Communication de nos partenaires

Incantation – Tribute to the Goat

Le 10 octobre 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Will Rahmer : chant (9 à 12)
  • Peter Barnevic (9 à 12)
  • Craig Pillard : chant (1 à 8)
  • Mike Saez : guitare
  • Kyle Severn : batterie
  • Ronnie Deo : basse (9 à 12)
  • Sal Seijo : guitare (9 à 12)
  • John McEntee : guitare
  • Kevin Hughes : basse

Style:

Death Metal

Date de sortie:

10/05/2016

Label:

Season Of Mist

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Je ne suis ni un grand connaisseur de la discographie d’Incantation, ni un grand amateur de leur Death Métal, la seconde affirmation étant peut-être liée à la première. Je connais leurs classiques (« Onward to Golgotha », « Mortal Throne of Nazarene »), un peu leurs dernières productions (« Vanquish in Vengeance »), j’ai plutôt une bonne image de leur musique bien sombre et obscure, et ce en dépit du fait que leur prestation au Klub (Paris) en juillet de cette année m’a un peu laissé sur ma faim… Disons que c’est le haut du panier de la deuxième division, ce qui n’est déjà pas si mal.
Du coup, la réédition de « Tribute to the Goat », initialement édité en 1997, me donne l’occasion de me familiariser avec les travaux les plus anciens de la formation. Déjà, le particularisme de l’album a de quoi me séduire puisque enregistré dans les conditions du Live, le public en moins. Dit de façon moins pompeuse, les mecs sortent les enregistrements de leurs répétitions : moi cela me va tant que c’est du tout bon. Et ça l’est, étant donné que nous sommes-là dans ce que nous pourrions considérer comme la meilleure période des Américains.

Noires, pesantes, sataniques, les compositions sont toutes symptomatiques d’une certaine vision de ce que devait être le Death le plus pur (dur) dans les années 90. Et même si le moins que l’on puisse dire est que les types ne s’embarrassent pas de fioritures inutiles, cette poisse qui suinte des amplis a quelque chose de revigorant. Cela tient à presque rien : un riff qui dérape, des vocaux rustres, une batterie qui avoine sa double pédale, des solos à l’emporte-pièce ; sur le papier, rien de faramineux mais remis dans le contexte de l’époque, c’est jouissif, d’autant que la magie noire opère encore parfaitement aujourd’hui.
Du coup, s’il y en a encore parmi vous qui n’ont jamais écouté Incantation, je me permets de leur suggérer d’éviter les albums les plus récents pour plutôt se focaliser sur les vieilleries, notamment ce « Tribute to the Goat » implacable.

Tracklist :
01 Devoured Death
02 Profanation
03 Unholy Massacre
04 Blissful Bloodshower
05 United in Repugnance
06 Nefarious Warriors
07 Twisted sacrilegious Journey
08 Abomination
09 Devoured Death
10 Entrantment of Evil
11 Eternal Torture
12 Profanation

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green