Communication de nos partenaires

Hellyeah – Band Of Brothers

Le 4 décembre 2012 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Vinnie Paul : Batterie
Tom Maxwell : Guitares
Greg Tribbett : Guitares
Chad Gray : Chant
Bob "Bobzilla" Kakaha : Basse

Style:

Groove Metal

Date de sortie:

17 juillet 2012

Label:

Epic Records
Note du SoilChroniqueur (Nickox) : 4/10 ou 7/10 en fonction

CrAaAcKK !

Tel est le bruit de l’ouverture de l’opercule de plastique de la bouteille de Jack Daniel, celui du cocktail molotov qui éclate dans une gerbe écarlate, ou encore de l’os qui se casse dans un circle pit de l’enfer ! Voilà en un mot ce que la tonitruante bande de frères de métal veut nous balancer dans la gueule ! Hellyeah !

Seulement ce craquement est malheureusement aussi celui de la volée de bois vert que sont la dure subjectivité et l’agressivité réservées à l’accueil de ce dernier opus, « Band Of Brothers »

Objectivité, oui ! C’est bien de cela qu’on parle ! N’est-ce pas la mission de tout critique quel qu’il soit ? Il est bien de notre devoir de défendre cette objectivité dans le microcosme du métal ! Afin d’éviter de sombrer dans le mépris de commentaires de fine bouches, critiques snobinards comme savent le faire ceux de Télérama ou des Inrockuptibles (qui n’ont soit dit en passant plus que le nom). N’oublions jamais que la critique est facile et l’art difficile.

Hellyeah, est présenté par tous comme un AllStar Band car ce groupe s’est monté en 2006, après la tragique mort de Dimebag Darell (feu guitariste de génie, Jimmy Hendrix du groupe Pantera). Avec à son bord, Vinnie Paul (frangin de Dimebag), Chad Gray et Greg Tribbett de Mudvayne respectivement au chant et à la guitare, Jerry Montano de Danzig à la basse et Tom Maxwell ex Nothing Face à la deuxième guitare.
« Band of Brothers » est le 3eme Round de ce quintet qui n’a fait qu’intégrer Bob « Bobzilla » Kakaha (Ex Damage Plan) à la basse. En résumé, on parle d’un groupe de velus, crassous, ayant écumé les bars et les plaines poussiéreuses, aimant le rock, la provoc et le gros son !

Avec « Band of Brothers », Hellyeah nous délivre un groove metal décomplexé, où le plaisir pris à jouer ensemble est palpable. « As long as we stay together, everything’s gonna be alright » (“Band of brothers”).
Sans “réinventer le style” (jeu de mot pour ignare), Hellyeah botte le cul avec des riffs en mid tempo très Panteraesque. Disturbed n’est pas loin, suivi de près par Stuck Mojo : ça doit groover dans le phrasé, les plans de batterie syncopés sont soutenus par une basse vrombissante, le tout sous la scie rouillée d’un riff de guitare larsené d’harmoniques.
On se surprend à hocher de la tête en s’imaginant un whisky à la main dans un rade enfumé, une queue de billard à la main, tout en causant grosses cylindrées ou la prochaine castagne alcoolisée (« Drink Drank Drunk », tout en apprenant à conjuguer en anglais)!
Quel pied pris dans ce rock de sudiste sale et dégoulinant de cambouis, avec un feeling à la Zack Wilde et Testament dans des chansons comme « Rage/Burn » ou « West Memphis Free », où viennent se mélanger la sueur, la défonce, la liberté et cette envie de dire à tout le monde : « j’en ai rien à foutre ! » C’est certes simpliste, mais ça fait du bien par où ça passe… Ici, pas de modération, on ne mange jamais 5 fruits et légumes par jour !! C’est peut être caricatural, mais on sent que ces mecs ne trichent pas. Le plaisir est là, et qu’importent les critiques.
Coté Allstar, soyez rassurés : vous entendrez Vinnie Paul maltraiter sa moissonneuse batteuse avec ce son caractéristique de cliquetis de ce batteur qui joue avec ses baguettes à l’envers. La double grosse caisse vrombit et fait trembler le sol comme le tonnerre. Du chant de Chad Gray émanent aussi une vraie puissance et une maîtrise de son organe !! Hellyeaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!

Les faiblesses de ce « Band of Brothers » se trouvent au niveau de l’inspiration à la fois dans les riffs qui rappellent souvent Pantera, et dans les soli de guitares : il y a certes de bons couinements, mais les lead ne sont pas ceux de « guitar heroes ». Les paroles traitent toujours des mêmes thèmes mais c’est une critique facile car c’est aussi leur fond de commerce comme des centaines de groupes. Enfin une balade aurait pu être évité (Between You and Nowhere »), car elle n’apporte rien, à part sûrement quelques groupies allumées en fin de concert.

Alors, me direz-vous : « où est passée l’objectivité dans cette chronique ? »

Qu’on le veuille ou non, lorsqu’il s’agit de commenter l’art, il est quasi impossible de ne pas prendre position car par essence, on ressent l’art, ou on ne le ressent pas. Mon développement avait pour but de dire qu’il était facile de casser ces groupes sous prétexte qu’ils ne rentrent pas dans le moule dans lequel on souhaiterait les ranger. Et la prise de risque alors ?

Pour ce qui est d’Hellyeah, ce groupe est attendu au tournant comme le messie qui remplacera Pantera, car même si Phil Anselmo a su donner avec Down quelques relents de grooves félins, les fans cherchent la saveur d’un parfum à jamais disparu.
Si c’est en effet ce que vous attendez d’Hellyeah alors vous serez assurément déçu et vous comprendrez pourquoi j’ai noté 4/10 sur un album pas vraiment original, pale copie de Pantera, Dimebag en moins.
Sinon, « Band Of Brothers » permet de passer un bon moment entre copains, une bière à la main, ce n’est pas l’album du siècle, mais un album de partage sympathique, facile d’accès et bon pour le moral : 7/10 pour la prise de risque de se dire : « qu’importe et faisons ce qui nous plaît ! »

 

 
http://www.myspace.com/hellyeah
http://www.facebook.com/hellyeahband
http://www.hellyeahband.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green