Communication de nos partenaires

Metal Inquisitor – Panopticon

Le 18 janvier 2019 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Jochen "Blumi" Blumenthal - Guitares
  • Robert "El Rojo" Zerwas - Chant
  • Havoc - Batterie
  • T. P. - Guitares
  • Cliff Bubenheim - Basse

Style:

Heavy/Speed Metal

Date de sortie:

18 Janvier 2019

Label:

Massacre Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Vingt ans de carrière pour ce groupe allemand de pur Heavy/Speed à l’ancienne qui prône les valeurs d’une musique sans concession ni tentative de modernisme.
Metal Inquisitor – qui rime avec “nom à coucher dehors” – en est à son cinquième album seulement mais continue à ne jamais faire de faute de gout en nous envoyant neuf nouveaux titres pour quarante-deux minutes d’un Heavy Metal véloce, d’une fluidité qui les caractérise depuis toujours, et qui sonne comme un véritable ballon d’oxygène pour tout metalleux nostalgique qui a été bercé avec la NWOBHM façon Iron Maiden, Satan, Judas Priest, Saxon et toutes ces vagues que les eighties nous ont enfantées comme la teutonne avec Talon, Atlain, Stormwitch, Avenger – oui, le premier groupe de Peter “Peavy” Wagner –, Brainfever voire Attack ou l’Américaine comme Armored Saint, Savage Grace ou Metal Church.

Autant dire qu’un tel magma d’influences, on ne pouvait être déçus. Mais là où Metal Inquisitor se démarque des formations tout aussi classiques que celle là, c’est cette capacité à conserver une réelle intensité dans son Speed Metal : clairement, ça part de partout, il n’y a aucun temps mort et la seule envie qu’on a lorsque le dernier titre se termine, c’est de se repasser cet album en boucle.

Ceux qui ont connu les précédents albums du groupe, que ce soit The Apparition (2002), le phénoménal Doomsday for the Heretic (2005), le merveilleux Unconditional Absolution (2010, duquel je continue de régulièrement me secouer les cervicales sur “Satan’s Host” ou “Casualty Evacuation”) ou le royal Ultima Ratio Regis (2014), ne seront pas déçus par cette nouvelle offrande.

Le quintette de Coblence démarre tambour battant par le speed “Free Fire Zone” et l’album ne faiblira pas d’un iota du début à la fin ! Toujours ces cavalcades de riffs, que ne renierait parfois pas Iron Maiden, ce chant aigu d’El Rojo désormais si caractéristique du groupe, pouvant souvent nous rappeler le H-Bomb de “Coup de metal”, ces duels de guitares lors des soli, et cette section rythmique qui frôle l’épilepsie.

Et surtout, surtout (non, je ne bégaie pas), cette capacité à nous envouter avec des couplets et des refrains imparables, facilement mémorisables et accrocheurs. Bref, un régal.

Neuf titres donc, principalement rapides, qui font un bien fou par là où ils passent, et le groupe se permet même le luxe de nous balancer un plus heavy et épique “Re-sworn the Oath” de presque sept minutes comme pour nous rappeler qu’ils sont capables de nous réciter toute la panoplie de ce que le Heavy Metal a pu nous offrir de mieux en presque quarante années d’existence.

Alors oui, Metal Inquisitor prend son temps pour nous sortir un album digne de ce nom – cinq ans se sont passées depuis Ultima Ratio Regis et aucun changement de line up à signaler – mais rien que l’écoute de cette nouvelle pépite valait le coup d’attendre !

Une merveille, qu’on vous dit !

Tracklist :

1. Free Fire Zone (3:56)
2. Change of Front (4:47)
3. Beyond Nightmares (5:26)
4. Trial by Combat (5:04)
5. Shock Tactics (3:17)
6. Re-sworn the Oath (7:46)
7. Scent of Fear (4:18)
8. War of the Priests (4:06)
9. Discipline and punish (3:49)

Site officiel
Page Facebook

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green