une idée de la poésie ambiante de « Origin of exctinction » : à priori, on va avoir droit à tous les poncifs d’un genre déjà usé jusqu’au trognon, dans lesquels l’originalité ne sera pas de mise. Ben je t’en foutrais, tiens ! Justement, pas tant que ça !

Si effectivement les accords, les structures des morceaux, les attaques des riffs, la frappe de batterie et les soli sont pour le moins basiques, on ne peut pas en dire autant de la qualité des titres et du chant.  Le chant de la demoiselle s’apparenterait en effet beaucoup plus à celui d’Ann Boleyn (Hellion, Detente) ou de Liv Jagrell (Sister Sin), que de celui de Sabina Classen (Holy Moses) ou Sibylle Colin-Tocquaine (Witches).

Et côté influences ? Thrash, bien sûr, mais pas que : si on retrouve tout plein de réminiscences un peu partout provenant de la Bay Area, on peut également aller chercher quelques sonorités du côté du Punk / Hardcore d’antan ; ainsi on ne sera pas surpris de voir dans cette partouze de sonorités quelques accouplements auditifs à chercher tant chez English Dogs ou Broken Bones, que chez The Accüsed ou Discharge, tant chez Znöwhite, que chez Death Angel ou chez leurs compatriotes de Razor – dont ils nous gratifient d’une bonne reprise de « Evil invaders » –, chez Sentinel Beast ou Sacrilege, voire les allemands de Tankard (flagrant sur « Sunday morning slasher »), Destruction ou Kreator. Bien sûr, on peut aussi chercher pas mal de petites touches typiquement NWOBHM, ci et là.

Ainsi, « Cease to exist » et son intro proche de celle de « Milk » de S.O.D., le break très Slayerien de « Feed the fire », les couplets de « The hunter’s lair » proche d’un Kreator avec l’apport d’un chanteur proche de Mille Petrozza sont tant de petits hommages déguisés à leurs ainés, en veulent également pour preuve les reprises de Razor, Anthrax et Angel Witch sur la version digipack de l’album.

Commençant tranquillement par un instrumental introductif de deux minutes et demi (« Battle march ») plus Heavy que Thrash, Mortillery ne commence véritablement les hostilités qu’avec le morceau suivant « No way out ». Tout ceci fleure bon le Punk et le Heavy des années 80. Sonnant comme un calme avant la tempête, cet instrumental montre, malgré tout, une envie d’en découdre, avec un solo bien précis, avant que, petit à petit, les riffs se fassent progressivement plus agressifs. Puis, « No way out » commence de façon calme, posée, histoire de tranquilliser l’auditeur avant de lui asséner des riffs plombés à partir de la deuxième minute.

Ensuite, le Thrash arrive, et la voix de Cara McCutchen, aigüe mais agressive, donne encore plus de profondeur au morceau. Alternant les riffs speed à d’autres plus mid tempo, Mortillery arrive à donner pas mal de variété au sein d’un même titre sur à peu près toutes les compositions de « Origin of extinction ». Tout au long des dix titres, la musique est suffisamment rapide et variée pour que l’auditeur reste bien attentif mais on ne peut s’empêcher de ressentir quelques redondances par moment, la faute, sans doute, à un son par trop linéaire et manquant de profondeur par ci par là !

Cela dit, « Origin of extinction » se veut être un album de bonne facture qui fait plaisir à entendre de par les nombreux moments forts qu’il recèle. Et nul doute que le cap du live se fera sans le moindre problème, les pogos risquent même d’affluer lors de petits brûlots comme « Feed the fire », « Sunday morning slasher », « The hunter’s lair », « F.O.A.D. » ou « Maniac ».

Tracklist :

1. Battle March (2:27)
2. No Way out (5:25)
3. Cease to Exist (5:25)
4. Creature Possessor (4:33)
5. Seen in Death (3:41)
6. Feed the Fire (3:39)
7. The Hunters’ Lair (3:26)
8. F.O.A.D. (4:14)
9. Maniac (4:29)
10. Sunday Morning Slasher (5:21)
11. Evil Invaders (Razor Cover) (3:55)
12. Mad House (Anthrax Cover) (3:56)
13. Angel Witch (Angel Witch Cover) (3:14)

Site officiel : http://www.mortillery.com/
Myspace : http://www.myspace.com/mortillery
Facebook : http://www.facebook.com/Mortillery
ReverbNation : http://www.reverbnation.com/mortillery
Twitter : http://twitter.com/Mortillery
Youtube channel : http://www.youtube.com/user/MortilleryThrash

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Mortillery – Origin of Extinction”

  1. pingback pingback:
    Posté: 7th Juin 2016 vers 23 h 39 min
    1
    Mortillery – Shapeshifter | Soil Chronicles

    […] Youtube : http://www.youtube.com/user/MortilleryThrash Chronique “Origin of extinction” : http://www.soilchronicles.fr/chroniques … extinction Interview 2013 : http://www.soilchronicles.fr/interviews … -interview Retour en début de […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green